Faits et gestes d’objets


“Cuisinebourg”

Alan Aurmont
Apr 6, 2016 · 4 min read

(Alan Aurmont, 2016)

Dans la petite ville de travailleurs et de militaires du nom de Cuisinebourg, les habitants vivaient une vie relativement heureuse, modeste, sans prétention mais de dur labeur. Les journées commençaient tôt et se terminaient tard pour tous. Tout le monde travaillait dur, chacun ayant ses propres responsabilités professionnelles.

M. Frigo, qui était le commandant en chef dans un grand camp d’entraînement, pas loin du centre-ville, livrait au comptoir plusieurs fois par jour les jeunes nouvelles recrues comme Patate, Tomate, Carotte et Concombre qui souhaitaient devenir de somptueux et délicieux soldats et sergents comestibles. Les couteaux, les fourchettes et les cuillères les râpaient, les taillaient, les découpaient, puis les organisaient sur des plats en rangées bien ordonnées de combattants fervents. Un couple de Patates obèses, qui étaient trop dures, nerveuses et tendues pour le travail, ont dû être envoyées au sauna local dans une grande Casserole Municipale dans l’arrondissement de la Cuisinière. Quinze minutes à l’intérieur du sauna suffisaient pour les rendre tendres, détendues et soulagées de tout stress et tension.

Un vieux policier grincheux connu parmi les habitants sous le surnom de “M. Bouilloire” était en charge de l’arrondissement de la Cuisinière et était tristement célèbre pour bouillir de rage en débordant et en crachant même du feu. Il aimait souffler dans son bon vieux et fidèle sifflet.

M. Congélo, un ami très proche de M. Frigo, avait un fils nommé “Petite Pâte”. Il le grondait toujours pour être gros, maladroit et paresseux. Pour corriger cela, il l’envoya à l’école de lutte contre les incendies et des services publics dans l’arrondissement du Four, qui était situé juste en descendant, pas loin de l’arrondissement de la Cuisinière.

Le gouverneur de la ville, M. Évier, qui dirigeait la ville depuis 12 ans, était admiré et respecté de tout le monde. Il était d’un âge respectable, sa peau de porcelaine lisse montrait son âge à travers de légères rides et de petites fissures. Comme tout le monde dans la ville, il travaillait dur et avec diligence. Avec l’aide de ses subordonnés loyaux et fidèles, M. Savon et Mme Éponge, il s’assurait toujours que la ville fût propre et rangée à la fin de chaque journée. Ses subordonnés ramenaient souvent de la brillance et de l’éclat à son visage pâle en lui massant vigoureusement le dos et en l’aspergeant avec de l’eau chaude. Chaque jour et chaque nuit, il avait des invités dans sa demeure modeste, qui avait une vieille fontaine, mais qui fonctionnait toujours. Ses invités étaient généralement des casseroles, des assiettes, des tasses, des couteaux, des fourchettes et des cuillères. Ils riaient, bavardaient et socialisaient ensemble jusqu’à ce que tous les invités fussent débarrassés de tous les restes de nourriture et fussent parfaitement propres. Il appréciait vraiment ces interactions sociales.

Un jour, tout cela changea soudainement. M. Évier, le gouverneur, fut évincé de son poste et remplacé par M. Lave-vaisselle. En conséquence, M. Évier ne gouvernait plus la ville de Cuisinebourg et fut relégué en tant que simple subordonné de M. Lave-vaisselle. Cela fut comme un choc pour tout le monde dans la ville. Mais la vie devait continuer. La demande de M. Évier et sa productivité continuèrent de baisser. M. Savon et Mme Éponge furent ensuite licenciés par M. Lave-vaisselle, causant ainsi un pic dans le chômage de la ville. M. Évier avait de moins en moins d’invités dans sa maison. Il se sentait seul et déprimé. Il était si souvent si sec qu’il pouvait à peine verser des larmes.

M. Lave-vaisselle avait tous “les cloches et les sifflets automatiques” et devint rapidement populaire parmi tous les invités. Les casseroles, les assiettes, les tasses, les couteaux, les fourchettes venaient en masse dans son immense manoir chic et luxueux construit à partir des alliages métalliques les plus durables, d’un joint en caoutchouc résistant à l’eau et de boutons et commutateurs divers avec des symboles étranges en relief dessus. À l’intérieur, il y avait des sièges chics en acier inoxydable pour les clients dont les plats tombèrent instantanément amoureux, un compartiment spécial pour les couteaux et les fourchettes qu’ils aimaient pour sa conception unique et son confort, des jets d’eau accompagnés de bulles soyeusement savonneuses qui permettaient à tous les clients de se sentir comme des superstars alors qu’ils coulaient partout sur leurs surfaces, et enfin une vapeur succulente pour donner aux invités une brillance de jeunesse. Les clients criaient d’euphorie. C’était un spectacle à voir, l’expérience futuriste d’une vie. Après la fin de la fête, la porte de la maison s’ouvrait en grand et les invités se voyaient dérouler le tapis rouge alors qu’ils étaient reconduits dans leurs foyers comme des célébrités. M. Lave-vaisselle se moquait de M. Évier et riait de ses compétences inutiles et de ses apparences de la vieille école.

Un jour, M. Savon passait par le manoir de M. Lave-vaisselle et vit une longue file de clients graisseux et malodorants juste en face, attendant avec inquiétude que la porte de la maison s’ouvre. Mais cela n’arriva jamais. Tout le monde partit furieux et frustré. Le lendemain, il y avait un panneau sur la porte qui disait “fermé pour réparation”. Il apparut qu’il y avait une fuite majeure de produit chimique à l’intérieur du manoir qui n’était pas réparable. Le même jour, M. Lave-vaisselle fut appréhendé, puis expulsé de la ville de Cuisinebourg pour avoir échoué à l’inspection par le Ministère de la Santé, de l’Assainissement et de la Sécurité Publique. Le bruit court qu’il a fini par vivre dans une benne à ordures de ferraille.

M. Évier fut rapidement rétabli comme gouverneur de Cuisinebourg pour le plaisir de tout le monde. Et comme le dit le vieil adage, rira bien qui rira le dernier.

Creative Writing

Creative writing by Alan Aurmont

Alan Aurmont

Written by

Photographer | http://aurmont.com

Creative Writing

Creative writing by Alan Aurmont

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade