CurveControl : trouver le bon filon

— Cet article fait partie de la série D’ici / Demain

Découvrir les objets et services qui vont bouleverser nos usages dans les prochaines années : vous en avez rêvé, nous vous l’offrons sur un plateau ! La série d’articles “D’ici / Demain” présente 16 innovations qui vont changer nos quotidiens. Comment les connaît-on ? Grâce au dispositif INNOV’up Proto, financé par la Région Île-de-France, qui permet aux entreprises les plus prometteuses de développer des prototypes d’excellence. Accompagnées par Cap Digital, ces sociétés ont 8 mois pour finaliser le développement de leurs protos qui seront présentés lors des “Paris Region Smart Weeks”, dont notre festival FUTUR.E.S in Paris. On vous les présente donc ici en avant-première.

A l’origine de BaseCamp Vascular, un constat simple : les cathéters utilisés par les chirurgiens sont compliqués à manipuler. Un cathéter, c’est un tube dont se servent les praticiens pour passer à l’intérieur du système vasculaire et agir directement à l’intérieur du corps humain, souvent dans des cas d’AVC. Et ce n’est pas anodin, en France, une personne est touchée par un AVC toutes les 4 minutes, ce qui en fait la première cause de handicap. Aujourd’hui, les cathéters sont passifs, c’est-à-dire que le médecin ne peut que l’insérer et le manipuler depuis l’extrémité qu’il a entre les mains. Or, le système vasculaire n’est pas le même chez chaque individu et peut être difficile à appréhender, limitant du même coup le succès des opérations.

Alors comment réinventer le cathéter ? Il existe quelques techniques pour les rendre actifs en permettant la flexion du tube. Ceci dit, les performances sont limitées : il y a des zones difficilement atteignables et, chacun étant unique, les anatomies ne sont pas toutes faciles ! Ces dispositifs sont généralement équipés d’un bras robotisé et d’une installation, qui rend le tout très cher pour les instituts de santé.

Face à cette problématique, les quatre cofondateurs de BaseCamp Vascular (BCV), Jean-Baptiste Cazeneuve (INSA / Télécom Physique de Strasbourg), Raphaël Blanc (Fondation Rothschild), Michel Boulaire (Business Angel) et Jérôme Szewczyk (ISIR / Université Paris 6), ont planché sur un dispositif innovant améliorant la navigation vasculaire quelle que soit la complexité des anatomies.

C’est ainsi qu’est né le premier projet de cathéter intelligent, grâce à la collaboration de chercheurs de l’ISIR, de l’UMPC et de médecins en radiologie interventionnelle de la Fondation Rothschild. Une belle bande de cerveaux pour le bien de votre système vasculaire.

Le projet CurveControl de BCV est de développer un nouveau type de cathéter actif, évolutif et modulable pour s’ajuster au mieux à l’anatomie du patient. Le geste se veut plus fiable et reproductible pour le chirurgien grâce à un dispositif robotique innovant, en évitant un coût trop élevé et l’encombrement. Démonstration !

Tisser le premier essai

Pour faciliter les interventions, l’équipe de BCV a présenté en 2016 une première version du cathéter intelligent, MultiCurve. Quelques premiers verrous technologiques sont soulevés lors de cette première version :

  • Le guide : la partie immergée peut être fléchie par un actionneur en alliage, à mémoire de forme biocompatible. Plus simplement : le chirurgien peut modifier la forme du guide depuis la poignée. Il faut encore faire évoluer le concept pour permettre de s’adapter aux différentes anatomies.
  • La température : lorsque le courant électrique parcourt le cathéter, il chauffe. Il faut donc pouvoir gérer la température pour la sécurité du patient, mais également pour permettre le retrait du guide.
  • Le courant : le dispositif fonctionne sur un générateur et doit donc être branché. Il s’agirait de pouvoir limiter les installations et éviter les encombrements dans salles d’opération.

I like to move it move it

BCV présentera aux Paris Region Smart Weeks CurveControl, la dernière version du projet, ayant pour objectif de valider le dispositif (un cathéter et une poignée sur batterie) et de développer les moyens d’essai. Quelques nouveautés donc pour répondre aux besoins soulevés :

  • L’effet “multi-courbe” : permettre le positionnement de plusieurs activateurs sur le système de flexion du cathéter pour s’adapter à toute anatomie vasculaire. Le chirurgien sera en mesure de fléchir le guide depuis la poignée selon les besoins.
  • La poignée : ergonomique et autonome, elle fonctionne maintenant sur une batterie réutilisable, et non plus sur un générateur. Elle sera réutilisable avec une durée de vie de 6 mois — 1 an. Plus économique, plus écologique !
Le dispositif CurveControl
  • Le contrôle thermique : le chirurgien doit gérer la température en temps réel, notamment lorsque l’extrémité du cathéter s’échauffe légèrement pendant l’intervention. Une solution saline est alors diffusée dans le cathéter, pour refroidir l’appareil et permettre une rétractation sans danger. Un procédé de fabrication breveté (CNRS / UPMC), qui s’inscrit dans la résolution des difficultés de la robotique chirurgicale.
  • La validation : mettre en place des moyens d’essais pour assurer la validité du système et prouver sa supériorité, sur des modèles en silicone, créés à partir d’images de patients en impression 3D. Un dispositif qui intégrera aussi la possibilité de changer de température, pour reproduire au mieux le corps humain.

Pour ce prototype, l’objectif est d’atteindre une version pré-industrielle complète. Entre les flexions multiples de l’extrémité du cathéter, la robotisation du système et la capacité de se conformer aux tortuosités artérielles, les équipes de BCV souhaitent mettre au point une solution inédite pour le marché.

BCV file un bon coton

CurveControl se destine aux établissements de santé publics et privés, acheteurs de la solution. Les utilisateurs finaux sont donc les neuradiologues interventionnels et les chirurgiens endovasculaires. Le dispositif représente un réel intérêt pour ces professionnels pour améliorer leur performance et la sécurité des procédures !

Le défi pour BCV : évaluer le dispositif final de CurveControl et le faire reconnaître parmi les chirurgiens et le grand public. Le marquage CE est prévu pour la fin d’année et l’exploitation commerciale se fera dans la foulée ! Quand on tient le bon bout…

Pour aller plus loin…

Site officiel

Linkedin