Demain est-il synonyme d’innovation ?


Demain définit le jour d’après. Par extension, il représente l’époque qui suit celle dans laquelle nous nous trouvons par opposition à aujourd’hui. Dans ce cadre, demain permet également d’exprimer le futur.

Le terme d’innovation quant à lui a évolué au fil du temps. Innovation vient du mot latin innovare qui signifie « revenir à » ou encore. « renouveler ». Innovare est composé du verbe novare de racine novus, qui veut dire « changer », « nouveau », et du préfixe in-, qui indique un mouvement vers l’intérieur.

Au Moyen Âge l’innovation. représentait le fait d’introduire quelque chose de nouveau dans une chose établie, ce qui facilitait l’acception du plus grand nombre dans les différents renouvellements auxquels la société de l’époque était confrontée.

A partir du xvie siècle, l’innovation est devenu synonyme de ce qui était singulier, inattendu, surprenant. C’est à cette même période que le verbe innover signifie faire preuve d’inventivité, créer des choses nouvelles, sens qu’il a encore en partie aujourd’hui. Cette vision du concept n’a pas toujours été positive, Édouard VI d’Angleterre proclama l’interdiction d’innover en 1546 pour protéger l’État du désordre et de la déviance.

Machiavel quant à lui considérait l’innovation comme un moyen de donner une impression de renouvellement d’un système politique afin d’en garder le pouvoir en période de trouble.

Peter Drucker réinventa le terme dans les années 50 en le définissant comme un synonyme de progrès.

Cette dernière interprétation est encore valable aujourd’hui.

Pour répondre à la question qui sert de titre à cet article, il est vrai que l’on parle souvent des innovations de demain. Certains en viennent même à se demander si il est toujours possible d’innover aujourd’hui.

Mais si demain est synonyme d’innovation, est-il synonyme de renouvellement, d’inattendu, d’invention ou de progrès ?

Sommes-nous dans l’attente de renouvellement ou d’inattendu ? Sommes-nous à la recherche d’invention ou de progrès ?

Peut-être sommes-nous simplement à la poursuite de demain ?