En route!

C’est là, à bord de cette pirogue sur le fleuve Kourou, que tout a commencé. Cinq ans après jour pour jour, je connais encore les pensées qui m’animent au moment où je m’enfonce lentement dans la forêt amazonienne: «Reprend ta liberté, trace ton chemin, fais confiance». Comme un cap que je me donne pour nourrir mon besoin d’indépendance surgi du chaos de ma vie à cette époque. Ce reportage en Guyane, une expérience marquante et intense d’explorations et d’introspection, au coeur d’une nature qui ne triche pas. Et ce voyage me nourrit encore aujourd’hui, j’y reviens souvent en pensées, m’y reconnecte pour mieux guider mes choix.

Sur cette pirogue il y a 5 ans, je prends la mesure de la précarité de ma situation professionnelle : journaliste indépendante en presse magazine, payée à la pige et au lance-pierre par des groupes médias si bien installés qu’ils n’ont pas vu venir le virage Internet. Depuis la crise de 2008, j’ai pu observer l’affolement, la panique, et la lente décadence de ces éditeurs de presse si puissants et pourtant si fragiles face à la révolution du Net. J’ai pu observer les restructurations douloureuses parce qu’inhumaines et mal gérées, la dégradation du métier, la lobotomisation des troupes, le manque de vision, la déliquescence du contenu, la dévalorisation de l’information, la perte de sens… Esseulée sur ma petite coquille de noix précaire mais résistante, je tente de fuir les remous causés par le naufrage des Titanic autour de moi. Je vivote, je survis, j’y crois encore, presque malgré moi.

Sur cette pirogue il y a 5 ans, pour la première fois, j’ai emporté de quoi prendre du son. L’occasion de faire mon premier reportage radio, commandé par Yasmine Boudaka pour sa belle émission d’alors, Utopia, sur les ondes de La Première, RTBF. Romaniste plutôt branchée langue et littérature, je m’étais naturellement dirigée vers l’écrit, la presse écrite, jusqu’à ce que mon métier me donne l’occasion de porter certains de mes sujets en radio (dans Sacré Cocktail, l’émission d’Alexandra Vassen). Un exercice redoutable, mais tellement excitant : prendre place derrière le micro, transmettre, parler à l’auditeur, se planter en direct, retomber sur ses pattes, poser sa voix et sa respiration, tout jouer sur l’immédiateté de l’instant… C’est tout ce qui me plait encore aujourd’hui, dès que je pousse la porte du studio.

Sur cette pirogue il y a 5 ans, j’avais déjà les quelques ingrédients nécessaires à mon évolution : la barque, le micro, la liberté et l’indépendance, et une belle collaboration avec Yasmine. Je ne savais pas que quelques années plus tard, la vie nous remettrait elle et moi sur un même chemin professionnel, avec un projet audio commun: une série podcast intimiste intitulée Confidences sur la cuvette, des histoires sonores de 5 à 10 minutes, posées dans les toilettes et recueillies sur le ton de la confidence. Autant de moments de vie de personnes pas comme les autres, d’étincelles et de fêlures, d’expériences tantôt graves tantôt cocasses, mais toujours justes. Le tout abordé avec la malice, la légèreté et l’humour que peut nous inspirer l’univers des toilettes; et avec le respect que nous inspire les histoires fortes.

Aujourd’hui, j’ai décidé de consolider mon embarcation de fortune, d’entreprendre littéralement mon métier pour garder l’indépendance, et envoyer bouler la précarité. C’est le pari, du moins. C’est ce que j’apprends à faire depuis quelques semaines chez Pilote.Media, un programme de coaching de type «start up» appliqué à l’univers des médias. Avec Yasmine, toujours, on apprend, on élabore, on conceptualise, on teste, on se plante, on consolide notre projet de série podcast, tout en découvrant le monde de l’entreprenariat et son langage. Et p*** que ça fait du bien!

Je vous en dis plus prochainement!