Quelques mois sans Facebook

Cela fait quelques mois que j’ai désinstallé l’application Facebook (et Messenger) de mon iPhone.

Expériences précédentes

J’avais déjà tenté l’expérience à deux reprises, une première fois en désinstallant l’application Facebook et plus récemment en supprimant toutes mes applications de news et réseaux sociaux.

La première fois j’ai «tenu» assez longtemps, je suis retourné sur Facebook mais je n’utilisais que la version mobile du site, ce qui m’évitais d’y aller trop régulièrement. Ne pas avoir l’icône dans sa liste d’applications réduisait ainsi l’envie de la lancer à la moindre occasion.

Il y a un an environ j’ai néanmoins réinstaller l’application, je ne sais plus exactement pourquoi, peut-être pour avoir accès à certaines fonctionnalités indispensables 😅 comme la lecture des gifs automatique, etc.

Ensuite j’ai donc fait une petite pause réseaux sociaux et actualités d’une semaine, je ne vais pas y revenir ici, tout est expliqué dans cet article :

Cette décision se trouve connectée avec l’épisode nº10 de l’excellent podcast Relife qui propose le défi #Relife30jours

Je vous invite à écouter l’épisode qui en parle plus en détail, mais le principe du deuxième défi consiste à essayer de réduire le temps à se perdre sur le net. On connaît tous ce sentiment d’aller sur un site ou réseau social “juste 2 minutes” pour finalement y rester pendant un temps indécent, et finalement pour en sortir avec cette sensation d’avoir plus perdu son temps que d’avoir appris quelque chose…

Aujourd’hui

Cela fait 7–8 mois que j’ai supprimé l’application Facebook et, contrairement à la première expérience, je n’y suis pas retourné depuis.

Comme précédemment j’étais arrivé à une certaine saturation. C’était la première chose que je regardais le matin en me levant, et je lançais l’application à la moindre occasion pendant la journée. Même le soir je me suis surpris à passer des soirées entières à me perdre dans des publications/pages sans grand intérêt…

Un point assez désagréable également : ma femme n’étant pas sur Facebook, le peu de fois où je publiais quelque chose de personnel (une photo de mon fils ou d’un événement auquel je participais), il y avait toujours quelqu’un de notre entourage pour lui dire «ah oui je l’ai vu sur face de plouc», la coupant souvent dans son récit de l’événement (et au passage me lançant un regard désapprobateur sur mon usage du réseau)…

Au bout de quelques temps Facebook s’est aperçu de mon absence, et maintenant je commence à recevoir par mail des notifications me proposant d’aller voir la dernière publication de tel(le) ou tel(le) ami(e), ou ce genre de message :

Pourtant il me semblait avoir désactivé toutes les notifications par mail… 🤔

Cela me fait penser à l’épisode 28 du streetcast Bulles Nomades de Florie Buecheler, qui évoque justement le détournement du but premier des notifications (nous avertir par exemple qu’un contenu publié avait été «liké», etc.) pour devenir un centre de recommandations nous incitant à revenir et rester constamment sur ces applications/services…

Ce qui a changé

Soyons réaliste, ma vie n’a pas changé en n’allant plus sur Facebook, comme le pronnent souvent les adeptes de la digital detox.

Cette expérience a même parfois créée une certaine frustration. Je n’ai de contacts avec certains «amis» que via Facebook, et ne pas avoir de leurs nouvelles, aussi superficielles soient-elles, m’a parfois manqué.

Mais au fil des semaines, ce sentiment s’est estompé, et maintenant je n’ai (pratiquement) plus envie d’aller sur Facebook.

Idem pour certaines Pages, que je ne suivait que via ce réseau et pas sur les autres ou par flux RSS. Également pour les événements proches de chez moi et/ou auxquels participé certains amis.

Chose aussi narcissiquement désagréable, personne ne s’est aperçu de mon absence. Révélant la superficialité de ce réseau, ou le peu d’intérêt que me portent ceux que je considère comme des amis ? 🤔

Les autres réseaux sociaux

Ne plus utiliser Facebook n’a pas signifier pour autant me couper des autres réseaux sociaux que j’utilise, en l’occurrence Twitter et Instagram.

J’ai même passer plus de temps qu’auparavant sur ceux-ci… Pour compenser mon absence de Facebook ?

La vie réelle

Mon absence de Facebook m’a permis de passer plus de temps avec de vraies personnes ? Non. Ce mythe ne s’est pas avérer.

Le temps que je passait sur Facebook s’est déporté sur d’autres réseaux sociaux, mes amis Facebook que je côtoie dans la vie réelle ne m’ont pas contacté, et certains de mes messages sont restés sans réponses. Mais je peux le comprendre, la période de la rentrée est souvent assez chargée pour beaucoup, laissant peu de temps disponible pour d’autres.

Dans le cadre familial, je passe moins de temps rivé sur mon téléphone, mais j’y faisais déjà attention auparavant. J’essaye de ne pas faire subir ce que je n’aimerais pas subir moi-même.

J’ai aussi quand même passer plus de temps à lire des choses plus intéressantes, de «vrais» livres.

Revenir sur Facebook ?

Au début je pensais revenir sur Facebook progressivement et de manière plus “responsable”, mais finalement je réfléchis sérieusement à supprimer complément mon compte. À suivre…


Pour conclure

Cette expérience m’a permis de prendre un peu de recul sur l’intérêt que m’apporte Facebook au quotidien.

Certains n’y voient qu’un moyen de se divertir, comme la télévision auparavant (ou encore maintenant), j’y voyais et en attendait plus que ça. Force est de constater que je me suis peut-être trompé, ce n’est peut-être pas la faute de Facebook ou de ses utilisateurs, mais certainement de la mienne et des usages que j’en fait. Aussi je remarque que j’ai plus d’interactions sur mes publications sur les autres réseaux sociaux.

J’ai l’impression que Facebook est devenu pour beaucoup un scrolling permanent de contenus visuels sans valeur ajoutée, où les interactions se sont perdues dans la masse.

Les interactions se sont déportées sur les applications de messagerie, dans des groupes plus restreints, comme des services plus spécialisés comme Telegram, Slack ou Discord, qui se retrouvent sur des intérêts communs. J’apprécie tout particulièrement la communauté qui s’est crée autour des streetcasts notamment sur le Discord dédié, ou les groupes Telegram de Tech Café de Guillaume Vendé et celui de Profduweb



Cet article t’as plu ? Clique sur les 👏, partage-le et surtout commente-le 💬 pour me faire part de ton expérience.