Le capitalisme est-il responsable de la destruction de la biosphère et de l’explosion des inégalités ?

Par Alain Grandjean

Pascal Kotté
Jul 16, 2018 · 8 min read

Un aperçu:

L’anthropocène (1) est le nom proposé par des scientifiques à la suite du prix Nobel Paul Crutzen pour désigner la nouvelle époque géologique dans laquelle nous sommes entrés. Elle se caractérise par l’impact de plus en plus déterminant des activités humaines sur les grands équilibres de la biosphère et une pression considérable sur les ressources naturelles.
Si le diagnostic (de pression anthropique sur la planète) est l’objet d’un large consensus scientifique comme nous allons le voir, le terme « anthropocène » fait débat car il pourrait cautionner l’idée que cette pression est liée exclusivement à la nature humaine ; certains chercheurs préfèrent d’autres appellations plus ciblées telles que « Occidentalocène », « Capitalocène », ou « Industrialocène ».
Nous allons ici tenter de montrer que le capitalisme sous sa forme actuelle est bien responsable du désastre écologique actuel et de l’explosion des inégalités sociales, ce qui permet d’envisager des solutions à terme assez court : il est plus facile de réformer le capitalisme que la nature humaine…
Nous montrerons aussi que la nécessaire lucidité sur les risques que nous encourons n’est pas synonyme d’une nostalgie qui serait déplacée par rapport au bon vieux temps. Ne nions pas les progrès (2), mais intéressons nous à la manière d’éviter qu’ils ne puissent être considérés par nos descendants comme un simple feu de paille.
La présente note est rédigée de manière très synthétique mais en documentant au maximum ses affirmations. Toutes mes excuses aux experts de chacun des sujets abordés qui me trouveront probablement bien trop rapide, et tous mes remerciements à leurs suggestions de précisions et compléments.
Et toutes mes excuses aussi pour les « trous dans la raquette ». Merci de me signaler les domaines non abordés …par ignorance de ma part ou par simple oubli ou manque de discernement.

ANNEXES

Annexe 1 — Les exponentielles et le diagnostic écologique
Annexe 2 — La « culture contemporaine » « no limit » : consumérisme, techno-optimisme et cynisme
Annexe 3 — Le dogme néolibéral et le capitalisme financier
Annexe 4 — Innovations financières en Europe : repères chronologiques

Et voici la note (36 pages):

Un extrait:


Ma réponse:

Le capitalisme n’est pas un problème en lui-même

Condamné à “devoir” travailler pour “survivre” !

Sauf pour les ultra-riches, qui “donnent” des emplois ?!?

Et tout le monde trouve alors cela normal ! Misère…

Pauvres de nous, réduits à l’état de vaches à traire !

Nos propres monnaies sont illimitées. La création est libre, sans étalon “or” finalement bien trop pénalisant pour les ploutocrates spéculateurs. Les efforts des deux dernières guerres avec l’abandon nécessaire de cet étalon, ont bien montré la voie… Nos monnaies sont encore pire que le bitcoin, déjà très discutable car c’est aussi un outil de spéculation et pas seulement de libération ou de développement économique, mais le Bitcoin présente au moins l’avantage d’être en volume limité. Il pourrait bien devenir une bouée de secours, si un effondrement survenait, ou pas…

Alors, je deviens anarchiste révolutionnaire, du centre !

Enfer ou Paradis ?

C’est à nous de procéder, ici et maintenant !

Plus dangereux que le bruit des bottes,

le silence des pantoufles !

Dr Jeremy Leggett, Londre
Aldous Huxley, 1958

Alors résistons contre nous-même, et faisons l’effort de défendre nos libertés ! Avec plus d’intelligences, mais surtout plus de bienveillances ! Pascal Kotté

DataGueule

Fan's club suisse de la gouvernance partagée durable et responsable, de la recherche de vérités, à travers le prisme des data-journalistes comme ceux de #DataGueule, mais non exclusivement ;-) Afin de mieux éclairer la construction de "Nice futures" (Suisse+France)

Pascal Kotté

Written by

Réducteur de fractures numériques, éthicien digital, Suisse romande.

DataGueule

Fan's club suisse de la gouvernance partagée durable et responsable, de la recherche de vérités, à travers le prisme des data-journalistes comme ceux de #DataGueule, mais non exclusivement ;-) Afin de mieux éclairer la construction de "Nice futures" (Suisse+France)