(French) Crossroad en Corée du Sud

C’est aussi ça l’OrangeFab France : un texto de Pascal (Directeur de l’OrangeFab France) reçu en pleine nuit (4h19 pour être exact) avec une proposition d’aller pitcher à l’autre bout du monde, une réponse de notre part dans la foulée et quelques dix mails plus tard, nous voici avec Aurélien dans un avion en direction de Séoul.

Le but de ce voyage ? Participer, en tant que startup européenne au Demo Day du « League of Accelerator 2015 » qui réunissait une importante délégation d’accélérateurs asiatiques (Japon, Chine, Corée du Sud) et les startups accélérées par ces derniers. 
 Il existait un autre but inavoué pour nous : découvrir le mode de vie à la Coréenne, sujet non traité dans ce post puisque totalement hors sujet !

Suite à notre participation à ce superbe événement, voici quelques retours à chaud.

L’accueil et l’organisation

Impeccables du début à la fin ! Tout était fait pour que nous nous sentions chez nous malgré les 8965km qui nous séparaient de la France. 
 L’événement se déroulait sur une journée et était divisé en deux temps.

  • Le matin : une « keynote » sur le product design suivi d’un « panel » faisant l’état des lieux des accélérateurs et de leur nécessité de travailler avec l’ensemble de l’écosystème startup mondiale. Des représentants de 500 Startups, Techstars et SparkLab entre autres animaient la discussion.
  • L’après-midi : 25 pitchs de startup d’une durée de 5min suivis d’un nouveau panel orienté cette fois sur l’Open Innovation. Christine Gendre (Director / Startup business Development à OrangeFab) intervenait et à clairement démontré qu’Orange est précurseur sur ce sujet en France. L’après-midi s’est terminée par la remise des prix pour les startup accélérées.

En tant que « guest », j’ai eu l’honneur de lancer la session de pitch dans une salle bien remplie et plutôt surprise de voir un frenchy sur scène — Crossroad était la seule startup européenne à pitcher à cet événement.

Les accélérateurs

Dix-neuf accélérateurs avaient fait le déplacement. Ceci dans le but de présenter à eux tous 24 startups lors d’une compétition de pitch ayant pour finalité de couronner les 5 startups s’étant le plus développées durant leur phase d’accélération. 
 Avec Aurélien, nous avons été surpris par le fonctionnement des accélérateurs asiatiques, car pour la plupart, ils jouent autant le rôle d’accélérateurs que de fond d’investissement. 
 En effet, bien qu’il ne soit pas rare que les accélérateurs participent aux tours de table des startups accélérées en Europe (Numa en France par exemple) et aux USA (Ycombinator ou 500startups), en Asie, la rentrée dans un accélérateur se fait obligatoirement avec investissement, et sur des gros tours. Selon Hanjoo Lee, le cofondateur de SparkLabs:

“une fois sur deux, l’accélérateur lead même le tour de table”.

Parmi les startups présentes, la majorité avait réalisé des gros tours de seed voire de belles série A.

Qualité des startups mais un style bien différent

Les pitchs se sont suivis et se sont ressemblés pour la plupart… non pas par les contenus et les produits, très différents d’une startup à l’autre, mais sur la façon de présenter qui nous a semblé pleine de retenue et souvent peu dynamique. 
 Cela contrastait avec la qualité des startups en elles-mêmes, qui pour la plupart avaient de beaux produits, de très belles équipes (MIT, Harvard, Stanford / 5 à 10 ans d’existence) et de très beaux accomplissements (belles levées de fonds, beaux CA, expansion internationale rapide, croissance mensuelle à 3 chiffres, rythme de recrutement soutenu).

« Mais en fait il s’en passe des choses en Corée »

Après avoir discuté avec pas mal d’entrepreneurs coréens et responsables d’accélérateur, la Corée semble être une terre très fertile pour les startups. Les événements comme le « League of accelerators » font partie d’un ensemble d’initiatives de l’État visant à favoriser l’économie numérique, les investissements sans oublier le rayonnement à l’international des pépites locales. 
 La Corée est un pays en perpétuelle croissance (il n’y a pas que la K-pop — cf PSY — qui s’internationalise jusqu’à nos portes) et cela se voit lorsqu’on apprend que le nombre de startups a été multiplié par 2 en 5 ans.

Finalement, nous devrions peut être un peu plus regarder ce qui se passe en Asie au lieu d’avoir les yeux rivés sur les USA (Oui oui Silicon Valley je parle de toi).

Des belles rencontres

Pour nous, cette journée a été l’occasion de nous faire remarquer par des accélérateurs (et donc des VC), de nous faire des contacts qui pourraient s’avérer utiles si jamais nous décidions de nous implanter en Corée et/ou au Japon, sans oublier des potentiels partenaires industriels de renom dont il est encore trop tôt pour parler :) 
 Affaire(s) à suivre donc !

Merci aux équipes d’OrangeFab France et d’OrangeFab Corée pour cette superbe opportunité pleine d’enseignements et de découvertes.

Quelques photos de l’événement :


Originally published at blog.crossroad.io on December 4, 2015.