Accélérateur de startup: Identifier le moment idéal pour lever des fonds

Quand faut-il ouvrir son capital, attirer des investisseurs ? Quels types d’investisseurs ? Autant de questions que vous vous posez tôt ou tard dans le processus de création et de développement de votre startup.

Sources de financement

Il y a deux grandes sources de financement pour une start-up: le capital qui donne droit à des actions, et la dette qui peut, soit financer l’activité courante, soit financer des investissements.

Capital

Les premiers fonds sont apportés par les fondateurs, en fonction de leur capacité financière et des besoins liés au développement du projet.

Ensuite, les fondateurs se tournent vers les “Family/Friends/Fools” (FFF) qui sont les premières personnes extérieures au projet susceptibles d’y apporter des fonds. Ils le font parfois pour des raisons qui ne sont pas liées aux mérites du projet.

Pour attirer des Business Angels (BA), des tiers via un Crowdfunding ou des Venture Capitalist (VC), le projet se doit d’être prometteur: traction prouvée du marché, prototype validé, premiers revenus enregistrés, business model potentiellement rentable et “scalable”.

Dettes Long terme

En règle générale, les banques seront prêtes à vous suivre si elles constatent que des actionnaires extérieurs sont attirés par le projet et/ou si vous pouvez leur donner des garanties en tant que fondateurs.

De plus en plus d’investisseurs travaillent avec des prêts convertibles, de manière à limiter leur risque au départ et à pouvoir bénéficier de “l’upside” en convertissant leur dette en actions si l’activité se développe positivement. Les subsides sont le plus souvent considérés comme une forme de prêt, remboursable ou non.

Dettes court terme

Ces sources de financement constituent les ressources de votre startup (passif du bilan) et servent à financer l’activité courante et les investissements (actif du bilan).

L’activité opérationnelle est également une source de financement au travers des paiements faits par vos clients et du délai de paiement que vous parviendrez à négocier avec vos fournisseurs.

Fonds de roulement, Besoin en Fonds de roulement et Trésorerie

Le fonds de roulement de votre startup représente les fonds dont elle dispose pour financer son activité. Ces fonds proviennent de la différence entre les capitaux stables (capital et dettes long terme) et les investissements réalisés (actifs long terme). Ils servent à financer votre stock et le crédit accordé aux clients net du crédit obtenu des fournisseurs, c’est-à-dire le besoin en fonds de roulement. Le surplus éventuel de fonds se retrouve en caisse: c’est la trésorerie.

FR (Fonds de Roulement) — BFR (Besoin en Fonds de Roulement) = TN (Trésorerie Nette)

3 cas de figure se présentent:

  • Fonds de roulement positif : cela signifie que les capitaux stables sont suffisants pour financer les investissements et l’activité courante de votre entreprise. Le surplus de trésorerie pourra être utilisé à des investissements futurs ou une croissance de l’activité.
  • Fonds de roulement nul : cela signifie que vos capitaux stables permettent uniquement de financer les investissements actuels et l’activité courante. Il n’y a pas de surplus de trésorerie, ce qui nécessite de trouver de nouvelles sources de financement pour financer les investissements futurs ou la croissance de l’activité.
  • Fonds de roulement négatif : cela signifie que vous ne pouvez pas financer les investissements et/ou l’activité courante de la société. Pensez à augmenter vos capitaux stables (capital et/ou dettes long terme).

Burn Rate

En tant que fondateur et gestionnaire de votre startup, il est important de savoir quel est le “cash burn” de votre activité, c’est-à-dire quel est le montant de cash que vous “brûlez” chaque mois pour couvrir les coûts fixes de votre activité (salaires, frais, investissements, taxes..) par rapport à l’argent qui rentre. Cela correspond à la consommation de trésorerie par mois.

Ce que les investisseurs veulent savoir lorsqu’ils vous demandent votre “Burn Rate”, c’est combien de temps leur investissement va suffire à combler les besoins de fonds de votre startup avant que celle-ci ne génère des flux monétaires positifs. Autrement dit, ils veulent savoir dans combien de temps vous reviendrez les solliciter pour un investissement complémentaire. Le calcul du “Burn Rate” vous permet, sur base de vos prévisions, d’anticiper quand vous devrez trouver de nouvelles sources de financement.

