Génération Expat, mon SAV du film

Il y a un peu moins d’un an, sortait sur YouTube le film tourné et réalisé par les talentueux Laurent et Florian, les fameux Coflocs. Après 9 mois de présence en ligne, Génération Expat a été vu par plus de 260 000 personnes à ce jour. Entre mon état d’esprit lors de cette interview et ce que je vis aujourd’hui, beaucoup de choses ont changé. Et je pense que le moment est venu pour moi de faire ici un petit suivi.

Un suivi d’autant plus important que depuis sa sortie, Génération Expat m’a mis en contact avec des dizaines de personnes, qui ont vu ce film atypique et empreint de vérité, et pensent, comme je l’ai fait il y a 5 ans, leur vie ailleurs.

Je ne crois rien renier de ce que j’ai pu dire dans le film. Comme me le disait mon ami Marc-André, “le Québec est un pays fantastique pour vivre, et faire du business ailleurs”. Comme je l’expliquai dans le film, je ne me considère absolument pas comme un expatrié, mais bien comme un immigré, émigré de France. Et c’est pour cela que je ne serai jamais un québécois.

Si vous avez de jeunes enfants, foncez au Québec, ce pays est fantastique. Malgré les critiques entendues, le système éducatif et le système de santé sont excellents. Le «vivre ensemble» est la règle et les différences sont acceptées. Franchement on y est bien !

En revanche, comme entrepreneur, si les conditions administratives de création sont parfaites, la vie des affaires révèle quelques écueils. J’y reviendrai sans doute un jour dans un billet plus complet, mais en résumé : le marché québécois est tout petit, la préférence québécoise dans les affaires est une réalité cachée, et l’économie québécoise est tellement subventionnée que cela crée d’importantes distorsions de concurrence, surtout pour un petit entrepreneur. Après 5 ans au Québec, force est de constater que mes clients sont ailleurs, en France, en Amérique du Sud et aux Etats-Unis.

Mon conseil final sur le Québec, essayez ! Ce n’est pas le paradis sur terre, et je ne crois pas qu’il existe d’ailleurs. Attendez vous à de grands bonheurs, et de grandes déceptions. Chacun y vivra une vie différente, en fonction de son âge, de son expérience, de son caractère. Mais essayez !!!!!

Je voulais donc faire cette petite mise au point. D’immigré au Québec, je suis devenu Digital Nomad, immigré dans plusieurs pays, sans attache fixe, afin de découvrir des cultures, des modes de vie, des personnes attachantes et enrichissantes. Je ne sais pas encore combien de temps durera cette nouvelle expérience, mais je suis sur qu’on en tirera un nouveau film ;-)