Trois commentaires


“Lettre de Sibérie”

Alan Aurmont
Apr 6, 2016 · 7 min read

(Chris Marker, 1957)

  • Commentaire favorable

Iakoutsk, capitale de la République socialiste soviétique de Yakoutie, est une ville moderne, où les confortables autobus mis à la disposition de la population croisent sans cesse les puissantes Zym, triomphe de l’automobile soviétique. Dans la joyeuse émulation du travail socialiste, les heureux ouvriers soviétiques, parmi lesquels nous voyons passer un pittoresque représentant des contrées boréales, s’appliquent à faire de la Yakoutie un pays où il fait bon vivre!

  • Commentaire hostile

Iakoutsk, à la sinistre réputation, est une ville sombre, où tandis que la population s’entasse péniblement dans des autobus rouge sang, les puissants du régime affichent insolemment le luxe de leurs Zym, d’ailleurs coûteuses et inconfortables. Dans la posture des esclaves, les malheureux ouvriers soviétiques, parmi lesquels nous voyons passer un inquiétant asiate, s’appliquent à un travail bien symbolique: le nivellement par le bas!

  • Commentaire objectif

À Iakoutsk, où les maisons modernes gagnent petit à petit sur les vieux quartiers sombres, un autobus moins bondé que ceux de Paris aux heures d’affluence, croise une Zym, excellente voiture que sa rareté réserve aux services publics. Avec courage et ténacité, et dans des conditions très dures, les ouvriers soviétiques, parmi lesquels nous voyons passer un Yakoute affligé de strabisme, s’appliquent à embellir leur ville, qui en a besoin.


“Lettre de New York”

(Alan Aurmont, 2016)

  • Commentaire hostile

Se réveiller chaque matin à New York dans le trou à rat qui vous sert d’appartement est un véritable enfer, été comme hiver. Ce taudis vous coûte chaque mois un bras et une jambe, tout cela pour pouvoir profiter d’une vue sur ce pont de Manhattan entièrement métallique à la couleur bleue sombre et déprimante et dont les pylônes ressemblent aux portes de l’Enfer; ou encore pour écouter le brouhaha incessant du métro passant sur le pont, tel le son interminable d’ongles raclant un tableau noir.

Si vous ne touchez pas un salaire à 6 chiffres, vous vous rendrez habituellement au travail en métro. Et quelle sacrée aventure! Votre trajet commencera généralement par une rencontre aussi inattendue que traumatisante avec un gros rat poilu, porteur de maladies, de la taille d’un mammouth laineux et qui vous menacera de vous trancher la gorge avec ses incisives aiguisées comme deux sabres si vous aviez la mauvaise idée de le déranger pendant la dégustation de sa pizza. Patienter à peine cinq minutes sur un quai de métro aussi étouffant qu’une chambre à gaz aura raison de votre sang froid. Vous faufiler dans un wagon de métro vide en espérant obtenir un siège libre serait certainement l’erreur la plus grave de votre existence. Pourquoi? Et bien ce wagon n’est pas libre par hasard, et l’explication mettra à coup sûr votre système olfactif hors-service, alors qu’une puanteur nauséabonde vous prendra à la gorge aussi violemment qu’un coup de batte de base-ball, la faute au corps difforme et sans vie installé tout au fond du wagon et que vous feriez mieux d’éviter comme la peste.

Marcher dans les rues de New York est semblable à une ballade dans Jurassic Park: vous ne savez jamais quel type de danger vous attend au coin de la rue, surtout si vous êtes pressé. Un livreur de nourriture imprudent sur un vélo sans freins pourrait vous insulter si, Dieu nous en garde, vous vous retrouviez sur son passage. Une mère criant dans son téléphone pourrait vous renverser avec ses deux poussettes, qui n’ont d’autre fin que d’écraser les piétons. Si vous avez survécu jusque là, prenez garde aux jeunes de la génération Y courbés en deux sur leur iPhone dont l’attention ne pourrait être détournée que par la chute d’une météorite.

Vous êtes au ralenti? Aucun problème, nous avons ce qu’il vous faut! Il y a plus de Starbucks dans cette ville que d’étoiles dans le ciel. La nation fonctionne à la caféine, engloutissant tasse après tasse comme des accros à l’héroïne. Vous avez faim? Le McDonald’s local, qui n’est jamais à plus de deux pas où que vous soyez dans la ville, saura rassasier même le plus grand des appétits avec de la viande transformée et des tonnes de sel, d’hormones et d’autres produits chimiques mortels.

Sur le trajet du retour, vous repenserez à cette journée horrible et vous vous demanderez quelle idée a bien pu vous prendre de déménager à New York, la terre des condamnés.

  • Commentaire favorable

En été comme en hiver, vous avez toujours la sensation réconfortante de vous réveiller dans les rayons crépusculaires du soleil doux et matinal se reflétant sur le parquet de votre petit appartement douillet, dont le loyer n’est pas donné, mais qui est largement compensé par la vue magnifique. Vous pouvez désormais regarder par la fenêtre et profiter de la vue sur les célèbres ponts de New York, ou même attendre que l’éclairage soit parfait et immortaliser leur beauté avec votre iPhone. Le murmure du métro qui passe vous tiendra toujours compagnie. Prenez-le comme un bonus !

