de Jocelyne Godard

Résumé : Cette saga en trois tomes va faire revivre Otomo Sakanoue, femme exceptionnelle, en livrant ses impressions, ses idées et les influences qui la guident vers un Japon plus moderne annonçant l’époque de Heian. En décrivant la vie qu’elle aurait pu avoir à la cour de Nara, avec les luttes et les fléaux naturels de cette époque : les conflits internes, les incendies détruisant les palais et les temples, les épidémies de variole décimant la population et, bien sûr, les deux grandes ambassades en Chine à l’époque des Tang, celle de l’an 719 et de l’an 753. Une magnifique saga historique et inédite, dans le Japon médiéval, par Jocelyne Godard, auteur du très grand succès Les Thébaines.

Jocelyne Godard

Prologue

L’époque de Nara qui suivit celle d’Asuka où le Japon émergeait vit monter sur le trône huit impératrices. Aidées par les immigrations coréennes en masse, elles furent à l’origine de l’écriture japonaise influencée par l’introduction du culte de Bouddha. Ce changement profond apportait au pays un nouveau système de pensée et permettait à la population de sortir d’un Japon jusque-là obscur et dispersé.

Cette succession d’impératrices régnantes développa un artisanat de qualité qui leur venait des pays coréens et chinois. Elles installèrent des temples, des statues, des écoles et instaurèrent un code administratif qui annonçait la célèbre époque de Heian. Elles envoyèrent des ambassades en Corée et en Chine, ce qui permit au peuple japonais d’atteindre le niveau d’érudition et de culture dont ils avaient besoin pour ouvrir leur pays à la communication et à la commercialisation déjà en place dans les pays voisins.

Si les impératrices japonaises de cette époque furent illustres, les poétesses se distinguèrent, elles aussi. Elles figurent, pour la plupart, dans le célèbre Manyoshu, immense anthologie rédigée à la période de Nara. Jamais une telle époque féministe ne se retrouvera dans l’histoire du Japon. Après cette brillante suite de femmes au pouvoir, l’empereur Konin qui régna de l’an 770 à 781 décréta que plus aucune impératrice ne monterait sur le trône, trop influencées, disait-il, par les questions religieuses.

Les Japonaises durent attendre l’époque d’Edo en 1630, pour voir une femme monter sur le trône, ce fut l’impératrice Meisho. Puis patienter de nouveau jusqu’en 1763 pour en acclamer une autre, l’impératrice Sakuramachi. Ces deux règnes n’eurent hélas aucune portée féministe vu l’extrême faiblesse de la fonction impériale à cette époque.

Texte intégral disponible au format ePub et Kindle sur iBookstore Apple, Amazon.fr, ca et com, Kobo France et Kobo Canada, Google Play, Archambault.ca, ePagine.fr, FNAC.com, Bookeenstore, Chapitre.com, Relay.com, Decitre, Cultura, Nolim Carrefour, Feedbooks et +

numeriklivres.info

Éditions NL

Maison d’édition francophone nativement numérique

Éditions Numeriklivres

Written by

Éditeur et propulseur de littérature francophone grand public au format numérique (ebook) depuis mai 2010

Éditions NL

Maison d’édition francophone nativement numérique

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade