Isolés

Tu te rends compte de ce que tu as fait ?!

La table se brisa contre le mur de la cuisine.

- Tu n’as pas fait que mettre en péril ta vie ! Tu as risqué celle de ta mère, de ton frère, la mienne ! Notre survie à tous !

Il saisit une chaise en bois et la souleva vivement, prêt à faire encore éclater sa colère.

- Tu ne comprends pas ! Lorsque je l’ai vu… j’ai dû y aller.

Le vieil homme se figea.

- Où… où est-ce que tu l’as vu ?

Le ton avait changé. Il posa lentement la chaise, le regard embué.

Le garçon baissa les yeux et le bois des poutres craqua, comme pour marquer l’instant.

Il serra le poing.

- A la lisière de la forêt. Ce n’était qu’une silhouette mais je… je sentais bien que c’était lui.

Une larme coula sur la joue du père, qui se mit à trembler et tomba à genoux.

Les premiers rayons du soleil commencèrent à percer les interstices de la cabane et l’homme s’effondra en sanglots.