Une sympahique startup suisse, qui va faire peur à nos citoyens!

Pascal Kotté
May 25, 2017 · 9 min read

Quand tu arrives sur leur site, tu reçois le popup d’un ‘chat’ en ligne, avec photos des collaborateurs pour engager une conversation ‘live’…

Et à première vue, la solution consiste à espionner et traquer tes visiteurs ! On en reparle après…

Mais ce qu’ils ont mis au point et réalisé est (à priori) génial !

Leurs clients sont toutes les PME de 1 à 50 personnes, de la planète, et du coup, une seule langue chez eux: L’anglais (pour les outils, pas pour causer…)

Ils m’ont tapé dans l’oeil car j’avais dans le collimateur ce type d’outils, simples, adaptés à nos PME, interconnectés avec les nouvelles applications du Cloud.

Et je ne m’attendais pas à la trouver en Suisse, à 20 minutes à pied de chez moi ! Je sais que la Suisse est le premier Pays en termes d’innovations, mais je sais aussi que nous sommes culturellement dans un retard numérique public dramatique…

Habituellement, l’innovateur est un étranger importé. Concernant Philip, il est tout de même un Suisse atypique, d’origine suisse allemande, issu de l’école hôtelière de Lausanne, marié avec une anglophone, deux enfants que je devine bi-, ou tri-lingue de naissance (enfin pas encore le second, de 3 mois…)? (Oublié de lui demander si il leur parlait en allemand, j’ai déjà rencontré des enfants tri-lingues, fantastique!)

Une très chouette visite et belles rencontres

2 Techs et Philip, en cofondateur, la vraie startup numérique, peu de meuble, pas de papiers, en short, l’un sur un siège ballon, l’autre devant un bureau volontairement en mode “debout”. L’outil principal, clavier-écran, évidemment!

Non, il n’y avait pas de câbles partout, et ils étaient tous les 3 beaux mecs et athlétiques mesdames ! OK, je crois que David porte des lunettes, mais ils sont loin des clichés du Geek digital… J’ai rencontré des adultes responsables, de prendre soin d’eux-même, et des pères de famille (désolé mesdemoiselles, ils sont casés visiblement).

Le gros du code est fait maison, en Scala pour le backend, hébergement via Heroku (SalesForce). Des intégrations de produits tiers, pour le plugin Chrome (via Aptitude, dans l’Innovation Park de l’EPFL), et Outlook via un partenaire UK.

En démarrage effectif depuis deux ans (?), 150 clients (pour 1300 essais demandés). (Zut, oublié de lui demander combien de Suisses sur les 150…). Une version ‘Freemium’ est envisagée, mais pour le moment, besoin de faire croître la clientèle pour dépasser le seuil de rentabilité. Trois ‘business angels’ privés, devraient être rejoint par un quatrième, et d’autres sont en discussions.

“Le mode Mashup de services Web est parfait pour les PME”

Mashup c’est quoi? Plutôt que de faire une grosse usine à Gaz qui fait tout ! Tu découpes les routines de traitements et opérations numériques dans multiples services web, les plus indépendants possibles. C’est l’ère des applications “Cloud native”, avec une capacité de répliquer bien plus facilement le service web pour des raisons de redondances, ou bien de charge.

Le Cloud, c’est 24x7

Toujours pas compris ? Ci-contre, si tu peux lire l’anglais !

Et en occurrence, nous parlons bien d’un ‘Mashup’ côté utilisateur/entrepreneur :

  • Tu gères tes actions avec ASANA (ou Wrike),
  • tes emails et
  • calendrier avec Gmail,
  • ta newsletter avec Mailchimp.
  • Lequel se mettra à jour tout seul grâce à Zapier ! (Ceci est un exemple pour expliquer, pas nécessairement le cas chez eux)

Et SalesWings, connecté à ton Mailchimp, ton site web, et tes contacts Gmail: t’indiquera quels sont les contacts que tu dois rappeler en premier, car il viennent de visiter ton site, ou de lire ta news !

C’est donc une de ces briques, pour faire son propre “Mashup” numérique.

A ce sujet, à la question sur les API, avez-vous un connecteur ZAPIER ?

Il sort demain!” m’a répondu Philip: Trop fort!

Mais pour les grandes compagnies, le partenaire unique tout intégré !

Philip ne pense pas que le modèle Mashup va s’imposer aussi dans les grandes entreprises, qui vont rester avec un des grands acteurs (SalesForce, Dynamics, SAP, …).

