Product design : une démarche de création globale & itérative

La Danse de la vie humaine (Danse à la musique du temps), Nicolas Poussin, 1633–1634

L’émergence du métier généraliste de product designer est une réponse spontanée à la fragmentation artificielle des expertises entre designers des interactions, artisans de la forme et experts de l’expérience utilisateurs. Depuis une quinzaine d’année, la profession oscille entre une ultra-spécialisation des rôles et une approche généraliste. Les enquêtes témoignent en réalité que les designers additionnent les compétences, en moyenne 3, définies entre UI, UX, ergonomie, design graphique et design des interactions (Enquête sur l’emploi & les salaires du design interactif, 2019, 877 participants). Les écoles de design, dont ils sont principalement issus, forment à la fois des designers généralistes et des designers de spécialité.

Dans ce contexte, les product designers s’attachent moins à des questions de méthodes qu’à être force de proposition dans l’expression de la vision du produit. Visionnaires mais aussi pragmatiques, ils naviguent dans les rouages du projet et tels des horlogers, ils maîtrisent les moindres complications de la mécanique du produit. Comme dans le bauhaus, être product designer, c’est combiner forme, artisanat, matière et construction.

Par product design, j’entends :

Une démarche créatrice globale qui consiste à concevoir, prototyper, formaliser et tester des produits numériques. Elle couvre l’ensemble du cycle de vie d’un produit : des fix (continuels), des améliorations (régulières), des évolutions (fréquentes) et des innovations (ponctuelles).

La définition qu’en formule la plupart des acteurs comme InVision, est problématique car elle se résume peu ou prou au mash-up des pratiques en vogue : un peu d’UX, un soupçon de stratégie, une pincée d’UI… Dans Principles of Product Design, Aaron Walter ne prend même pas la peine de définir le product design. Ses principes se limitent à une juxtaposition de paraphrases de la conception centrée sur l’utilisateur.

Soyons plus ambitieux et précis.

Le product designer intervient de façon globale, sans être nécessairement spécialiste de toutes les activités de design mobilisées dans le cycle de vie du produit. Le design produit correspond à un périmètre d’intervention élargi qui s’étend de la génération des idées à leur implémentation finale. Il s’attache autant à la dimension matérielle que logicielle des produits ; il est fondamentalement multi-plateforme (mobile, web, logiciels). Il ne se contente pas de mettre en scène des fonctionnalités, il s’assure qu’elles soient porteuses de sens pour les utilisateurs. Le product designer déploie un savoir-faire qui aboutit à des propositions d’interactions et de formes convaincantes et élégantes. Son travail est rythmé par les cycles de lancements produits propres à l’industrie du logiciel/SaaS.

Le product design peut être caractérisé d’au moins 5 façons distinctes :

Vision. Influencer la vision produit : son essence, la direction dans laquelle il est développé à tous points de vue. Le designer pense plutôt au “quoi designer” qu’au “comment”.

Proposition. Etre force de proposition, plus que chercher à « résoudre des problèmes ». Cela lui permet d’intervenir dès la phase amont du projet.

Création. Formaliser la structure, le comportement et l’apparence des interfaces. C’est le cœur de son expertise : combiner la profondeur de son imaginaire à la précision de son exécution.

Itération. Créer des interfaces selon des cycles de prototypage, de tests et de raffinement. Il travaille dans une logique d’amélioration continue du produit.

Industrialisation. Factoriser la conception à grande échelle, sur un catalogue de produits étendu. Un projet d’interface est un projet industriel complexe.

Il y a une voie alternative au lieu commun du creative problem-solving des américains. Cessons de le reproduire, car nous avons les moyens conceptuels de dépasser ces principes vides de sens. Cette approche réductrice et fonctionnaliste place le design dans une posture de réaction plutôt que dans une posture d’invention et de proposition. Un autre product design peut ainsi s’en démarquer pour incarner l’“expression singulière de la culture européenne”, pour reprendre Jean-Louis Frechin. Plus critique, plus humaniste et doté d’une sensibilité esthétique qui nous est propre.