Le calcul du « Burn Rate » est très simple. Supposons que vous aviez 1M€ au 1er janvier 2016 et que vous en aviez 400K€ au 1er juillet 2016. Vous auriez donc « brûlé » 600K€ en 6 mois et votre « Burn Rate » serait donc de 100K€ par mois.

Sachant que vous “brûlez” 100k€ par mois et qu’il reste 400K€ de fonds, vous savez que vous avez moins de 4 mois devant vous pour générer des flux monétaires positifs. Autrement, vous devrez retrouver de nouvelles sources de financement ou votre startup devra trouver un moyen de réduire son “Burn Rate” pour tenir plus de 4 mois avec les fonds disponibles.

Quel timing ?

Le timing est avant tout dicté par le burn rate de votre startup et de votre capacité à rassembler des fonds rapidement. Il est clairement plus facile de lever des fonds si vous avez une histoire positive à raconter et si vous entretenez déjà de bonnes relations avec certains investisseurs et banquiers qui sont prêts à vous suivre. N’attendez pas d’être acculé pour chercher du financement. Anticipez et saisissez les opportunités de marché (concours, subsides, FFF, secteur attractif..).

Par contre, lever trop d’argent peut créer des tensions sur son utilisation, avec le risque d’être moins attentif aux dépenses ou au suivi des paiements des clients. Cela peut également engendrer une poussée vers la croissance à tout prix, nécessitant des investissements conséquents non rentables à court terme. N’oubliez pas que financer une croissance est très consommatrice de cash même si cette croissance est rentable.

A faire:

  • Surveillez votre consommation de cash au moins une fois par semaine ! C’est l’indicateur clé pour toute start up, surtout pour celles qui connaissent une croissance rapide.
  • Anticipez — discutez entre fondateurs du type d’investisseurs que vous aimeriez autour de la table et de leur rôle, discutez des concessions que vous seriez prêts à faire pour obtenir du financement (garantie, covenants, dilution, perte de pouvoirs de décision, contrôles, reporting,...)
  • Soyez proactifs — établissez un premier contact avec les investisseurs que vous avez identifiez même si vous n’avez pas besoin de financement immédiat. Ils pourront ainsi suivre votre développement et votre histoire. Vous créez une relation et votre crédibilité.
  • Soyez proactifs — n’attendez pas d’être acculé pour lever des fonds. Il est clairement plus facile de lever des fonds si vous avez une histoire positive à raconter, des perspectives de croissance.
  • Soyez crédibles avant d’aller vers les investisseurs. Préparez un business plan réaliste mais attractif. Prévoyez des étapes dans votre développement en fonction des fonds disponibles. Préparez-vous aux questions qu’ils pourront poser tant sur l’équipe, le marché, le produit/service que sur les résultats.

Points d’attention :

  • N’oubliez pas de tenir compte de vos investissements dans vos prévisions de cash: quels sont les investissements nécessaires pour vous permettre de réaliser les premiers revenus et quels sont ceux qui seront nécessaires pour soutenir la croissance.
  • N’oubliez pas de tenir compte de la TVA (à payer ou récupérer) dans vos prévisions de cash.
  • Evitez de vous payer un plantureux salaire dès la création de votre startup. Les investisseurs ne prendront un risque en finançant votre startup que si vous en prenez également. Soyez raisonnables mais réalistes en fonction de vos contraintes financières personnelles.
  • Réfléchissez bien avant d’engager du personnel. Cela engendre des coûts et des obligations: vous devez disposer du cash nécessaire pour payer les salaires à la fin de chaque mois. Plus question de jouer sur la flexibilité de ne plus se payer pendant quelques mois faute de cash…
  • Soyez attentifs aux contrats que vous signez avec vos investisseurs et banquiers, notamment au niveau des droits et obligations de chacun (covenants, reporting, droits de vote, de sortie, de conversion...)
Like what you read? Give Sophie Malarme-Lecloux a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.