Je confirme qu’actuellement gérer des centaines de connecteurs inter-dépendants peut devenir rapidement un véritable challenge, pour maintenir tout cela. Mais personnellement, je pense que des acteurs de supervision d’API actives, de flux, vont apparaître, ou évoluer depuis des acteurs comme Zapier. Mais ce n’est pas encore maintenant…

Philip n’en est pas à son coup d’essai

Il a commencé par apprendre pendant 6 mois dans une start-up avec le sac solaire: Sakku. Puis, deux années avec Amanda, le SaaS de gestion d’entreprise maintenant fermé, suite à trop de spéculations ? Nous avons continué de causer de Cloud, de Zendesk, et de son rejeton indien Freshdesk. Je lui ai mentionné les évolutions NoOps, et AWS Lambda d’Amazon. Encore moins réversible que Freshdesk, ou Wix, mais on peut au moins programmer pour récupérer les données, dans une sauvegarde locale à son territoire juridique…

Déjà prêt à l’exit

Philip regrette l’absence de culture d’investissement et de fonds de placements suisses pour assurer la conservation sur le territoire Suisse. Il semble résigné à devoir ‘vendre’ un jour, à une entreprise américaine…

Aparté perso: C’est étonnant, mais les Startuper “PRO” semblent déjà programmés à revendre leur “bébé”. Nous avons causé de ces “Licornes” comme WhatsApp, qui finalement, se font racheter (Facebook) au grand bonheur des investisseurs et créateurs:

Enfin Libre ! Heu… Riche !

Mais de quoi ? Et avec quelles satisfactions ? Après avoir menti à leurs utilisateurs (Je parle de WhatsApp) ? J’exagère, mais les spécialistes mentionnent que nous avons besoin d’un revenu de 100'000 CHF pour un bonheur optimal, et qui ne grandira guère ensuite… Par contre, l’accès au bonheur dégringole grave quand tu n’as plus de revenus, c’est l’angoisse… Et si cette boulimie de concentration des moyens financiers, était une tare ? Comme celle de vouloir être un élu ? (je me suis présenté ;)

Nous avons parlé de WIRE, qui fait encore plus fort, ils ne savent pas encore quel sera leur business model ! Au moins, ils ne font pas semblant. Alors revendre une start-up qui fonctionne et qui te nourri, car pour la faire passer de “bébé”, à “adolescent”, il faut l’alimenter en “cash”, et donc accepter d’en donner la “propriété”, car la croissance organique dans le monde numérique, n’est plus possible ?

Perso: Pourquoi ? Car il faut aller vite ! Il faut aller loin ! Il faut viser haut ! Mais au nom de quoi, de la pression spéculative des 2% des propriétaires qui ont déjà+90% de la planète ? Qu’est-ce qui gouverne nos choix et nos décisions ?

Question Tech4good — TechSoup compatible ?

Charities & Non-profits: ask for discounts!

(prévu et mentionné sur le site web, décidément, bien sympathique cette équipe).

Nous vous souhaitons une très belle évolution, et chouette croissance, et surtout, de très bons moments avec vos enfants. ils grandissent si vite.

Au fait, il fait quoi exactement SalesWings ?

Il fait du tracking de visiteurs sur votre ou vos pages web ! Et mettent à jour cette information dans votre CRM (SalesForce, pour le moment?), et il vous affiche la liste des visiteurs “chauds”, dans votre base de contacts, pour vous inviter à les recontacter !

Et comme je vous le disais, cela va faire peur à plusieurs de nos citoyens suisses.

Nous allons donc essayer cela avec LIN et Tech4good.ch, et je complèterai ce post, ASAP ;-)

A suivre…

LinkedIn

“ Our LinkedIn Tracking feature is currently not available. We are speaking with LinkedIn to find a way to make it available in the near future.”

Ce sera peut-être plus facile en l’associant avec un contrat de partenariat pour s’interfacer avec Dynamics de Microsoft ?

WIX

Pas (encore) compatible avec LA plate-fore numéro un de création de site web self-service (mais on peut aider cf. ICT-a.ch), car les scripts java sont désactivés sur Wix, probablement pour des raisons de sécurité.


Track or not track ?

Se faire profiler, pister, sniffer, repérer, géolocaliser, surveiller !

Mais que c’est désagréable…

Et maintenant que le peuple suisse a autorisé son propre gouvernement à faire de la surveillance massive, cela va empirer…

Pourtant, à l’ère de l’infobésité, ce n’est pas une option, nous en avons besoin !

Je m’explique

Dans le flux des informations qui nous assaillent de tout bord, nous sommes condamnés à devoir “filtrer” ces informations ! Il est donc normal de faire un “profil” du type d’information qui nous intéresse, pour automatiser une sélection, car nous ne pourrons (pouvons) plus le faire nous-même, seul. Les techniques “Deep learning” permettent même de mieux analyser nos “attentes” et nos “besoins”, en regardant et mesurant nos propres activités…

Sauf que…

Le problème n’est pas d’être “profilé”, car c’est nécessaire ! Le problème c’est qui va contrôler les algorithmes de vos profils, et surtout des filtrages qui seront effectués ? Cela devrait-il être uniquement sous votre propre contrôle ? Comme me le répète mes amis “libristes” (les communautés des logiciels libres et “Open source”).

  • Ainsi, un internaute pourra configurer son filtre pour ne lui délivrer que des contenus “PRO Daesch, ou Nazi, etc…” ? Au risque de creuser et réduire la culture du lecteur à moins, et moins !
  • Ou bien filtrage culturel d’état ? Avec censures… Comme en Corée du Nord ?

Mais le BOT qui est capable de déterminer ce qui est débilitant de ce qui sera enrichissant, n’existe pas encore. Mais il pourrait apprendre, d’une collectivité multiculturelle de référence et reconnue ?

Quelles conséquences ?

Google explique qu’il n’y a plus UN Internet, mais des Internets, et c’est le problème des bulles Internet ! (sous-titre FR activable) “Filter bubble

Merci à Eli en 2011

Ce n’est pas le seul problème Eli: Lors de la création d’un nouveau profil, en se déclarant de 13 ans, Google YouTube nous affiche une sélection de contenus des plus débilitants et très peu adapté à un 13 ans, (sans parler du fait où je me déclarais avoir 10 ans, juste avant…) Est-ce que c’est un accident des algorithmes avec un nivellement vers le bas, ou bien est-ce une volonté avérée de créer une humanité crétinisée ?

J’aimerai bien moi, que Google sache que cet enfant connecté de 10 ans, se faisant passer pour un 13 ans, puisse accéder à un Internet/YouTube qui va lui proposer une sélection de contenu qui pourront enrichir et nourrir son intelligence !

Mais est-ce dans l’intérêt de nos multinationales ? Ou bien sont-elle elle-même programmée pour fabriquer des braves consommateurs obéissants ? Comme nos écoles étaient programmées pour fabriquer des bons ouvriers et soldats… Étaient ?

La crétinisation de l’humanité n’est pas de mon invention:

Bernard Stiegler — Vers une économie de la contribution !

Et veuillez noter que je revendique aussi ma propre stupidité, passée, et de commencer seulement à 47 ans, de vouloir en sortir…

Mieux vaux tard que jamais

Mais sur le tracking par SalesWings, rassurez-vous !

On se contente juste, pour le moment, d’identifier les personnes déjà connues, pour vous remonter leur visite, sur votre eMailing ou votre site web…

Mais moi, je sais déjà quel est mon prochain Feature Request pour eux:

Serait-il possible de récupérer les coordonnées et toutes informations possibles sur mes visiteurs, que je ne connais pas encore ?

La réponse est oui, c’est possible, mais ce ne sera probablement pas accessible: Tous les internautes qui utilisent Chrome en mode ‘connecté’, ou même une fenêtre Firefox en parallèle à une session Google ouverte. Si tu as aussi une session Facebook, LinkedIn ou Twitter ouverte, ont peut aussi récupérer tes identifiants (mais pas ton mot de passe, quoique...). C’est bien pratique, surtout pour faire de l’auto-login (SSO), mais…

Croyez-vous que google ignore qui vous êtes quand vous ouvrez une fenêtre anonyme depuis votre session Chrome ? Cela le devrait, mais puis-je le croire?

http://Responsility.digital

Si toi, tu veux quand même apprendre à ne plus te laisser flairer le derrière !

Tu peux venir nous rejoindre dans nos espaces mensuels d’entraide numérique (2nd samedi du mois): http://intergen.digital (Pully, et Yverdon pour le moment). Tu y trouveras aussi des informaticiens qui pourront te montrer comment ne pas se faire “tracer” (avec nos conseillers d’ICT-a.ch). Mais simple, on ne vas pas te former sur “Tor”…

Pour ma part, tout ce que je fais et raconte sur le Net, je le fais avec mon vrai nom, ma vraie tête, et considère tout comme public. Enfin, presque…


En savoir plus sur SalesWings, mais c’est en anglais, 3mn

Un peu plus technique, et 15mn…

CloudReady CH

Observatoire francophone (basé en Suisse romande) sur le "Cloud computing", pépinière pour des transformations sociétales positives avec le numérique, vers une humanité digitale durable: http://Tech4good.ch

Pascal Kotté

Written by

Réducteur de fractures numériques, éthicien digital, Suisse romande.

CloudReady CH

Observatoire francophone (basé en Suisse romande) sur le "Cloud computing", pépinière pour des transformations sociétales positives avec le numérique, vers une humanité digitale durable: http://Tech4good.ch

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade