Stan, le voiturier le plus smart au monde

— Cet article fait partie de la série D’ici / Demain

Découvrir les objets et services qui vont bouleverser nos usages dans les prochaines années : vous en avez rêvé, nous vous l’offrons sur un plateau ! La série d’articles “D’ici / Demain” présente 16 innovations qui vont changer nos quotidiens. Comment les connaît-on ? Grâce au dispositif INNOV’up Proto, financé par la Région Île-de-France, qui permet aux entreprises les plus prometteuses de développer des prototypes d’excellence. Accompagnées par Cap Digital, ces sociétés ont 8 mois pour finaliser le développement de leurs protos qui seront présentés lors des “Paris Region Smart Weeks”, dont notre festival FUTUR.E.S in Paris. On vous les présente donc ici en avant-première.

Avant-dernier projet avant de clôturer notre “collection” des projets INNOV’up Proto 2018, focus sur un robot qui a déjà pas mal fait parler de lui. L’Express, Forbes, L’usine Nouvelle, Les Echos et bien d’autres se sont penchés sur son cas. Ce robot, c’est Stan, le voiturier autonome installé dans les allées du P5 de l’aéroport Saint-Exupéry, à Lyon. Un succès médiatique mérité puisque que derrière ce nom sympa aux doux accents anglo saxons se cache une première mondiale portée par la start-up francilienne Stanley Robotics : le premier robot voiturier extérieur au monde. Avec Stan, plus besoin de chercher une place au “P5 de Saint-Ex”. Fini le stress du vol que l’on va rater parce que l’on n’arrive pas à se garer, exit les longues minutes à arpenter les allées du parking pour retrouver sa voiture après un vol interminable. A l’aller, comme au retour, Stan se charge de garer votre véhicule dès votre arrivée à l’entrée du parking et à vous le ramener au même endroit quand vous le souhaitez. Pratique.

A l’origine de ce projet un peu fou mais redoutable d’efficacité et d’ingéniosité, on retrouve deux chercheurs : Clément Boussard (CEO), diplômé de l’Ecole des Mines de Paris, qui a passé 10 ans à travailler dans des labos et institut de recherche spécialisés en véhicules autonomes et Aurélien Cord (CTO), ancien de Centrale Lille et issu du monde de la data et du traitement automatique des images. Le dernier co-fondateur est Stéphane Evanno (COO), directeur des opérations et des ventes qui a, lui, passé 20 ans dans l’industrie automobile.

Pas de temps à perdre

En 2 ans, ces trois leaders ont réussi le tour de force de passer du premier prototype de Stan à son déploiement opérationnel en milieu outdoor. Pour continuer à innover à vitesse grand V et conserver leur position de leader dans le domaine des robots voituriers, l’équipe de Stanley Robotics a eu besoin de vérifier dès fin 2017 plusieurs technologies. L’objectif : augmenter les capacités du robot, en améliorant notamment :

  • le temps de prise en charge des véhicules
  • la vitesse de déplacement du robot
  • la capacité à faire travailler Stan malgré des conditions météo extrêmes

Alors que le trafic aérien croît de façon exponentielle, ces enjeux sont cruciaux pour que Stan séduise les gestionnaires d’aéroports internationaux et s’installe dans leurs parkings. Grâce à INNOV’up Proto et à l’accompagnement de Cap Digital, la start-up a pu obtenir les fonds et l’expertise nécessaires pour faire monter en gamme son robot et poser les jalons technologiques des prochaines versions de Stan.

Ainsi, l’équipe de Stanley Robotics a tout d’abord boosté le système de navigation de Stan en intégrant un nouveau GPS de type RTK. L’objectif : localiser encore plus finement le robot et le faire évoluer avec précision accrue dans son environnement. Un saut techno primordial pour accélérer la cadence de Stan. Associer à d’autres améliorations mécaniques, ce nouveau GPS a permis de réduire drastiquement le temps de prise en charge et de dépose des véhicules : il fallait 3 minutes à Stan pour gérer chacune de ces étapes avant le prototypage, il lui faut désormais une minute pour garer votre voiture, et 45 secondes seulement pour vous la ramener (et toujours avec le sourire !)

Tombe la neige, impassible manège

Autre enjeu de taille : réussir à faire fonctionner Stan dans des conditions climatiques difficiles (pic de chaleur en été et de froid en hiver, neige, forte pluie, verglas etc.). Sur ce point tous les essais n’ont pas été pleinement concluants mais ont permis à l’équipe de dégager des enseignements précieux. Tout d’abord, Stan est sensible aux gros coups de chaud qui affectent ses capteurs de détection. Côté pluie en revanche, aucun soucis, le robot est bien étanche. Normal, il a été conçu pour répondre à l’indice de protection IP IP65; pas de quoi noyer ses circuits. Il ne craint pas la neige non plus et se montre même parfaitement efficace sur une faible couche de flocon. Bien sûr, en cas de fort enneigement, le robot atteint ses limites et il faudra lui donner un petit coup de main en procédant à un déneigement du parking sur lequel il évolue.

The bot that rocked

Bref, ce proto du “Stan nouveau” a fait ses preuves et à donner à ses concepteurs toutes les données et indicateurs nécessaires pour orienter et prioriser les développements à venir. Mieux, le prototype a servi de démonstrateur lors des prospections commerciales de Stanley Robotics. L’occasion de prouver par l’objet le dynamisme de la start-up et sa capacité à innover en permanence. Résultat : plusieurs aéroports internationaux se sont montrés intéressés (Amsterdam, Toulouse, Nantes etc.). Outre-manche, un aéroport londonien est tellement séduit qu’il a commandé une étude de faisabilité dès le début de l’année 2018 et envisagerait — nous dit-on — de commander plusieurs Stan dès 2019. Gageons qu’avec autant d’atouts sous le capot, son regard de LED et son sourire pétillant, notre robot voiturier bien frenchy n’aura aucun mal à se faire adopter par nos amis anglais.

Rencontrez les équipes de Stanley Robotics du 21 au 23 juin pendant Futur.e.s in Paris, prenez votre billet (gratuit) dès maintenant : paris.futuresfestival.com

Pour en savoir (encore) plus