News & People

CHINOIS — ODIENNEKA : QU’EST-CE QUI N’A PAS MARCHÉ?

Une vive bagarre entre des chinois et leurs employés a éclaté ce dimanche à Odienné dans le nord du pays faisant plusieurs blessés, mais uniquement du côté des employés. Retour sur ces faits.

Les employeurs chinois et leurs ouvriers sont en désaccord depuis un bon moment à propos du non paiement des heures supplémentaires. Les deux parties n’arrivent pas à trouver un terrain d’entente. Et le pire finit par arriver. Les pourparlers ayant échoué, c’est aux mains que les belligérants décident d’en découdre, comme si cela réglerait le problème.

Les deux employés chinois parviennent à tabasser une vingtaine d’ouvriers. Certains après avoir reçu des « kakato » et « pandé » prennent la poudre d’escampette. Deux ouvriers s’en sortent avec des fractures. Ils seront conduits à l’hôpital.

On rappelle que le chantier, théâtre de ce pugilat digne d’un film Kung-Fu, n’est autre que l’axe Odienné-Gbéléban sur lequel tous les concernés sont commis pour travailler sur le bitumage de ce tronçon.

Au lendemain de cette rixe, le préfet de région a tenu à calmer le jeu tout en incitant le retour des travaux.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.