Accélérateur de Startup : Méthode du LEAN CANVAS — Visualisez vos hypothèses critiques !

La méthodologie Lean startup promet de faire plus avec moins ; de focaliser l’énergie et le temps des porteurs de projet sur l’essentiel et d’évacuer un maximum d’activités à faible valeur ajoutée. Ceci de manière à détecter le plus rapidement possible toute hypothèse importante qui ne serait pas valide, afin de maximiser les chances de réussite du projet !

Programme certes ambitieux, et qui a démontré son efficacité dans de nombreux contextes.

Un des principes fondamentaux du Lean startup est que l’entrepreneur (ou l’équipe) ne sait à peu près rien quand elle démarre. L’enjeu est alors de documenter les éléments de son projet entrepreneurial, d’en identifier les suppositions qui, si elles s’avéraient fausses, mettraient le projet en péril, et de chercher par tous les moyens (en préférant les moyens les plus rapide et léger) à les (in)valider. Il s’agit de ces fameuses hypothèses critiques, qui, si elles sont invalidées, entrainent un pivot plus ou moins significatif pour le projet.

Je vous rappelle que l’invalidation des hypothèses est vue comme une bénédiction pour la startup ! L’invalidation d’une hypothèse veut dire qu’une chose sur laquelle repose toute la startup ne se vérifie pas dans la réalité… Imaginez dès lors la quantité d’énergie, de temps et de ressources (donc d’argent) économisés grâce à l’information simple et factuelle que quelque chose d’essentiel pour le projet ne fonctionne tout simplement pas !

Un des éléments clés du processus est ce grand poster avec 9 cases, appelé LEAN CANVAS.

Le LEAN CANVAS, c’est quoi ?

L’Outil du Lean canvas permet de visualiser les différents aspects de votre startup (ou projet). Les 9 cases couvrent l’ensemble des aspects business de la startup. Il permet donc d’avoir un aperçu visuel rapide et complet. Rien que cet aspect visuel aide grandement à se focaliser sur l’essentiel.

Travailler sur un Lean Canvas permet donc d’identifier les hypothèses, de les trier par priorité ou par importance de risque.

L’objectif sera ensuite de les valider par des tests ou expériences appropriés et pertinents (voir article correspondant). Mais cela concerne davantage la méthodologie Lean startup que le Lean Canvas spécifiquement.

Le Lean Canvas est une variante proposée par Ash Maurya, à partir du Business Model Canvas (BMC), proposé dans le désormais classique livre Business Model Generation de Alexander Osterwalder & Yves Pigneur. Le Lean Canvas semble davantage approprié au démarrage du projet, lorsque l’espace du possible est grand ouvert !

Ash Maurya — Lean Canvas vs BMC (https://leanstack.com/why-lean-canvas/)

Quand cet outil est-il pertinent ?

Dès le tout début. Dès que votre idée a germé. Dès que vous sortez de la douche avec cette intuition extatique du EUREKA entrepreneurial ! Et il vous accompagnera, en évoluant tout au long de la construction de votre projet.

Comment ça marche ?

Seul ou en équipe, imprimez un canvas en GRAND depuis une image disponible en ligne (Article original de Ash Maurya avec le lean Canvas : https://leanstack.com/why-lean-canvas/ — Une version FR : https://forum.pragmaticentrepreneurs.com/t/lean-canvas-en-francais-pdf/2109). Le format A0 (119x84cm) est hautement recommandé. Il est possible de le remplir dans un outil en ligne, même si cette solution enlève l’aspect de visualisation directe en grand, partagée en équipe.

Comme souvent dans la méthodologie Lean Startup et les outils qui y sont associés, on utilise les Post-its de manière adéquate ! Une idée par post-it, indiquée clairement, de manière synthétique (3–5 mots) avec un marqueur à pointe épaisse. Tous les post-it doivent pouvoir être lus à une distance raisonnable du poster.

C’est parti, remplissez chaque case avec 3 à 5 post-its dans l’ordre ci-dessous. Cet ordre est recommandé, car il suit généralement les hypothèses les plus importantes d’une startup.

