L’Hostellerie des Quatre Singes

Tipeek photos
Apr 23, 2018 · 4 min read

aka Hôtel Omar Raddad

La famille d’E. est une dynastie de banquiers d’origine juive.

Louis d’E. est né en 1937 à Paris. Il se marie en 1866 avec Marie A. F., une suisse, et fait construire vers 1870 une grande maison de maître au lieudit les B. pour y abriter sa famille. Ils auront deux enfants, un garçon et une fille. La famille demeure au château de 1872 à 1896.

Sous l’impulsion de Marie, la famille prêtera dès 1882 la ferme du domaine pour héberger les premières colonies de vacances en France.

Ces colonies de vacances d’initiative protestante, puis israélite, auront un but « d’hygiène philanthropique ». Leur objectif est de « fortifier les adolescents » et d’« arracher des proies à la tuberculose » qui fait alors des ravages.

Mais Marie décède de mort brutale en 1901. La famille décide alors de continuer à prêter les communs pour l’Œuvre des colonies de vacances.

En 1904, la colonie des B. est considérée comme le « séjour de vacances par excellence », et la famille d’E. comme des bienfaiteurs.

Puis, l’Œuvre des colonies de vacances israélite connait des difficultés financières. L’ état précaire des finances force le conseil d’administration à ralentir son action et à refuser des séjours aux enfants qui en ont déjà bénéficié.

Enfin, Louis décède, à son tour, au château en 1912 à l’âge de 75 ans.

A sa mort, le château est mis en vente et les dernières colonies de vacances sont organisées aux B. à l’été 1913. Une centaine d’enfants y ont encore été accueillis.

Puis il y a un trou dans l’histoire du chateau des B. entre 1915 et 1964.

En 1965, le château devient une hostellerie dans le genre “rustique distingué”.

Située sur la route des vacances l’hostellerie connait un succès mérité. Une piscine est construite dans le parc, des parasols sortent aux beaux jours, les familles viennent déjeuner le dimanche ou passer un week end à la campagne. En 1985 les chambres coûtent entre 230 et 390 francs.

Puis, en 2001, un sinistre sur la toiture fait de graves dégâts, notamment aux étages supérieurs. L’assurance a indeminisé la SCI propriétaire du château, mais une partie des travaux, qui n’étaient pas déductibles des revenus fonciers, ont fait l’objet d’un jugement et d’un redressement par les services fiscaux.

Le château-Hostellerie a fermé et est, depuis, resté à l’abandon.

L’extérieur est encore relativement bien conservé avec des éléments architecturaux intéressants (sûrement en raison de la toiture refaite et toujours en bon état).

L’intérieur est dévasté, vide de meubles, le sol jonché des papiers de l’ancienne hostellerie.

Nous avons poussé jusqu’aux communs qui ont abrité les colonies de vacances, il n’en reste que les murs. L’ensemble menaçant de s’écrouler, nous ne sommes pas rentrés à l’intérieur.

En revanche 4 graff magnifiques valaient le déplacement !

Carnet d’utopies

Un carnet de photos pour témoigner des errements du génie humain: utopies sociales, décadences architecturales, lieux abandonnés, urbex, rurex.

Tipeek photos

Written by

Carnet d’utopies

Un carnet de photos pour témoigner des errements du génie humain: utopies sociales, décadences architecturales, lieux abandonnés, urbex, rurex.

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade