7 arguments pour convaincre les entreprises d’ouvrir leurs données

Eva Dunoyer
Feb 23, 2018 · 8 min read

La donnée semble être “l’or noir du 21ème siècle”, comme le montre la puissance de certaines plateformes comme Amazon, Apple, Facebook... Si Big Data, Data Science et gouvernance des données sont actuellement des termes à la mode au sein des entreprises, “Open Data” est un mot encore rare dans le lexique des entreprises. Pourtant les opportunités liées à l’Open Data sont nombreuses pour les acteurs de la sphère privée.

Quels peuvent être les intérêts de l’Open Data pour une entreprise ?

Samuel Goëta a pris la parole lors du Sommet Redefine Open, organisé par OpenDataSoft, le 21 Novembre dernier pour établir une première liste de raisons pour les entreprises d’ouvrir leurs données.

Etudions donc l’ensemble des arguments en faveur de la pratique de l’Open Data par les entreprises.

Ouvrir des données pour découvrir des mines d’or

Littéralement.

C’était le cas de GoldCorp, société canadienne de prospection et d’extraction minière : en 2000, Rob McEwen, CEO de GoldCorp, fait face à des difficultés dans sa prospection dans la mine de Red Lake en Ontario. Il décide alors d’ouvrir et de mettre à disposition sur le web, les données géologiques et topographiques propriétaires avec un historique sur 50 ans, en lançant un appel à projets : découvrir 6 millions d’onces d’or dans les mines de GoldCorp. Il s’agit du GoldCorp Challenge. Cette initiative a recueilli plus de 40 propositions issues de 43 nationalités, récompensées par des prix. Le coût total de l’opération entre la communication sur l’appel à projets et les prix pour récompenser les projets était d’environ un million de dollars.

En retour, GoldCorp a bénéficié d’informations précieuses, remontées par la communauté de participants : près de 110 sites ont été trouvés, dont 50% n’avaient pas été identifiés par la société, et 80% d’entre eux détenaient effectivement des réserves d’or. Soit près de trois milliards de dollars d’or découverts, ce qui permis à la société de prendre une avance significative sur les autres sociétés du secteur.

Cet exemple illustre bien la création de valeur et l’avantage concurrentiel qui peuvent être procurés par l’ouverture des données et la mise à disposition de celles-ci auprès de communautés externes. Certes, ce cas n’est pas exactement ce qu’on peut appeler de l’open data mais excusons-les, les principes de l’open data n’avaient pas encore été définis à l’époque.

La loi pour une République Numérique impose aux acteurs publics une obligation d’ouverture des données. Les acteurs privés, eux, ne sont pas soumis à cette obligation d’ouverture, puisqu’ils ne disposent pas de données publiques répondant aux critères de la loi. Dès lors, quelles peuvent être les raisons ou arguments poussant les entreprises à ouvrir leurs données ?

1/ Tout d’abord, certaines entreprises peuvent y être obligées

Site Data-sncf

Ainsi des entreprises telles que la SNCF, RTE, la Saemes ou le groupe La Poste ont lancé des portails d’Open Data et donnent accès à des données internes de grande valeur. Dans le cas du secteur de l’énergie, RTE, ENEDIS et GRT Gaz offrent par exemple des données telles que la courbe de charge de la consommation d’électricité, l’import et l’export d’énergie, la consommation d’électricité ou de gaz par secteur.

Ces initiatives leur permettent de rassembler des communautés de développeurs, data scientists, et startups autour de leurs données.

Et pour les autres acteurs privés, qui ne disposent d’aucune obligation réglementaire, quelles peuvent être les raisons justifiant la pratique de l’Open Data ?

Les arguments peuvent être multiples.

2/ Une entreprise peut détenir des données qui peuvent servir l’intérêt général

“En règle générale, les ensembles de données traités par les entreprises dans le cadre de leur activité apparaissent relever du droit de propriété (…). Il est cependant possible de porter atteinte aux droits dont disposent les personnes privées envers leurs données, à condition que cette atteinte soit justifiée par des motifs d’intérêt général et proportionnée aux objectifs poursuivis (…). Parmi ces motifs d’intérêt général pourraient figurer, tout d’abord, ceux qui tiennent à une conduite plus efficace de politiques publiques sectorielles (…), ceux qui s’attachent à l’information des citoyens (…), ceux qui s’attachent à la recherche scientifique (…). Parmi ces motifs d’intérêt général pourraient, enfin, figurer des motifs relatifs au développement économique.”

Quelques exemples de données ayant un fort potentiel d’ouverture sont ainsi fournis dans ce rapport.

Rapport du Conseil d’Etat — Les données d’intérêt général

Au-delà de l’idée que l’Etat pourrait se saisir des données des entreprises pour ses propres besoins, la notion de données d’intérêt général est intéressante : l’entreprise pourrait être amenée à prouver sa démarche d’engagement auprès de la société en partageant ces données d’intérêt général.

L’idée, ici, est de passer d’une stratégie défensive d’ouverture des données à une stratégie offensive, comme l’envisageait déjà Simon Chignard en 2012, qui permet de renforcer la stratégie de l’entreprise en matière de circulation de ses données.

3/ L’Open Data peut également être un outil servant la politique de communication :

Pour restaurer la confiance dans la communication & améliorer la transparence

C’est par exemple le cas de Nike qui, dans le cadre de sa stratégie de transparence vis-à-vis de ses processus de production, a ouvert au public ses données sur ses manufactures dans le monde et notamment la démographie des travailleurs dans ces usines.

Exemple de Nike Manufacturing Map

Pour appuyer la démarche RSE d’une entreprise

Ces deux derniers arguments peuvent tous deux participer à l’amélioration de la satisfaction client.

Pour améliorer son image ou ses relations publiques

Airbnb a axé sa communication autour de l’Open Data. Or, les données ne sont pas réellement ouvertes dans le sens où on ne peut pas les télécharger ni les réutiliser librement.

Certaines entreprises peuvent utiliser l’Open Data, comme un levier pour se rapprocher des pouvoirs publics. On pense par exemple ici à Airbnb avec la plateforme Dataville, ou encore Uber, avec Uber Movement, deux sociétés ayant de forts enjeux avec les pouvoirs publics qui ont lancé en 2017 des plateformes donnant accès à des données internes pour appuyer les administrations dans leurs politiques publiques.

Attention cependant à ces initiatives : il y un enjeu, lorsque l’on qualifie sa démarche d’ouverture de données d’Open Data, à en respecter sa définition. En effet, il peut y avoir plusieurs stratégies d’ouverture comme le montre le spectre des initiatives en matière d’ouverture de données réalisé par l’ODI. En l’occurence, ces deux plateformes, qualifiées d’Open Data, ne respectent par les principes établis de l’Open Data, puisque les données ne sont pas téléchargeables, modifiables, réutilisables, et ce, gratuitement pour toutes finalités.

Pour améliorer sa communication interne :

4/ L’Open Data peut permettre d’améliorer la visibilité d’actifs physiques

Portail Open Data BPCE

Ceci est particulièrement vrai pour les entreprises disposant de points de ventes ou de lieux d’accueils de leurs clients : la publication ouverte des adresses, horaires d’ouvertures, coordonnées GPS à jour, à travers un portail d’Open Data peut permettre d’améliorer la visibilité & “découvrabilité” de ces points de ventes, guichets, et autres lieux physiques. Par exemple, la BPCE a publié la liste des agences de la Caisse d’Epargne et de la Banque Populaire, ainsi que leurs adresses et coordonnées géographiques, ou encore les implantations des distributeurs de la Caisse d’Epargne, avec notamment la précision de savoir si ceux-ci sont à l’extérieur ou l’intérieur des agences.

5/ Développer un levier d’innovation ouverte

6/ Pour valoriser la qualité de son travail, recruter les meilleur-e-s et insuffler une culture du changement

Par exemple, une entreprise comme Danone dispose de données de grande valeur pour étudier les habitudes alimentaires avec la base Nutriplanet. Ouvrir des données permettrait de valoriser l’entreprise comme un acteur leader de la recherche nutritionnelle et de recruter les meilleurs talents en montrant clairement la qualité des données collectées.

Ouvrir ses données permet aussi à une entreprise d’insuffler une culture du changement, de décloisonner ses fonctions et d’améliorer ses process internes, en bénéficiant des retours du public pour améliorer les données.

7/ Last but not least : développer des revenus additionnels ?

En complément de l’accès aux données ouvertes, une entreprise peut par exemple proposer un produit complémentaire, un service en lien avec ces données, qui peut être facturé à l’utilisateur. L’ODI indique par exemple qu’un moyen de faire du Freemium sur les données est de publier ces données sous la licence “Share-alike”, obligeant les tiers soit à repartager les données utilisées (et enrichies), soit à prendre une licence payante. L’autre option pour mettre en place un modèle freemium consiste à proposer un produit plus complet (en croisant des données supplémentaires de tiers, proposant de l’analyse et de l’accompagnement, de la datavisualisation…).

L’Open Data a t-il un intérêt pour votre entreprise ?

Contactez nous !

En complément de cet article, la FING a publié un cahier dédié au sujet de l’open data et des entreprises, très intéressant, dont nous vous recommandons la lecture.

Les slides de l’intervention à Redefine Open peuvent être consultées ici.

Datactivist

Blog officiel de la coopérative Datactivist dédié à…

Datactivist

Blog officiel de la coopérative Datactivist dédié à l’ouverture des données (open data)

Eva Dunoyer

Written by

Marketing Director

Datactivist

Blog officiel de la coopérative Datactivist dédié à l’ouverture des données (open data)