Travail, emploi ou esclavage ?

Relais d’une discussion par Ester Ramos

J’ai aimé lire les partages et textes suivant d’Ester Ramos

Sur le livre “Travailler 4 heures par semaine” de Tim Ferris

Sur son Blog: Audasioux.fr

Avec son invitation a réapprendre à s’ennuyer.

Ma perspective sur L’esclavage moderne !

L’emploi, combiné avec un logement ‘loué’, est un bon moyen d’enrichir ceux qui sont déjà bien assez riche.

Tu implores un job libérateur, salvateur, nécessaire, et tu vas remercier et trembler que ton employeur veuille bien te “garder”, en brave travailleur, bien obéissant et dévoué corps et âme à ta société (l’entreprise, pas la Société). Seulement voilà :
  • C’est à ton employeur de te remercier de l’enrichir plus encore, avec ton travail ! (enfin, en règle générale…)
  • C’est à ta banque/créancier/logeur de te remercier, de lui donner 30%, 40%, plus encore ? Des fruits de ton travail ! Car n’étant pas fortuné, ton habitation, il faut la payer…

Es-tu encore resté dans l’illusion que ceci est normal ? D’obéir, de dépendre d’un employeur ? De rester “endetté”, pour mieux ponctionner une part de tes revenus ? De dépendre de la conjoncture et de maîtresse économie. C’est ce que la Société t’a inculqué:

“Travaille beaucoup et tu réussiras mon fils/ma fille”

Seulement voilà, ta société est gouvernée par maîtresse Économie justement, et donc, tes RH feront leur devoir, celui de te virer à 55 ans, après t’avoir exploité pendant plus de 30 ans… cf. http://blog.QuincaMarre.ch

Si à 30 ans, tu penses que cela ne t’arrivera pas à toi, car tu as su t’adapter, rebondir, graver les échelons, changer d’entreprise avec la bonne fréquence, te transformer toi-même en excellent manipulateur/exploiteur des autres, alors il est probable qu’effectivement, tu pourrais conserver une belle position avec un bon salaire. Mais fais gaffe, dans 20 ou 30 ans, est-ce que “Manager” est un métier d’avenir ?
Relativisons: Seulement les 20% des seniors qui ont refusé d’épouser l’esprit ‘mercantile’ de maîtresse Économie, ou de s’adapter et apprendre, ou “pas de chance”, se retrouvent “précarisés”, et libérés... Mais cette proportion augmente 
(sources à trouver TK)…

Ne soyons pas défaitistes, l’avenir sera meilleur, si nous le construisons mieux. Mais pour cela, nous devons abandonner notre vision égocentrique de notre travail, pour adopter une perspective collective, avec un perspectivisme(1) global pour le bénéfice de la Société humaine, dans son ensemble.

(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Perspectivisme : J’ai découvert cette cuture séculaire en explorant les cultures des indiens d’Amazonie !

Alors Ester a bien raison d’ajouter:

“Travaille beaucoup et tu réussiras peut-être, ma fille”

“ Aime passionnément ce que tu fais, ennuie-toi, vaque au hasard, sois toujours enthousiaste et tu réussiras, ma fille.” (Ester Ramos, Audasioux)

Hasard ?

Chère Ester, crois-tu vraiment au hasard ? Je pense aussi que tout n’est pas écrit, dans le détail… Mais le miracle “vie” semble avoir été volontairement programmé ! Avec ou sans la moindre croyance divine !

Et est-ce que la saisie des “opportunités” n’est pas plus facile, si j’aménage des moments de libres flottements, d’ennuis programmés, de connexions “aléatoires”, d’explorations connectées ? Est-ce par hasard que je t’ai découverte, et lu ?

Il n’y a pas que la créativité et notre liberté individuelle qui sont importantes, l’enjeu est bien plus grand. Nous sommes les fourmis de l’humanité, et notre existence n’a de sens que connectée aux autres, à notre planète vivante et minérale: L’eau, la terre, l’air, notre Terre Gaïa.

A l’univers même, nous sommes les enfants des étoiles !

Mais pour faire quoi ?

Personnellement, je nous sens “programmés” pour le progrès ! Pas celui de maîtresse économie, mais celui de l’humanité, avec nos intelligences en développement et à venir, même assistées par des ordinateurs. Il faut juste essayer de “ne pas se rater”, ou plutôt, d’éviter de rater ces opportunités d’un meilleur futur. (http://vision.kotte.net, http://futur.kotte.net)

Comment ?

Ecouter son instinct, son cœur, avant de le faire avec son “cerveau” cartésien et pragmatique (je n’ai pas dit de ne pas l’utiliser, mais seulement après…). Comprendre ses propres valeurs fondamentales, qui animent et énergétisent nos multiples cerveaux…

J’ai réduit à 3 pour ma part, afin de simplifier:

  1. Tête: ++Intelligences (++connaissances, compréhensions de l’univers, mesure des impacts de nos actes, et non-actes),
  2. Cœur: ++bienveillances (+empathie, les sociopathes et plus encore psychopathes ne sont que très minoritaires, arrêtons d’en avoir peur, et surtout, de voter pour eux dans nos pseudo-démocraties !),
  3. Ventre: ++libertés (plus de confiances, moins de contrôles).
Mais j’ai aussi ajouté 2 autres cerveaux, celui en-dessous de la ceinture, pas très futé mais assez utile pour la continuité de l’espèce, et le reste du Corps, pour simplifier... 
Car nos pieds aussi influencent nos humeurs et nos pensées ;-P

Par contre, je travaille beaucoup, trop, et souvent sans être rémunéré ! Car il y a tellement à faire, urgemment me semble-t-il ! Il est grand temps de ralentir, pour y réfléchir…