Les 9 cases du Lean Canvas

1. Problème (et alternatives existantes)

Répondez spécifiquement à cette question : Quels sont les 3 principaux problèmes, manques et frustrations à l’origine de votre projet et que vous souhaitez résoudre ? Rappelez-vous bien qu’un problème bien défini est un problème à moitié résolu !

Les alternatives existantes (dans la partie inférieure de la case) répondent à la question : Comment ces problèmes sont ils déjà actuellement résolus ?

2. Segments de clientèle (et utilisateurs pionniers)

Quels sont vos publics cibles ? Définissez des groupes clairement identifiables par caractéristiques socio-démographiques. Soyez à nouveau spécifiques et ciblez des groupes précis. Il s’agira de trouver un équilibre judicieux entre souhaiter pleins de clients (des groupes-cibles très larges) et être précis dans votre sélection (et donc choisir des groupes trop restreints).

3. Proposition de valeur unique

Un message qui explique clairement et simplement en quoi votre proposition est efficace et unique pour répondre aux besoins des utilisateurs, et qui justifie le fait que votre offre devrait être préférée aux autres. On peut également appeler cette case les promesses de bénéfice pour les publics cibles. En effet, sans parler encore de solution pratique, quelles est la (ou les) promesse(s) spécifique(s) que vous faites à vos clients ?

En référence au Golden Circle de Simon Synek, ici, nous retrouverions le ‘pourquoi’ de votre projet (voir https://www.startwithwhy.com).

4. Solution

Ici, parlez de ce que vous comptez proposer concrètement à vos clients pour résoudre les problèmes identifiés. Ash Maurya a souhaité une petite case pour rappeler qu’en mode Lean Startup, il s’agira de construire une MVP (Minimum Viable Product) !

Pour le golden Circle de Simon Synek (voir point précédent), ici, il s’agira du ‘comment’ et du ‘quoi’ de votre projet.

5. Avantage compétitif

Il s’agit bien de l’avantage concurrentiel ou des obstacle à l’entrée. Il est naturel quen début de parcours, peu de startup ont de réels avantage compétitif. Ce n’est pas un problème.

Un vrai avantage compétitif est quelque chose qui ne peut être facilement copié ou acheté.

Ne vous découragez pas ! Cette case vise à vous encourager sans cesse à chercher ou construire votre avantage. Quand vous aurez atteints vos premiers succès, il est inévitable que les concurrents cherchent à vous copier. Si vous ne disposez pas de moyens de défense contre eux, vous serez en position de faiblesse !

6. Couts

Quels sont les couts de votre startup ?

7. Sources de revenus

D’où vient l’argent ? quels sont les différentes sources de revenus ?

8. Indicateurs de performance

A tout moment, seuls un petit nombre d’indicateurs reflètent réellement la bonne poursuite d’une activité. Il est absolument essentiel de se focaliser sur les bons chiffres, au risque de rester fixé sur le mauvais objectif, donc de s’égarer et de gaspiller des ressources très précieuses.

Définissez avec soin ces chiffres précis qui vous guiderons semaines après semaines. Quels sont les 2 à 5 chiffres concrets qui montrent efficacement que votre projet avance dans la bonne direction ?

9. Canaux

De quelle manière et par quelle voie touchez-vous vos clients ? Comment seront-ils informés de votre existence ? Comment et par quel moyen pourront-ils se procurer et utiliser votre produit ou service ? Quels sont les moments forts de la relation client ?

Dernier conseil : documentez, tel un copiste bénédictin (ok, un smartphone fera l’affaire aujourd’hui ;-)), les différentes versions de votre Canvas. Votre futur-moi vous remerciera de pouvoir revenir sur les différentes versions qui racontent votre parcours, ses bonnes et moins bonnes idées…

Joyeux brainstorm sur votre canvas !


Cet article sur les méthodologies pour Startup été rédigé par l’un(e) des coachs qui accompagnent les start-ups de NEST’up, un programme d’accélération de 12 semaines développé par Creative Wallonia Engine, en Belgique.

+ d’infos: engine-cw.be