Sign in

Atelier d’écriture
Creative Writing by Alan Aurmont

(Attention: langage grossier)

Le jockey perdu (René Magritte, ca. 1964)

Il n’arrivait pas à déterminer s’il était éveillé, toujours endormi ou s’il souffrait d’hallucinations hypnopompiques. Il avait encore en tête une image vive de lui-même qui s’endort dans son lit chaud et douillet. Or, il se rendit compte rapidement que la surface sur laquelle il reposait n’était pas son lit habituel puisque celle-ci était froide et dure et lui causait un mal terrible. La douleur lancinante qu’il éprouvait dans son dos lui fit se rendre compte qu’il n’était plus endormi mais qu’il était au contraire complètement éveillé et conscient, toutefois sans pouvoir reconnaître l’endroit où il se…


“La famille”

Certains penseront peut-être que je suis arrogant, distant, réservé, inapprochable et peut-être même un peu intimidant. Cela ne me surprend pas vu les circonstances de mon éducation et de ma petite enfance. En réalité, derrière cette image extérieure trompeuse, se cache un être humain sensible, compatissant, chaleureux, et un peu fragile, dont la fragilité et la vulnérabilité pourraient être en partie dues à son père qui a abandonné et déserté sa famille. Au moment de son acte lâche de trahison conjugale et familiale, je n’étais pas vraiment en mesure de comprendre ni de réfléchir sur les choses. Je n’avais qu’un…


“Le premier repas”

The First Supper (Alan Aurmont, 2015)

J’aime beaucoup cette photo. A première vue, vous pourriez penser que c’est moi. Mais vous n’auriez pas tout à fait tort, parce que c’est mon frère jumeau que beaucoup de gens confondent avec moi. De même, les gens me confondent souvent avec mon frère. Et si je vous disais que la personne qui a écrit cette composition était en fait mon frère, et le vrai Alan n’était qu’une personne inventée, ce serait un peu comme un thriller psychologique avec un grand rebondissement à la fin, n’est-ce pas?

Mon frère est quelqu’un de très réservé. Il joue un rôle important dans…


“Le père Goriot”

Bientôt la veuve se montre, attifée de son bonnet de tulle sous lequel pend un tour de faux cheveux mal mis, elle marche en traînassant ses pantoufles grimacées. Sa face vieillotte, grassouillette, du milieu de laquelle sort un nez à bec de perroquet ; ses petites mains potelées, sa personne dodue comme un rat d’église, son corsage trop plein et qui flotte, sont en harmonie avec cette salle où suinte le malheur, où s’est blottie la spéculation, et dont Mme Vauquer respire l’air chaudement fétide sans en être écœurée. …


“Les mûres”

Aux buissons typographiques constitués par le poème sur une route qui ne mène hors des choses ni à l’esprit, certains fruits sont formés d’une agglomération de sphères qu’une goutte d’encre remplit.

Noirs, roses et kakis ensemble sur la grappe, ils offrent plutôt le spectacle d’une famille rogue à ses âges divers, qu’une tentation très vive à la cueillette. Vue la disproportion des pépins à la pulpe les oiseaux les apprécient peu, si peu de chose au fond leur reste quand du bec à l’anus ils en sont traversés.

Mais le poète au cours de sa promenade professionnelle, en prend de…


OBJECTIVEWrite a story using the following random words in the same order:vacances - papillon - soleil - voler - rongeur - terre - poussière

“Un cauchemar”

“Passez de bonnes vacances!” hurla mère lorsque Sophie et son petit-ami claquèrent la porte et se ruèrent dans le taxi pour l’aéroport. Ils étaient en retard. L’anxiété contagieuse de Sophie avait tendu l’atmosphère dans le taxi et l’inquiétude était palpable. Son petit-ami transpirait à grosses gouttes et était prostré. Sophie promit au chauffeur de payer le double de la course s’il roulait deux fois plus vite. Cinq minutes plus tard, ils étaient contraints à…


“Lettre de Sibérie”

1. Commentaire favorable

Iakoutsk, capitale de la République socialiste soviétique de Yakoutie, est une ville moderne, où les confortables autobus mis à la disposition de la population croisent sans cesse les puissantes Zym, triomphe de l’automobile soviétique. Dans la joyeuse émulation du travail socialiste, les heureux ouvriers soviétiques, parmi lesquels nous voyons passer un pittoresque représentant des contrées boréales, s’appliquent à faire de la Yakoutie un pays où il fait bon vivre!

2. Commentaire hostile

Iakoutsk, à la sinistre réputation, est une ville sombre, où tandis que la population s’entasse péniblement dans des autobus rouge sang, les puissants du régime affichent insolemment le luxe de leurs…


“Cuisinebourg”

Dans la petite ville de travailleurs et de militaires du nom de Cuisinebourg, les habitants vivaient une vie relativement heureuse, modeste, sans prétention mais de dur labeur. Les journées commençaient tôt et se terminaient tard pour tous. Tout le monde travaillait dur, chacun ayant ses propres responsabilités professionnelles.

M. Frigo, qui était le commandant en chef dans un grand camp d’entraînement, pas loin du centre-ville, livrait au comptoir plusieurs fois par jour les jeunes nouvelles recrues comme Patate, Tomate, Carotte et Concombre qui souhaitaient devenir de somptueux et délicieux soldats et sergents comestibles. Les couteaux, les fourchettes et les cuillères…


“Notations”

Dans l’S, à une heure d’affluence. Un type dans les vingt-six ans, chapeau mou avec cordon remplaçant le ruban, cou trop long comme si on lui avait tiré dessus. Les gens descendent. Le type en question s’irrite contre un voisin. Il lui reproche de le bousculer chaque fois qu’il passe quelqu’un. Ton pleurnichard qui se veut méchant. Comme il voit une place libre, se précipite dessus.

Deux heures plus tard, je le rencontre cour de Rome, devant la gare Saint-Lazare. Il est avec un camarade qui lui dit: «Tu devrais faire mettre un bouton supplémentaire à ton pardessus.» …


A lipogram (from Ancient Greek: leipográmmatos, "leaving out a letter") is a kind of constrained writing in which a particular letter or group of letters is avoided.

“Un pavot du mal” (sans E)

Lundi soir, s’assoyant sur son divan brillant, ayant l’air assidu, Simon travaillait sur maints romans intrigants. Sa nana Sarah, souriant, ayant un poil dans la main, sirotait son soda doux, sifflait sans fin. Simon, toujours vigilant, jamais distrait, saisit son stylo, cria “Sapristi!”
Si Sarah savait pourtant son truc! Sa nana, ayant l’air surpris, susurra “Simon?”
Simon somma “Tais-toi!”
Sarah, soupirant, sanglotant, sortit sans soda, sans savoir où fuir, voulant mourir. Simon sacrifiant sa paix, supplia…

Atelier d’écriture

Creative Writing by Alan Aurmont

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store