© Picture by Seth Doyle on Unsplash

Une vidéo vaut 1.8 million de mots

(Cet article a été rédigé avec la contribution d’Emma Robin)

Le résumé à emporter

A l’heure de l’inbound marketing (faire venir le client à soi plutôt que d’aller le chercher), nous avions envie d’écrire un article sur le “pouvoir de la vidéo”. Nous avons commencé par rechercher sur internet ce qui était écrit sur le sujet. Et à notre grande surprise, une partie importante des articles formulent le postulat suivant, sans aucun questionnement : (D’après une étude américaine), une vidéo vaut 1,8 million de mots”. Ca tombe bien, on aime la vidéo et on aime aussi les chiffres. Alors nous nous sommes penchés sur la question. Fake news, oui. Mais ne jetons pas la fake news avec l’eau du bain !

1. De l’absurde chiffrage de la valeur absolue d’une vidéo

En remontant les articles tels des saumons en pleine migration, nous avons retrouvé l’étude américaine responsable de la formule “Une vidéo vaut 1,8 million de mots”. L’auteur de cette estimation est le Professeur James McQuivey de l’institut américain Forrester Research, semble-t-il à l’occasion d’un rapport publié en 2008 intitulé “How Video Will Take Over the World” (à 499$ l’unité et compte tenu de notre petit calcul qui va suivre, nous avons hésité à l’acheter).

Voici la reconstitution du calcul :

Etape 1 : combien de mots vaut une image ?

Comme disent nos cousins anglo-saxons, “A picture is worth a thousand words”, litteralement une photo vaut mille mots. L’expression en elle-même date de 1921, quand Fred R. Barnard l’utilisa, dans le journal Printer’s Ink, avec la phrase “One look is worth a thousand words”. La formule est ainsi restée pour exprimer l’idée qu’une image est plus efficace qu’un discours.

Etape 2 : combien d’images y a-t-il dans une vidéo ?

Naturellement, tout dépend de la longueur de cette vidéo. Le prof. MacQuivey a pris le parti de se pencher sur des vidéos d’une minute, i.e. 60 secondes, donnée qui disparaît ensuite de plusieurs articles sur le sujet. Puis, comme la plupart des vidéos affichent 30 images par seconde, notre oeil voit littéralement 30 x 60 = 1 800 images dans une minute de vidéo.

Etape 3 : on multiplie et ta-daaa !

Puisqu’une image “vaut” 1 000 mots et qu’il y a 1 800 images dans une minute de vidéo, une vidéo “vaut” 1 000 x 1 800 = 1,8 millions de mots. CQFD.

2. Quelques vérifications de robustesse pour s’amuser

Pour mieux se rendre compte, 1,8 million de mots c’est :

  • davantage que les 1,5 million de mots de Marcel Proust dans “A la Recherche du temps perdu”. Nous avons essayé d’en faire une vidéo d’une minute pour comparer puis nous avons rapidement eu la sensation de perdre notre temps… (façon de parler).
  • Plus de 3 fois les quelques 500 000 mots de Léon Tolstoï dans “Guerre et Paix”.
  • Plus de 1 000 fois les 1 700 mots de Martin Luther King dans son discours “I have a dream”, discours qu’il a mis environ 9 minutes à prononcer (l’Histoire raconte que les répétitions, sans liesse de la foule et silences évocateurs, étaient plus performantes).

Bref, avec l’équipe d’Allvibes, pourtant adepte de la vidéo, on a bien ri.

Ce chiffrage de 1,8 million de mots, qui n’a rien de scientifique et tout de marketing, a constitué un superbe coup de pub pour le Dr. McQuivey, qui a d’ailleurs obtenu son doctorat en 1998 en… Communication de Masse. Joli clin d’oeil !

3. Et si nous arrêtions de parler de chiffres ?

Le chiffrage de Dr James McQuivey est donc clairement limité, mais cela ne veut pas dire que l’idée derrière un tel postulat est totalement fausse.

D’un point de vue cognitif, l’image présente effectivement l’avantage de permettre au cerveau d’intégrer de l’information plus facilement et de manière plus passive qu’un texte. En ce sens Fred R. Barnard avait raison ; une image peut transmettre le sens et l’essence du message plus facilement qu’une description, et encore plus pour une vidéo. Tout dépend naturellement des idées à faire passer, de la qualité des textes et des images, et du temps que l’audience a pour absorber ces idées.

Avant de lancer Allvibes, nous avons fait une étude de marché. Et nous nous sommes rendus compte qu’il existait un cas d’usage où la vidéo outrepasse fortement le texte : les avis clients.

En effet, le propre d’un avis client est de ramener de l’authenticité et de la preuve sociale le plus rapidement et aisément possible. Le futur client souhaite à la fois voir ce qui l’attend réellement, avec ses propres yeux, mais aussi ressentir lui-même l’ambiance dégagée par un restaurant, un hôtel ou un site touristique. Le tout sans y passer trop de temps. La subjectivité doit être davantage reconstruite par le futur client qu’imposée par l’auteur de l’avis en ligne. : imaginez-vous être emballé par un restaurant parce que l’avis est bien rédigé mais qu’en fait le description ne correspond pas du tout à ce que vous avez dans votre assiette…

Une tendance existe depuis plusieurs années à associer avis écrits et photos, mais la plupart d’entre-elles sont de mauvaise qualité et on ne peut pas s’assurer de l’intégralité de l’expérience vécue en tant que client. Mais alors pourquoi ne pas faire les deux en même temps ? Pourquoi ne pas montrer son plat, l’ambiance, tout en donnant son avis? La meilleure solution : la vidéo.

Ces sujets vous intéressent ? Retrouvez les articles précédents :

A propos d’Allvibes :

Allvibes (http://www.allvibes.io) est une application mobile de “bouche à oreille, les yeux en plus” : de vrais clients partagent leurs bons plans de restaurants, d’hôtels et de sites touristiques via de la vidéo sur mobile ! Nous remettons ainsi l’authenticité, l’émotion et l’expérience au coeur des avis en ligne. Fini les déceptions !

Allvibes est une application mobile développée par la Société Check it Out S.A.S.

Sources :

  1. Pr. McQuivey, Forrester Research, “How video will take over the world” : https://www.forrester.com/report/How+Video+Will+Take+Over+The+World/-/E-RES44199
Show your support

Clapping shows how much you appreciated Quentin Roquigny’s story.