Mon expérience à l’Esplanade en tant que titulaire d’un poste solidaire

Naïl Sousa Cordeiro (à droite sur la photo)

Mon nom est Naïl Sousa Cordeiro et je suis le fondateur de “Sans Titre”. Sans Titre c’est un projet que j’ai lancé l’an dernier et qui a pour but d’offrir aux jeunes un média différent. Nous proposons essentiellement des articles portant sur l’actualité (politique, économie, société) mais aussi des entrevues avec des artistes montréalais. Au fur et à mesure le projet a évolué et dorénavant Sans Titre est devenu bien plus qu’un magazine. Il y a toute une programmation évènementielle et nous avons également lancé récemment une ligne de vêtements.

Sans Titre est un projet un peu particulier. Je l’ai lancé sans vraiment savoir dans quoi je m’embarquais, pas de plan d’affaire solide, pas d’études de marché, pas de budget. Cela peut paraître bizarre venant d’un étudiant en commerce mais le but au départ n’était pas de créer une entreprise axée sur le marché et orientée autour des envies du consommateur. Au-delà des considérations financières, c’est plutôt “un sentiment” qui m’a poussé à lancer ce projet. Un besoin, une envie de faire les choses différemment et de pouvoir offrir du contenu intelligent à l’heure où l’on consomme plus d’informations que jamais.

Dès les premiers mois, j’ai commencé à sentir un certain intérêt pour le web-magazine, les gens étaient assez réceptifs et beaucoup de personnes voulaient écrire des articles. Il fallait donc rendre le projet plus sérieux, construire une équipe. C’est avec cette idée en tête que j’ai décidé d’appliquer au concours “poste solidaire” de l’Esplanade.

Je n’avais jamais travaillé dans un espace de collaboratif auparavant alors je me lançais dans une toute nouvelle expérience. Ce qui est bien avec l’Esplanade c’est que ce n’est pas un espace sans vie avec plusieurs bureaux et des gens sans lien qui travaillent seul sur leur entreprise. L’ambiance est très chaleureuse, familiale et les gens qui y travaillent font tout pour que l’on se sente à l’aise. Les initiatives à l’intérieur de l’espace sont multiples ce qui favorisent les interactions entre les résidents. Des conférences ainsi que des ateliers y sont organisés et en tant que récipiendaire du poste solidaire j’ai même eu l‘opportunité d’accéder à des séances de coaching pour m’aider avec mon projet. Les grandes salles de réunion sont très utiles aussi et m’ont particulièrement aidé puisque je devais gérer beaucoup de bénévoles.

Maintenant que ma location est finie je reste sur plusieurs questions, cette aventure m’a beaucoup appris mais m’a aussi permis de me remettre en question. C’est donc avec des questions plein la tête que je repars de l’Esplanade. Je dirais que je me cherche encore, que je ne sais toujours pas exactement ce que je veux faire mais c’est évident que ce que j’ai acquis va me servir pour la suite. Je reste énormément reconnaissant de l’opportunité qui m’a été donné, une main tendue à un moment inespéré qui a permis à Sans Titre d’éclore et de croître. J’aimerais remercier tout particulièrement Pascal, Maxime, Jonathan, Laurène, Bryan et le mécène anonyme qui a commandité mon poste, sans qui tout cela n’aurait pas pu arriver.

Naïl Sousa