Ethique numérique, durable et responsable ?

C’est quoi ? Et comment on peut faire ?

Pascal Kotté
May 3 · 9 min read

Alors, elles influent et changent les politiques des nations.

La main invisible, de l’autorégulation des marchés

Oui mais, voici les bénéfices nets des GAFAM:

Cela, ce sont les revenus !
Et cela, ce sont les bénéfices nets… En 2016, en 2017 et 2018, cela monte encore…

Conséquences ?

Google peut se montrer très généreux, et offrir 11 millions de $ pour les réfugiés. En fait 5.5 millions de $, car l’autre moitié a été fournie par le public via un crowdfunding. (2015)

L’internet n’est pas compatible avec les règles du libéralisme

Car l’internet possède des propriétés qui rendent les spéculateurs néolibéraux totalement hystériques avec les innovations numériques…

  • Il est instantané (peu de frais, et aucun délai de livraisons)
  • Il est ubiquitaire (partout à la fois, la multiplication instantanée)

Avec Whatsapp et plein d’autres, cela impose d’installer un client propriétaire, en lui donnant accès à tous ses contacts, et les historiques d’échanges avec eux…

La liberté est en danger

Qu’est-ce qui enrichie les GAFAM ?

Essentiellement, la publicité. Les clics sur des pubs. Non pas l’affichage des pubs, sauf pour Youtube, mais quand Google ou Facebook arrivent enfin, à faire cliquer sur la pub: Hop, entre 5 centimes, ou 5 CHF, car c’est mis aux enchères surtout avec les “mots clefs précieux”.

https://fr.statista.com/infographie/15759/revenus-non-publicitaires-google-alphabet/

Le profilage est une nécessité

A l’ère de l’infobésité, nous avons tous besoin de pouvoir filtrer les informations reçues, afin de la limiter à nos centre d’intérêts.

Mais qui va décider et choisir ?

Aucune transparence, et avec la certitude que ce sera dans leurs propres intérêts et pas celui du public…

Mais ne parlons pas de la mise en dépendance volontaire !

Au fait, Google App G suite a monté ses tarifs de 20% sur 2019…

Quelles informations ? Nos données !

Nos biais cognitifs, à leurs avantages

Si je vous demande d’exporter la totalité de vos contacts de votre smartphone, dans un fichier VCF, facile, léger, exhaustif, tout y sera, même les commentaires privés (code entrée de l’immeuble, la clef wifi, anniversaires…)

Je suis un hacktiviste éthique ! je les inviterai en votre nom à mes ateliers/présentations…

Non ? OK, c’est plus raisonnable, je peux le comprendre !

Qui a installé Whatsapp ? Facebook ? Instagram ?

Ben alors ? Pas à moi ! Mais à ce brave Zucky, vous lui filez tous vos contacts, et même les fréquences et durées de vos échanges avec eux !! Et les updates...

Etes vous sûr que c’est le type le plus intègre de la planète ?

Des outils de manipulation massives, +fort que la télé

Ainsi, grâce à Whatsapp, et ses abonnements sponsorisés illimités au Brésil (comme en Suisse), qui impose une solution “privative” virale, en lieu et place des SMS ouverts et qui n’alimentaient pas ces datalake privés de données personnelles. Plus de 10'000 comptes, qui ont servi à bombarder les habitant de propagandes ciblées, ont dû être fermés sur dénonciation à Whatsapp (Facebook).

cf. http://BigData.cloudReady.ch (http://blogchaincafe.com/facebook-sait-que-vous-etes-tombe-amoureux-la-blockchain-non)

Des outils de manipulations massives

Et nous sommes facilement influençables, car humains…

Nous sommes marchandises, et bêtes à consommer !

Des outils devenus d’utilité publique, aux mains des spéculateurs. Il n’est même plus nécessaire de privatiser, c’est directement une rente privée…

Des protections discutables

Les lois GDPR et LPD en Suisse, protègent les usagers, c’est bien… Et cela oblige les éditeurs à faire signer un accord… “I accept”…

Contre les Data-Lake privés, des Data-coopératives !

Mesure une, une structure juridique qui doit ne pas être rachetable

Donc une association, une fondation, une coopérative, mais ni une SA, ni une SARL. La confédération a quitté Whatsapp pour Threema…

Super, et lequel des GAFA rachètera Threema ?

Mesure deux, une structure décentralisée

Libre sortie d’un hébergement, pour aller vers un autre, et surtout, résilience de l’ensemble, avec proximités géographiques possibles.

Mesure trois: Un code “ouvert” et libre !

Comment savoir si un code malicieux ne se trouve pas intégré dans un logiciel “Closed source” ? Surtout pour un usage collectif et public, c’est “Open” ou c’est pas ! Mais surtout, cela doit être Open data c’est à dire avec des interfaces et des capacités d’échanges et de transportabilité étendus. Ce qui n’est pas du tout l’objectif des géants privateurs.

Car notre liberté ne s’arrête pas là où commence celle des autres, c’est un leurre. Ta liberté débute que quand tu prends soin de la liberté des autres. (Pascal Kotté)

Exemples

Diaspora (Diasporing.ch) au lieu de Facebook, Mastodon (Tooting.ch) au lieu de Twitter, et PeerTube.ch au lieu de YouTube.

Voir aussi:

CloudReady CH

Observatoire francophone (basé en Suisse romande) sur le "Cloud computing", pépinière pour des transformations sociétales positives avec le numérique, vers une humanité digitale durable: http://Tech4good.ch

Pascal Kotté

Written by

Réducteur de fractures numériques, éthicien digital, Suisse romande.

CloudReady CH

Observatoire francophone (basé en Suisse romande) sur le "Cloud computing", pépinière pour des transformations sociétales positives avec le numérique, vers une humanité digitale durable: http://Tech4good.ch