La newsletter “Créativité éditoriale” #14

Des ressources pour doper votre créativité, c’est ma promesse mensuelle. Et comme la créativité c’est la capacité à inventer, c’est de l’inspiration qu’il vous faut. Des choses à partir desquelles les idées vont venir que d’autres n’ont pas eues. Ce mois-ci, des listes et des pistes, des choses à faire et d’autres à éviter. Plus qu’à se laisser porter.

Sébastien Bailly

Abonnez-vous par email

1- Twittons linguistique

Et si vous suiviez Laélia Verron sur Twitter ? Elle y parle linguistique et publie de jolis threads, des fils, en français, sur les idées reçus et bien d’autres sujets. C’est le plus souvent accessible. Et cela fait partie de ces pépites qu’on aime découvrir sur les réseaux sociaux. Ce qui m’a fait craquer ? Ce fil sur les raisons pour laquelle on n’aime pas trop que la langue évolue. Son compte ? Dr Laélia Verron.

2- Conseils à un jeune auteur

Un des plaisirs du web est d’y retrouver des vieilleries. Mais pas sûr que ces conseils à un jeune auteur aient pris une ride. J’y avais apporté ma pierre, en 2004. Mais tout le monde n’était pas sur le web, alors. Remettons cette page en avant, et ses 210 conseils auto-référents (et donc drôles, voire hilarants) qui feront progresser n’importe quel scribouillard sur le chemin d’une écriture limpide.

3- Ce qu’il ne faut pas faire

Il n’y a pas que les bonnes pratique : on s’amuse aussi beaucoup avec ce qu’il ne faut pas faire. Cyrille Franck a répertorié 10 erreurs en terme de contenu sur le web. 10 bourdes, 10 catastrophes. Pas terrible lorsqu’on s’y reconnait… Le titre de son article est clair : Qualité des contenus : 10 exemples à ne pas suivre.

4- Les joies de la collocation

En linguistique, une collocation est une cooccurrence privilégiée, une association habituelle d’un mot à un autre au sein d’une phrase, un rapprochement de termes qui, sans être fixe, n’est pas pour autant fortuit, comme : « voix suave », « courir vite », « entraîner des conséquences ». C’est Wikipedia qui le dit. Et l’on en parle à l’occasion de la mise en ligne d’une liste de collocations réunies par Benoit Melançon. A éviter si vous souhaitez vous démarquer. A ranger sur l’étagère des clichés et autres lieux communs. Et cliquez là pour aller un peu plus loin dans la maîtrise de la notion de collocation.

5- Jeux de mots tôt, jeux de mots tard

Marc Hillman est un stakhanoviste, un fou furieux, un serial rieur. Il produit des jeux de mots comme un robinet fuit. Ca ne s’arrête jamais, ça se répand, ça dégouline tant et plus. Le suivre sur Twitter c’est le risque de la douche ininterrompue. Le genre calembour laid ne lui fait jamais peur. Il rebondit sur l’actualité, et en rajoute encore une couche quand vous croyez qu’il n’y a plus rien à ajouter. Et il publie des livres, plein de livres, et encore des livres. Si vous aimez le genre, offrez-vous, au moins, La Folie des holorimes. Ce n’est pas Louise de Vilmorin, mais ça déride les zygomatiques. Louise, elle, a su dans L’Alphabet des aveux donner toute sa poésie à l’holorime (ce vers qui rime de bout en bout). Un autre genre :
 Étonnamment monotone et lasse
 Est ton âme en mon automne, hélas !

Abonnez-vous par email

Autopromo

Envie de mettre une seule chose en avant ce mois-ci : le livre de Romain Brifault que je co-signe : Ma différence est ma force. Romain est styliste. Il a du talent. Et il est autiste asperger. J’ai écrit son histoire avec lui, vous pouvez retrouver le livre dans toutes les bonnes librairies à partir du 15 octobre, et suivre toute l’actualité de la sortie sur ma page auteur, sur Facebook.

Vous avez une stratégie éditoriale à mettre en place, des textes à écrire, une formation à planifier ? Parlons-en !