FlyTrack : traqué en plein vol

— Cet article fait partie de la série D’ici / Demain

Découvrir les objets et services qui vont bouleverser nos usages dans les prochaines années : vous en avez rêvé, nous vous l’offrons sur un plateau ! La série d’articles “D’ici / Demain” présente 16 innovations qui vont changer nos quotidiens. Comment les connaît-on ? Grâce au dispositif INNOV’up Proto, financé par la Région Île-de-France, qui permet aux entreprises les plus prometteuses de développer des prototypes d’excellence. Accompagnées par Cap Digital, ces sociétés ont 8 mois pour finaliser le développement de leurs protos qui seront présentés lors des “Paris Region Smart Weeks”, dont notre festival FUTUR.E.S in Paris. On vous les présente donc ici en avant-première.

D’ici 2 ans, 20 milliards d’objets connectés dans le monde fonctionneront sur les bases du réseau 5G. Ce nouveau standard souhaite apporter des débits de l’ordre du gigabit par seconde, c’est dire si le potentiel est important et si de nombreux usages vont pouvoir se développer. C’est le cas notamment dans le domaine de l’aéronautique : alors que l’Association internationale du transport aérien prévoit un trafic aérien doublé d’ici 2035, les caractéristiques d’émission de l’IoT, en plein développement, ne sont que peu intégrées à la réflexion autour de la conception des avions, plus anciens et évidemment plus longs à produire ! Par ailleurs, les risques de perturbation des systèmes électroniques de vol par les devices connectés en 5G sont bien réels.

Comment transporter des objets qui pourraient interférer avec la sécurité des avions ? Entre le marché du tracking de bagages pour éviter les pertes entre aéroports et les objets personnels connectés toujours plus nombreux, les problématiques de connectivité sont bien présentes.

Pour éviter d’avoir à laisser vos objets connectés au sol, Hear & Know cherche l’algorithme miracle pour résoudre la limitation d’émission à bord des avions. A l’origine de la société, pour garantir la sécurité en vol, les fondateurs : Claire Zambardi (Paris Dauphine et Bocconi) et Jean-Philippe Lelièvre (Esigelec et ParisTech), CEO de l’entreprise. Du beau monde pour vous permettre de continuer à voler et communiquer !

Valise de tests

Alors comment ça se passe ? Les traqueurs doivent respecter une certaine réglementation, qui s’applique à tous les objets connectés qui se trouvent à bord des avions. Cette réglementation, c’est l’European Aviation Safety Agency (EASA), relayée en France par la Direction Générale de l’aviation civile (DGAC). Ces institutions imposent des seuils d’émissions à ne pas dépasser à bord; d’où le besoin de garantir l’innocuité de certains traqueurs des bagages avant décollage.

Hear & Know, au départ c’est un spécialiste de la production de traqueurs pour individus, équipements et véhicules. Leur petit truc en plus, c’est le fait qu’ils fonctionnent en intérieur et extérieur. Le traqueur développé pèse moins de 10 grammes et fait la taille d’une pièce de 20 centimes. Initialement pensé pour le marché de la sécurité dans de grandes infrastructures, le traqueur pourrait maintenant être utilisé par des acteurs sur des marchés B2B civils, notamment pour le suivi de fret aéroporté !

Avec leur partenaire Air France, Hear & Know réalise les premiers tests sur des colis. En utilisant des objets, les données de transport seront toutes récupérées pour ensuite entraîner un algorithme d’intelligence artificielle, qui permettra de savoir quand déconnecter et reconnecter le traqueur.

Bzzzz : Vers l’infini et l’IA

Pour garantir l’absence d’émission, une phase de tests est en cours pour récupérer les données à intégrer dans le dispositif. Ces data sont ensuite analysées par un algorithme pour en extraire les informations relatives au décollage, atterrissage et identification d’objets à bord d’un avion. Le tout pour les empêcher automatiquement d’émettre dès la fermeture des portes et pendant tout le décollage.

Le prototype devra collecter de nombreuses données, récupérées sur les colis à bord des avions, pour ensuite être capable :

  • D’identifier que la valise se dirige vers le bon aéroport. L’identification se fait par l’algorithme d’apprentissage, qui classifie et échantillonne les données récupérées pendant la phase de test. Il mène ensuite une comparaison entre l’échantillon d’apprentissage et la situation en cours pour déduire les caractéristiques des bagages et colis équipés d’un traqueur.
  • De détecter quand le traqueur doit s’arrêter de transmettre. Grâce aux caractéristiques des objets à l’intérieur d’une cabine ou de la soute pendant les derniers instants avant le décollage récupérées lors des tests, les traqueurs sauront être autonomes.

Zéro press(urisat)ion

A terme, Hear & Know souhaite commercialiser des objets connectés capables de ne plus émettre à bord d’un avion. Pour arriver à cette étape, les tests effectués grâce à l’algorithme d’IA modifient légèrement les capteurs pour intégrer de nouvelles fonctionnalités :

  • Stocker tous les paramètres lors des différentes phases du déplacement (préparation du poste, la mise en soute, le roulage de départ, l’alignement-décollage, l’augmentation de pressurisation, la montée, la croisière, la descente, l’approche, l’atterrissage, le roulage arrivée, l’extinction du moteur)
  • Éviter tout problème de radio, sur les prototypes, les émetteurs radio seront remplacés par des capacités de stockage.

Déjà avec nous lors des Rencontres IoT for Business d’Orange, vous pourrez retrouver Hear & Know pendant les Paris Région Smart Weeks 2018 et découvrir des maquettes du projet, avec un affichage en temps réel du parcours de colis et bagages. Volez déconnecté !

Pour aller plus loin…