Hack du jour #18 : travaille en perruque !

nod-A
nod-A
May 1, 2018 · 3 min read

Malheureusement ce hack ne veut pas dire que tu vas voyager dans le temps et retourner à Versailles pendant tes heures de boulot. Le est miraculeux, certes, mais on n’a pas encore résolu la question de la machine à remonter le temps… (mais ce n’est qu’une question de volonté : à cœur hacker, rien d’impossible !)

Non, le travail en perruque en porte une pour ne pas être reconnu, parce qu’il est un peu clandestin… L’idée, c’est de travailler sous le radar sur une idée prometteuse mais qui n’a pas été validée par les décideurs officiels.

Si ton management est un peu frileux, a peur des projets qui sortent des sentiers battus, ou n’a plus le temps de réfléchir à long terme parce que tout le monde est constamment en mode urgent-urgent-pressé-pas-l’temps, le travail en perruque est ton ami.

Ouh là oui, qu’est-ce que tu travailles totalement au gros dossier Bidule qui préoccupe tout le service en ce moment, oh là là là là qu’est-ce que tu y bosses ! D’ailleurs c’est un projet complexe et pas évident, hein, ah ça non!

La vérité c’est que tu as fini ce projet depuis quelques jours déjà et, en attendant que les autres raccrochent les wagons, tu en profites pour bosser sur autre chose. Une idée que tu as eue comme ça : elle te passionne et tu es persuadé(e) qu’elle a un vrai potentiel.

Sauf que voilà, tu connais ton management et tu sais qu’ils réfléchissent de façon complètement piétonne: selon eux, on ne peut pas arriver à D sans être d’abord passé par A, B et C. Alors que ton idée les catapulterait directement à F. Mais si tu leur proposes ça, tu les vois déjà : mines renfrognées, ils font « non » de la tête.

Et pourtant ton idée est pile-poil dans les objectifs stratégiques annoncés à grand renfort de comm’ interne par la direction. Mais comme souvent, ce sont beaucoup de grands mots et peu de concret.

Alors tu actives la règle d’or du hacker : pourvu que les résultats soient au rendez-vous, il vaut mieux demander pardon après coup que demander la permission avant.

Tu grappilles un peu de temps sur ta pause déjeuner, tu restes un peu plus tard au bureau, tu profites d’un temps mort pour bosser à cette nouvelle idée.

Tout est bon à prendre : la période de flottement entre deux projet officiels, un temps de validation longuet (ou alors tu peux faire le process à pied), une réunion à laquelle tu as démontré que tu n’avais pas besoin d’assister… Utilise à fond toutes ces poches temporelles* pour te consacrer à ton projet.

(*Bah tu vois finalement, cette machine à voyager dans le temps, on y vient…)

Quel bol d’air frais de bosser sur un projet qui a du sens pour toi et qui peut vraiment aider ta boîte. Avec en plus le frisson de l’interdit, hu hu.

Entre nous, quelques astuces supplémentaires : trouve un binôme avec qui travailler dans le secret, la joie et la bonne humeur. Avoir un complice, c’est plus drôle.

Et, hum, certains, que nous ne nommerons pas, en profitent aussi pour choisir un stagiaire avec un profil qui aide leur projet secret. On dit ça, on dit rien.

Plus d’inspiration :

: c’est grâce à cette règle des 20% que sont nés Gmail, Adsense, Google Now, etc.

(et , Joe Beda)

Pour aller plus loin : retrouve toutes les astuces et idées de hacks dans le jeu Petits Hacks entre amis disponible en crowdfunding sur

Signé : , une équipe qui te veut du bien ✌️

Corporate Hacking

24 hacks pour transformer l’entreprise !

nod-A

Written by

nod-A

We design Sprints, distribute tools and provide training. This enable transformation while releasing the full capacity of teams and individuals #Makestorming

Corporate Hacking

24 hacks pour transformer l’entreprise !