Quel futur pour les outils de design ?

Du 15 au 17 octobre, nous embarquons pour MAX, la grande conférence annuelle d’Adobe, dédiée au design et aux métiers de la création, à Los Angeles. Une opportunité de réflexion sur nos pratiques et nos outils.

Ces dernières années, l’activité événementielle s’est intensifiée autour du design et de l’UX. En dépit de la fréquence des conférences, que ce soit en France, en Europe ou aux États-Unis, peu ont l’attractivité et l’ampleur des grandes messes où les métiers et les enjeux de design sont vraiment mis en perspective. Parmi celles-ci, Adobe MAX se présente comme une conférence généraliste sur la création ; elle embrasse un spectre très large. MAX se déroule du 15 au 17 octobre à Los Angeles. Métiers créatifs, design graphique, web design, UX designer, illustration, photographie, vidéo en sont les points d’orgue, accompagnés d’annonces sur la Creative Cloud. L’ensemble des keynotes sera accessible en ligne.

L’opportunité est d’approcher au plus près la vision produit d’un grand éditeur de logiciel et de réfléchir à la façon dont nos outils façonnent nos approches de conception. On a beaucoup sous-estimé l‘influence des outils dans la mise en œuvre de l’imaginaire. Il y a encore 5 ou 6 ans, les outils des designers se réduisaient à quelques logiciels très identifiés, alors qu’aujourd’hui l’offre a littéralement explosé. Il existe des dizaines d’outils de prototypage de tous niveaux, dont certains intègrent la possibilité de réaliser des micro-interactions toujours plus poussées. Cette année, l’événement aura une résonance différente avec la montée en puissance d’Adobe XD qui donne enfin un ancrage solide à l’éditeur dans les outils de prototypage. Sa réussite dépendra selon moi de sa capacité à intégrer finement les micro-interactions et à devenir un outil d’industrialisation (design system et versionning). Il dispose d’un atout important, sa facilité d’apprentissage.

J’ai prévu de suivre des sessions dédiées au machine learning, au prototypage, aux design systems et au design management. Le choix des sessions est particulièrement vaste : près de 200, ce qui donne une couverture thématique à la fois riche et complexe à appréhender. Je rendrai compte ici des enseignements importants d’Adobe MAX. Je suis notamment impatient de comprendre comment le machine learning va impacter nos démarches de conception, ce qui sera automatisable et ce qui ne le sera pas.

Disclosure : ma participation à l’événement et le voyage sont pris en charge par Adobe France. Les impressions et analyses contenues dans cet article et ceux qui suivront sont entièrement les miennes.