Annulation de la Fête des Lumières, un retour aux origines pour les Lyonnais

Ouais d’accord, mais c’est quoi exactement la fête des lumières ?

Chaque année, le monde entier parle de cette fameuse fête des lumières. Ce grand rassemblement lyonnais est organisé chaque année pour le 8 décembre. Une vague de touristes arrive en ville pour venir admirer les fameuses “illuminations” qui au fil du temps ce sont transformés en véritable spectacles et jeux de lumières. Tant bien que mal, la ville de Lyon se transforme en immense musée en plein air. En déambulant, difficilement, dans les rues, on peut alors admirer des oeuvres aussi belles qu’insolites, gardant toujours une seule et même ligne directrice, la lumière. Ce sont des millions de personnes qui s’empressent dans les rues lyonnaises pour pouvoir admirer ces oeuvres dites d’art contemporain. Elle fait partie des quatre rassemblements festifs qui attirent le plus de personne dans le monde, elle siège à côté du Carnaval de Rio et de l’Oktoberfest de Munich. L’évènement devient si réputé que des pays comme la Chine ont exprimé le souhait d’organiser chez eux une “fête des lumières”.

Cette année, la ville a pris la difficile décision d’annuler cet évènement.

Suite aux attentats survenus à Paris le 13 novembre 2015, l’état d’urgence est déclaré en France. Ce dernier interdit les rassemblements publics pour des raisons de sécurité. La fête des lumières rassemblant chaque année 3 millions de visiteurs, les interrogations ont commencé à naître dans les esprits. C’est le 19 novembre 2015que le verdict tombe, la fête des lumières n’aura pas lieu. Au plus grand malheur de certains mais faisant le bonheur d’autres. Rassurez vous, il y aura quand même quelque chose le 8 décembre car cet évènement sera transformé en hommages aux 130 victimes des attentats de Paris.

Retour aux origines du 8 décembre

Tandis que certains brandissent leur stylo pour rédiger de longue pétition contre cette décision, d’autre se réjouissent. Pour les lyonnais pur souche, cette fête ce n’est pas se retrouver coincé dans une foule de touristes et boire du vin chaud à 10 euros le verre, c’est plutôt l’expression d’une vieille tradition propre à leur ville avec la discrétion d’un lumignon sur le bord d’une fenêtre.

Quelle histoire se cache derrière cette date ? Avant la “fête des lumières”, on parlait tout simplement de “fête du 8 décembre” ou de “fête de la Vierge Marie”. C’est donc avant tout une fête religieuse célébrant la Vierge Marie qui protégea, en 1664, les lyonnais de l’épidémie de peste qui touchait le sud de la France. En gros, en échange de cette protection, les gens rendraient hommage à la Vierge chaque année. Mais ce qu’on ne sait pas forcément, c’est que la date “ officielle” de cette hommage est le 8 septembre. Le 8 décembre célèbre l’immaculée conception et avait été choisi pour l’inauguration d’une statue de la Vierge. En raison de la météo, la grande célébration qui devait avoir lieu a du être annulée, c’est à ce moment que, discrètement, les lyonnais illuminèrent toutes leurs fenêtres. Au delà de l’aspect religieux de la chose, cette histoire montre la richesse que possède la ville au niveau des discrètes communications entre ses habitants. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle la ville de Lyon à été choisit comme fief de la résistance durant la guerre. Aujourd’hui, les traditions ancestrales ont été remplacées par des animations proposées par la municipalité et des professionnels du spectacle. Et plus les touristes affluent (plusieurs millions par an), moins les rebords de fenêtres sont illuminés

Cette année, en raison des attentats survenu à Paris, Gérard Collomb, sénateur et maire de Lyon, à annoncé que la célébration culturelle était annulée. La fête de Lumières sera transformée en hommage aux victimes et les lyonnais sont appelés à illuminer leur maison pour cette soirée du 8 décembre 2015.

Mon souvenir de la fête des lumières

“ Pour ma part, je ne me souviens d’aucun moment où j’ai passé le 8 décembre à déambuler dans les rues de lyon pour admirer les oeuvres qui étaient projetées. C’était quelque chose de plus intimes, plus familial. Quand j’étais petite, on peignait des verres pour en faire des bougeoirs et ma mère nous emmenait à l’école, le soir, pour pouvoir célébrer l’évènement. Bon, c’était une école super catho, mais il n’empêche que c’était bien. Tout le monde se retrouvait, mangeait ensemble et allumait un tas de lumignons autour des dessins fait par les élèves. Après on rentrait et on faisait pareil à la maison. Les rebords de fenêtres du quartier était tous éclairés de petites flammes qui dansaient, c’était vraiment trop beau.

Quand je suis devenue assez grande pour aller en ville toute seule, j’ai découvert le fameux spectacle de la fête des lumières. Franchement j’en garde un assez mauvais souvenir, des gens qui s’entassent dans les rues, impossible de se déplacer et des illuminations qu’on voit en coup de vent tellement la foule se presse aux mêmes endroits.

Je suis plutôt contente de cette annulation, on va enfin pouvoir retourner aux origines de cette date, illuminer nos rebords de fenêtre et peut-être enfin pouvoir aller boire un verre sans se faire écraser par des centaines de touristes.

Et vous, la fêtes des lumières, vous en pensez quoi ?

Dans l’idée de réaliser un petit reportage sur cette soirée d’hommage et sur le rapport des lyonnais avec le 8décembre, nous recherchons quelques témoignages, quelques histoires sympa.

Vous pouvez nous envoyer vos témoignages par mail (hillion.ana@gmail.com) (objet : Fêtes des lumières!)

Chloé Garcia Dorrey & Anaïs Hillion