Étude de cas : pénurie de main d’œuvre en agroalimentaire

La pénurie de main d’œuvre touche beaucoup d’entreprises manufacturières, compromettant leur développement et leur survie à moyen et long terme. Pour beaucoup de PME, la solution passe par la modernisation de leur production. On l’entend souvent dans les médias et autour de nous; mais concrètement, ça ressemble à quoi?

Voici l’exemple d’une entreprise en agroalimentaire qui fait face à ses problèmes de recrutement en automatisant sa production.

Automatisation en agroalimentaire

Jean-Guy est PDG d’une entreprise spécialisée dans la production de produits de viande. La compagnie comprend 60 employés, mais pourrait facilement en employer une dizaine de plus.

Les ventes de l’entreprise augmentent au Québec et ils aimeraient faire une percée aux États-Unis. Toutefois ils peinent à trouver de nouveaux travailleurs pour effectuer les opérations manuelles de l’entreprise.

Après plusieurs mois à évaluer le problème, la direction choisit d’automatiser au maximum ses opérations, dont la coupe de la viande, étape réalisée jusqu’à maintenant de façon entièrement manuelle.

Ils investissent dans un équipement spécialisé effectuant la coupe de façon automatique, contrôlé par un ordinateur et supervisé par un employé de l’entreprise. Selon le type de viande à découper, l’ordinateur décide de l’angle et la position automatique du trancheur, dans le but d’optimiser chaque pièce de viande. De plus, au moment de la coupe, le programme ajuste l’épaisseur des tranches selon le type de viande.

Besoin réduit de personnels

En automatisant cette partie de la production, l’entreprise a réduit de 70% le nombre d’employés requis dans ce département. Les employés directement touchés par cette mesure n’ont pas perdu leur emploi. Ils ont été affectés à d’autres tâches comblant du même coupe des postes déjà vacants dans l’entreprise.

Gains en productivité

Bonne nouvelle : les avantages de cette automatisation dépassent la problématique de pénurie de la main d’œuvre!

En effet, le système permet d’aller chercher le nombre maximal possible de tranches coupées par pièce de viande. De cette façon, la matière première est utilisée à son maximum, augmentant ainsi la marge de revenus pouvant en être tirée !

Du 4… quoi?

Sans le savoir, Jean-Guy a fait… du 4.0 !

On entend souvent l’expression « Industrie 4.0 » sans trop savoir, qu’est-ce que ça mange en hiver? Mais automatiser ses opérations est justement une des composantes de cette quatrième révolution industrielle.

Un petit bémol à Jean-Guy

Il aurait eu tout avantage à faire appel à de l’aide externe experte pour réaliser en premier lieu un diagnostic organisationnel, pour deux raisons :

1) Il arrive souvent que les dirigeants comme lui prennent des mois pour évaluer le problème, ce qui peut se traduire en pertes financières et opportunités d’affaires perdues, sans garantie de résultats.

2) Il est possible qu’un système disponible pourrait non-seulement automatiser la coupe de viande, mais également d’autres opérations de l’entreprise.

Un bon diagnostic dressera un portrait complet des besoins et des gains à aller chercher, tout en révisant les solutions possibles pour maximiser les systèmes à intégrer. Il s’agit d’une étape cruciale pour sauver temps et argent et surtout éviter d’avoir à recommencer le travail dans quelques années.

Et vous?

C’est une bien belle histoire, mais vous êtes un peu perdu à savoir comment vous pourriez l’appliquer à votre situation? Prenez contact avec Yanick Hawey, directeur de l’Entreprise 4.0 chez Ciao avec plus de 11 ans d’expérience en milieu manufacturier, qui pourra prendre le temps de vous écouter et ainsi prendre connaissance de votre situation et de vos besoins, et ce, tout à fait gratuitement !

Yanick Hawey, Directeur — Entreprise 4.0

418 948–8803, poste 513

entreprise40@ciao.ca

Note : Cette étude de cas réunit plusieurs cas véridiques pour créer une mise en situation générale. Toute ressemblance avec un cas particulier est fortuite et est le fruit du hasard.