Vendre, acheter et échanger… L’avenir des groupes Facebook

Facebook veut la peau des sites de petites annonces et des services de l’économie collaborative

Et si Facebook décidait de tuer LeBonCoin, Ebay, Craigslist, Airbnb, BlaBlaCar, Amazon… c’est-à-dire des sites sur lesquelles figurent des petites annonces, du ecommerce tiers et de l’économie collaborative réunis.

Cette envie folle pour Facebook est devenue réalité depuis le 15 février 2015 où la firme a lancé plutôt discrètement une nouvelle fonction d’achat et de vente pour les groupes Facebook listés dans la catégorie “For Sales”.

Cette fonctionnalité est aujourd’hui implémentable uniquement pour des groupes Facebook dont les utilisateurs en Amérique du Nord.

Pour le moment, tout du moins, car cette possibilité sera active prochainement en Europe.

Pour Facebook, permettre la vente et l’achat individuels est crucial

En décembre 2014, Facebook lance le test de la fonction “Sell something” (vendre quelque chose) au sein de certains groupes avec un formulaire à renseigner :

  • que vendez-vous ?
  • le prix du bien ou du service ;
  • son descriptif ;
  • la possibilité d’ajout d’une image et des infos sur le mode de livraison et la localisation du bien/service.
La fiche du bien à vendre

Facebook n’intervient aucunement dans la transaction, le prix et ne prélève pas de commission sur la vente.

A partir du 15 février 2015, ces fonctions sont généralisées à tous les groupes de la catégorie “For Sale”.

En outre, les vendeurs peuvent ajouter si le bien/service est disponible ou vendu et afficher une liste de leurs items vendus.

Il est possible de convertir un groupe Facebook existant en un “For Sale Facebook Group” en complétant ce formulaire.

Les groupes Facebook à la fête

Facebook opère un choix draconien dans le choix des groupes dont il va valider la transformation. Des groupes avec plusieurs milliers d’inscrits sur un même territoire sont éligibles.

La firme annonce par ailleurs que ces fonctions seront prochainement accessibles sur les applis iOS, Android et via l’interface Web du réseau social.

Le futur de Facebook : le troc, l’économie collaborative et le commerce électronique local… En 5 points clés

Comment Facebook frappe un grand coup de la fourmilière de la vente sur Internet ?

Et pourquoi l’incontournable réseau social peut faire mouche dans ce domaine en 5 points !

1. La transaction est directe entre le vendeur et l’acheteur

Facebook se déclare non responsable de la transaction

Facebook casse le rôle de l’intermédiaire du tiers de confiance qui est propre à Amazon, Ebay et consorts…

Vendeur et potentiels acheteurs sont directement mis en relation et conviennent aussi du moyen et des modalités de paiement entre eux.

A noter, que certaines plate-formes comme Le Bon Coin ne sont déjà plus des tiers de confiance.

Facebook ne se déclare pas responsable des biens et services vendus via les groupes Facebook.

2. Les vendeurs/acheteurs sont directement identifiables par leur profil Facebook

Le vendeur et son profil mis en avant

Dans la notion de confiance qui s’établit entre vendeurs et acheteurs, c’est le profil qui fait la différence.

Il est donc évident que cela va renforcer chez les utilisateurs le fait d’indiquer des informations vraies sur leur identité : nom, prénom, adresse email de contact…

Facebook va donc en tirer de fait de nouvelles infos qui ne sont plus déclaratives mais réelles, des renseignements qualifiés très prisés par le service en ligne.

3. Des annonces au coeur de groupes locaux en ligne déjà thématisés

La liste des biens vendus et encore en vente affichables pour le vendeur

Facebook vise un public déjà fidèle et intéressé puisque déjà inscrits dans des groupes locaux.

Cela favorise des annonces entre particuliers sur bien des thèmes : covoiturage, immobilier, hôtellerie et locations d’appartements, petits biens locaux…

Tous ces types de biens/services sont aujourd’hui couverts par des sociétés florissantes de l’économie collaborative que Facebook peut facilement battre en brèche.

4. La masse d’utilisateurs est déjà là

Statistiques du nombre d’utilisateurs actifs de Facebook dans le monde

Contrairement aux services de petites annonces et autres sociétés de l’économie collaborative, Facebook n’a aucunement besoin d’aller chercher des inscrits à foison.

La société cherche surtout à valoriser ses utilisateurs actuels et à les rendre actifs et vendeurs/consommateurs peur grandement l’y aider.

5. Les groupes Facebook se trouvent renforcés dans leur utilité

Comment créer un article “pour vendre” dans un groupe Facebook

Facebook cherche à donner un nouveau souffle à la fonctionnalité Groupes existante.

La capacité d’échanger, de vendre et d’acheter au sein des groupes développe un nouveau segment de marché très important pour Facebook qui va bien évidemment être déclinée en application mobile.


Cet article est publié dans la collection/publication “En français, in French”

Si vous avez apprécié cet article, abonnez-vous à la collection/publication : En français, in French (qui regroupe des textes de qualité dans la langue de Molière) en appuyant sur le bouton “follow” à cette adresse : https://medium.com/en-francais-in-french

Si vous souhaitez devenir auteur pour cette collection/publication et ypublier vos textes, envoyez-moi un message à : jeanluc.raymond(AT)gmail.com ou en annotation de cet article. Je vous ajouterai bien volontiers.


A propos de l’auteur…

Jean-Luc Raymond est Consultant formateur en projets numériques.

Contactez-moi pour vos projets : jeanluc.raymond@gmail.com

Mon profil LinkedIn : http://fr.linkedin.com/in/jeanlucraymond
Mon compte Twitter : http://twitter.com/jeanlucr
Mon site : http://www.jeanlucraymond.fr

  • Social Media Manager senior. Consultant en stratégies numériques. Formateur expérimenté. Conférencier.
  • Expert EPN (espaces publics numériques).
  • Chargé de cours Universités (CELSA Paris Sorbonne, Paris Est Marne-la-Vallée…) en Communication Institutionnelle, Sociologie des Médias Informatisés et stratégies numériques.