La crise de 29

L’Homme a révolutionné son existence avec une idée simple :les transactions. La naissance de l’économie n’est pas plus compliquée. Mais problème… cette invention a une faille : le facteur humain.

Le 24 octobre 1929, le monde sombre dans LA crise économique du XXè siècle. Elle nous vient tout droit des Etats-Unis et se répand. Pour faire simple, on retiendra : chômage, misère, transformations sociales et politiques (Hitler, seconde guerre mondiale…), coups d’Etats, une décennie de récession, une baisse des natalités, faillite, ruine, suicides, tensions raciales, discrimination et j’en passe.


UNE BULLE SPECULATIVE

Nous sommes dans les années 1920, l’économie américaine se porte bien. La production industrielle produit, les banques prêtent et les investisseurs investissent. Tout va bien dans le meilleur des mondes. Le problème réside dans la démesure, propre à l’Homme.

Les entreprises engagent leurs capitaux de réserve. Les banques prêtent à tous très facilement (#2008). Les gens se sentent riches, ils contractent et investissent massivement leurs crédits dans la bourse. Ils pensent rembourser leurs dettes avec les gains et se voient déjà riches (vous sentez la douille venir ?). L’achat d’actions à crédit… l’homme est un animal brillant, y a rien à dire.

1925–29 : les cours boursiers quadruples, les gens pensent avoir raison

“Ce n’est pas ce que vous ne savez pas qui vous pose des problèmes, mais c’est ce que vous savez avec certitude et qui n’est pas vrai.” -Mark Twain

1929 : 4/5è des actions sont achetées à crédit.

Le crédit soutient la montée des cours. La bourse devient un moulin et se met à tourner au vent. On appelle ça une bulle. L’économie est surcôtée (#balancetonBTC)


L’ANNEE DONT ON NE PRONNONCE PAS LE NOM

Cet influe massif de capitaux dans la spéculation boursière entraîne une chute progressive du secteur industriel. L’économie réelle n’est plus financée (#financiarisation)

24 octobre 1929 : Jeudi Noir → 13 millions de titres sont mis en vente, sans trouver d’acheteur.

La bourse est la rencontre de l’offre et de la demande.
 → offre > demande : le prix chute 
 → offre < demande : le prix monte

Ici, vous l’avez compris, l’offre était plus importante que la demande. Les prix ont chuté… une chute proportionelle au nombre de titre.

25 octobre 1929 : Vendredi Noir →La situation empire. La chute entraîne la chute. Tout le monde veut vendre mais personne ne veut acheter. Les prix dégringolent.

28 octobre 1929 : lundi Noir

29 octobre 1929 : Mardi Noir → 16 millions de titres ne trouvent pas d’acheteur

La situation ne va pas en s’améliorant. En 22 jours, les valeurs industriellles perdent 40%.


PREMIERES CONSEQUENCES

Les clients comptaient sur les gains des actions pour rembourser leurs dettes. Les prix ont chuté, les crédits ne peuvent pas être remboursés. Les banques ne peuvent pas récupérer l’argent prêté, les particuliers vident leur compte pris de panique (Bank run).

1929 : première vague de faillite qui touche les banques et les sociétés de plein fouet

1932 : 40 millions de chômeurs dans le monde industrialisé, une production industrielle divisée par 2, les prix agricoles ont chuté de 57%. Tous les secteurs sont atteints.

Tel un serpent qui se mort la queue, le monde moderne sombre. les gens doivent contracter des dettes pour rembourser des dettes. Le crédit a soutenu la montée, maintenant, il soutient la baisse


UNE CRISE MONDIALE

1930 : Autriche, Allemagne, Australie

1932 : Angleterre

1933 : France, un actif sur deux est au chômage en Allemagne

1935 : 20% de la population britannique ne mange pas à sa faim

Telle une traînée de poudre, la crise se répand. Les Etats-Unis sont à sec. Solution : demander aux pays de rembourser. Les pays en sortie de guerre sont privés d’argent. Ils réduisent leur consommation et instaurent des mesures de protectionnisme (fin de l’importation pour protéger l’économie nationale contre la concurrence internationale). Le commerce mondial diminue. La baisse des importations met à mal les pays en développement : Brésil, Canada,… EXEMPLE : le café perd 60% de sa valeur, il est la principale source de revenus du Brésil

Quand un géant tombe, il ne tombe jamais seul.

SOLUTION

Les idées fusent : dévaluation de la monnaie, déflation, … mais rien ne marche. IDEE FINALE : Rompre avec le pro-libérale. L’Etat doit intervenir dans l’économie pour relancer la consommation.

Etat → travail → argent → dépenses → investissements→ relance de l’industrie → relance de l’économie

1932 : Franklin Roosevelt est élu →Grandes constructions & aides financières

Fin 30’s : l’économie repart aux Etats-Unis (le reste du monde… c’est une autre histoire)


Une crise pareille n’est pas sans conséquence. Un élément déclencheur qui a façonné le XXè siécle (2è GM, etc.). L’Homme semble oublier son passé lorsqu’il décide de son avenir. Les subprimes en témoignent… Chaque génération veut sa crise. Le système n’est pas mauvais, mais il est soumis à la perversion et à la convoitise humaine.

“Un grand pouvoir implique de grande responsabilité” — Oncle BEN