Se rendre au travail en métro est une expérience bien plus excitante que de prendre l’un de ces taxis hors de prix. Le trajet débute habituellement par un rendez-vous charmant avec une adorable créature à fourrure à quatre pattes qui vous saluera d’un sourire bienveillant tout en mâchant sa pizza. Les quais du métro vous réchaufferont confortablement en vous offrant les mêmes sensations qu’un bain de soleil sur une plage de Miami après vous être échappé du froid hivernal de New York. Il n’est pas rare de trouver un wagon de métro vide, même aux heures de pointe. Vous trouverez généralement au moins un passager dormant paisiblement dans un coin. Les new-yorkais sont des individus si polis qu’ils ont l’habitude de se déplacer dans un autre wagon pour ne pas déranger ou risquer de réveiller le passager endormi.

Marcher dans les rues de New York est semblable à une promenade au musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg. Chaque pâté de maisons possède au moins un magnifique édifice décoré et opulent dont vous ne pourrez pas détourner le regard. Même les rues très passantes de New York ont leur propre caractère. À titre d’exemple, un livreur de nourriture pressé sur son vélo embaumera votre visage d’un délicieux fumet de saucisses fraîchement préparées. Vous ne pourrez alors vous empêcher de commencer à rêvasser. Peut-être qu’une mère passant avec sa poussette vous fera un clin d’œil des deux yeux simultané. Vous ne pourrez vous empêcher de lui sourire et de répondre à son clin d’œil. Et si vous vous sentez perdu, vous pourrez toujours arrêter l’un des milliers d’adolescents munis d’un iPhone pour lui demander votre chemin. Il sera plus que ravi de vous aider.

Vous êtes au ralenti? Aucun problème, nous avons ce qu’il vous faut! Il y a plus de Starbucks dans cette ville que d’étoiles dans le ciel. Une ou deux tasses de délicieux café vous aideront à tenir le coup toute la journée sans perdre le rythme. Vous avez faim? Le McDonald’s local, qui n’est jamais à plus de deux pas où que vous soyez dans la ville, comblera le plus grand des appétits avec des ailes de poulet fraîchement préparées qui vous feront saliver et vous donneront envie de vous resservir. Ne me parlez même pas de leurs succulents hamburgers!

Sur le chemin du retour, vous ne pourrez vous empêcher de vous demander pourquoi vous avez attendu si longtemps avant de déménager à New York, la terre des possibilités infinies et des burgers alléchants.

  • Commentaire objectif

Malgré les prix élevés, de nombreux new-yorkais sont prêts à louer un appartement de moins de 50 mètres carrés s’il est situé à proximité du travail et d’une station de métro, et s’il offre une vue convenable. Par exemple, un appartement de ce type à Chinatown se loue pour environ 2300 dollars par mois. L’appartement donne sur les ponts de Manhattan et de Brooklyn et offre un excellent point de vue pour prendre des photos uniques de ces deux symboles. Cependant, il faut noter que le bruit de la ligne de métro pourra dissuader de nombreux aspirants new-yorkais.

Les taxis de New York sont très chers. Le moyen le plus pratique pour se déplacer est le métro. Sachez que des rongeurs de grande taille infestent parfois les rails du métro et les quais. En raison de la conception d’origine du métro et de son infrastructure vétuste, vieille de 111 ans dépourvue de systèmes de refroidissement et de ventilations adéquats, l’atmosphère sur les quais du métro peut être excessivement chaude et stagnante (surtout en été). Se déplacer aux heures de pointe peut être une expérience laborieuse car les wagons du métro sont presque toujours surchargés, à l’exception des wagons vides accaparés par un ou plusieurs sans-abri et leurs effluves.

New York compte de nombreuses rues très animées et grouillant de passants, de touristes et de voitures 24h/24, 7j/7. Il n’est pas rare de se faire heurter par un cycliste ou même par une voiture. La surabondance de poussettes dans les quartiers familiaux peut aussi représenter un danger sur la voie publique. La plupart des accidents surviennent à cause du manque d’attention et les personnes portant des écouteurs ou complètement concentrées sur leur smartphone sont souvent pointées du doigt.

Il existe près de 300 cafés Starbucks à New York. Le new-yorkais moyen consomme environ 2,5 boissons au café par jour, et ce chiffre augmente généralement avec l’âge. Il existe environ 250 restaurants McDonald’s à New York. La qualité de la nourriture chez McDonald’s s’est légèrement améliorée au fil des années, après l’interdiction de l’excès d’acides gras trans, de sodium, de potassium et de sucre dans leurs produits. Néanmoins, McDonald’s demeure la moins saine des enseignes de restauration rapide.

Sans aucun doute, la vie new-yorkaise a des avantages et des inconvénients, comme n’importe quelle autre ville dans le monde. Mais vous êtes le seul à pouvoir décider de ce qui est bon pour vous et de ce qui ne l’est pas.

Creative Writing

Creative writing by Alan Aurmont

Alan Aurmont

Written by

Photographer | http://aurmont.com

Creative Writing

Creative writing by Alan Aurmont

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade