Le numérique dans le geste professionnel du professeur documentaliste

Cette présentation est proposée aux professeurs documentalistes contractuels en vue de la préparation du CAPES interne. Elle tente de dresser un état des lieux de la manière dont le numérique interroge la profession. La progression est construite à partir des approches développées par Louise Merzeau, Christian Faure, Olivier Le Deuff ou Silvère Mercier et construite autour du concept d’humanités numériques en éducation explicité par Elie Allouche.

Mon propos s’appuie sur le constat critique de la généralisation des utilisations du web social par les adolescents. Face à ces éléments de culture numérique, je pose la nécessité pédagogique de former nos élèves à développer une présence numérique active.

Vient alors de prendre en compte la manière dont les pratiques du web social aboutissent une sédimentation des données qui constituent des territoires de l’Internet. La donnée étant la matière première du travail de documentaliste, il est important de distinguer le Big-Data de l’Open-Data. Dans une perspective qui fait la place belle aux communs et notamment à l’idée de communs de l’éducation, un temps de important est accordé à l’exploitation des données ouvertes dans un cadre pédagogique. Il va de soit que le CDI, compris comme un véritable petit fablab du savoir ou comme un DHLab à l’échelle d’un établissement scolaire, est le lieu privilégié de tels dispositifs pédagogiques.

De l’Open-Data au données liées et au web sémantique, le pas est alors franchi. Ces propos sont illustrés d’exemples sur la manière dont les web-services viennent enrichir les portails documentaires. Si la donnée est envisagée comme la matière première du travail du documentaliste, il semble nécessaire de comprendre comment le texte appréhendé sous la forme d’une masse de données peut-être exploiter numériquement par le documentaliste, grace aux outils de fouille de texte.

Le numérique en temps qu’il produit et exploite des données est donc compris comme l’environnement de travail privilégié du professeur documentaliste. Les missions de ce dernier peuvent être eclairées par les analyses de Silvère Mercier lorsqu’il explicite le concept de médiation numérique des savoirs.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Franck Bodin’s story.