Benoît Drouillat
Oct 15, 2018 · 3 min read

Hoyle Wang et Cisco Guzman, product managers d’Adobe XD, ont animé une intéressante session dédiée à la mise en place d’un design system, dans le cadre de MAX, à Los Angeles. Pour reprendre le trait d’humour de Cisco, “tout le monde parle du design system, de la même façon que tout le monde parlait d’avoir un DJ dans les années 90”. Mais au-delà du pur phénomène de mode, le design system fait apparaître de nouvelles complexités dans nos façons de concevoir et de produire des interfaces numériques.

De nombreuses entreprises ont publié leurs guidelines et leur design system en ligne : IBM, Salesforce, Atlassian, etc. La démarche ne consiste pas seulement à documenter les composants, il s’agit d’un processus à part entière. Paradoxalement, la définition de ce qu’est un design system est encore peu partagée dans l’industrie du design. Cisco Guzman définit le design system comme

Le vocabulaire visuel constitué de composants réutilisables

Les principaux bénéfices de sa mise en œuvre sont l’accroissement de la vélocité de l’équipe, la facilité avec laquelle toute conception nouvelle peut être menée, le passage à l’échelle et la façon dont il peut permettre de gérer l’expérience des produits numériques. Curieusement, les product managers d’Adobe XD insistent peu sur l’industrialisation qui est à mon sens le point crucial du design system en même temps que sa principale difficulté.

Le design system donne lieu à de nombreux comportement et pratiques des équipes de design qui les façonnent. Les product managers d’Adobe XD ont réalisé une recherche étendue de ces usages. C’est ce qui permet de les définir comme un ensemble d’éléments :

  • un document maître ou une bibliothèque qui fédère les composants en tant que symboles
  • guidelines pour la marque, d’un guide de style, de schémas de conception pour l’UX, voire d’une charte éditoriale
  • ressources dans différents formats (HTML, CSS, tokens, framework JavaScript comme React ou Angular)

Le niveau de formalisme du design system est très dépendant du contexte et de l’avancée de l’équipe sur le sujet. D’après les échanges que nous avons eu lors d’une autre session, le UX leaders Summit, la maturité est encore relativement faible, y compris pour les designers américains.

Le conseil de Cisco Guzman se résume à cette formule :

keep it simple and start simple

La raison en est que nommer et rechercher les composants du design system est une difficulté qui ressort fréquemment des études menées par les équipes d’Adobe. Cette question de l’architecture de l’information du design system est assez centrale dans son élaboration. Je ne sais pas si cet objectif de simplicité est toujours atteignable dans les environnements produits où nous évoluons.

D’autres points de complexité que nous avons soulevé concernent la collaboration dans l’équipe, les workflows de validation (notamment avec les développeurs) et l’aspect chronophage du design system. Je n’ai pas été surpris du niveau de connaissance des product managers d’Adobe XD sur la question, mais plutôt par leur sens de l’écoute, qui cohabite avec une vision produit limpide.

Disclosure : ma participation à l’événement et le voyage sont pris en charge par Adobe France. Les impressions et analyses contenues dans cet article et ceux qui suivront sont entièrement les miennes.

Designers Interactifs

Design numérique, culture, innovation

Benoît Drouillat

Written by

Head of Design @Oodrive | President @*designers interactifs*

Designers Interactifs

Design numérique, culture, innovation

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade