LAN Kazagamers @ SupInfo en 2016 — © Kazagamers

Quel avenir pour l’e-sport à la Réunion ?

Cela fait un moment qu’il n’y a pas eu d’activité e-sport à la Réunion, les LANs et tournois se faisant très rare depuis quelques années, et si il n’y avait aucun avenir pour une telle discipline à la Réunion ?

Après un tournois en mars 2016 organisé par Kazagamers, l’activité e-sportive a beaucoup régressé à la Réunion. Sur CS:GO, c’est d’abord la diminution du nombre de joueurs qui a causé une baisse du nombre de matchs qui à l’époque étaient très fréquents, sur CS:S par exemple, il fallait commander son serveur à l’avance pour pouvoir jouer en match contre l’équipe adverse, car oui, les équipes étaient très nombreuses à ce moment. Après l’arrivé de CS:GO en 2012, les premières LANs ont commencées à voir le jour auprès de l’association ESXR, puis Kazagamers, jusqu’en 2014 à l’école Sup Info Réunion, où plusieurs tournois CS:GO et LoL avaient été organisés.

LAN ESXR à la Possession en juillet 2012 — © ESXR

Lors du départ de plusieurs des meilleurs joueurs de CS:GO à la Réunion, certains ont tout simplement arrêter de jouer, d’autres ont délaissé l’aspect compétitif du jeu pour des raisons qui les regardent. Mais est-ce le vrai problème de ce manque d’activité ? Des rumeurs concernant ESXR, une des premières associations à organiser des tournois e-sportifs à la Réunion, ont indiqués il y a quelques années un manque de moyens et de motivation pour continuer à assurer ce rôle d’organisateur. Même si leurs serveurs sont toujours actifs, plus aucun tournois d’organisé après 2013. Du côté de Kazagamers, l’aventure à commencé à s’arrêter dès 2015 après la LAN Sup Info en mai, malgré une LAN de plus en début d’année 2016, cela n’a pas suffit à relancer la communauté, le nombres d’équipes étant toujours plus faible qu’auparavant.

Personnellement je pense que les joueurs devraient d’avantage se pencher sur des tournois onlines, locaux ou internationaux, leur permettant malgré le ping de continuer à s’entraîner sans compter uniquement sur les organisateurs. Les joueurs d’Asie ont eux aussi été confrontés au problème du ping il y a un temps, mais la scène s’est agrandie, l’e-sport s’est démocratisé et certains d’entre eux jouent maintenant parmis les meilleurs de la scène professionnelle de Counter-Strike. Bien sur il n’y a pas autant de joueurs à la Réunion qu’en Asie, mais cela montre que ça ne dépend que des joueurs.

Quelles solutions pour relancer la communauté ?

Rien de plus simple, il faut monter des équipes, continuer à jouer, et aller chercher la compétition sois-même. Les LANs ou les rencontres onlines sont un excellent moyen d’éveiller la compétitivité des joueurs, malheureusement, trop peu de joueurs prennent l’initiative de se lancer dans la création d’une équipe ou même de participer à des tournois onlines. Le problème étant que ce manque d’activité ne motive pas non plus les organisateurs. Je pense que la principale cause de ce manque d’activité est due à une mauvaise communication entre les organisateurs et les joueurs, résultant en des serveurs vides, un faible nombre d’équipes intéressées aux tournois, et de moins en moins de joueurs. La plupart des joueurs se concentrent sur le niveau auquel ils vont devoir faire face en tournois, or ils ont tort car c’est un mauvais état d’esprit qui les empêchent de progresser.

“Qui est Global ? Qui est nova ?” — Hormis le fait que le rank in-game n’a ni importance ni valeur, ce n’est pas en se disant que le niveau est trop élevé pour espérer faire une quelconque performance que l’on arrive à quelque chose. En LAN, si vous souhaitez vous amuser venez dans une optique d’amusement et de détente, mais si vous cherchez la compétitivité, venez dans une optique de progression et de gain d’expérience.


La scène e-sportive grandie de plus en plus chaque jour et les joueurs sont de plus en plus exigeants, ce qui est compréhensible, mais peut être trop exigeants pour les organisateurs qui ne trouvent plus grand intérêt à investir dans ce domaine à la Réunion.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.