Make Your Bed : 10 leçons d’un amiral à la retraite pour relever les défis de la vie

Onur Karapinar
Sep 2 · 9 min read
Photo de Marc Rafanell López sur Unsplash

Temps de lecture estimé : 7 minutes

William McRaven est un amiral à la retraite de la Navy Seal américaine. Il a servi avec grande distinction dans la marine pendant 37 ans, a combattu en Afghanistan et en Irak.

Avec de telles responsabilités, nul doute que l’homme a de grandes leçons de vie a partager. Dans son livre « Si tu veux changer ta vie… commence par faire ton lit », McRaven partage dix expériences personnelles qui ont façonné sa vie. Chacun est un conseil simple, mais qui peut faire la différence à long terme.

1. Commencez votre journée par une tâche accomplie comme celle de faire son lit

La discipline est un mode de vie pour ceux qui sont dans l’armée, et cette discipline s’étend même aux plus petites choses, comme faire son lit tous les matins.

Si vous avez bien fait votre lit, on ne vous en fera pas l’éloge ; on attend de vous que vous le fassiez.

En 2003, lorsque les forces américaines ont capturé Saddam Hussein et l’ont maintenu en détention, l’auteur a noté que Hussein n’avait pas fait son lit.

La vie est pleine de hauts et de bas et il n’y a pas grand-chose que vous puissiez faire pour les arrêter, mais parfois le simple fait de faire votre lit peut vous aider à démarrer la journée.

2. N’oubliez jamais que vos succès dépendent des autres

Après un saut en parachute qui a failli lui coûter la vie, McRaven a appris une leçon de vie capitale : l’importance du travail d’équipe et de pouvoir compter sur quelqu’un qui vous aide à continuer.

Pendant sa période convalescente, sa femme a changé ses bandages et s’est occupée de lui. Sans son soutien, McRaven aurait probablement succombé à la dépression et l’apitoiement de son sort.

De même, des gens avec qui il avait noué des amitiés lui ont tendu la main sur la voie du rétablissement et l’ont aidé à réintégrer les SEAL malgré tous les obstacles.

Chacun est amené à vivre une période difficile de sa vie où il a besoin du soutien de quelqu’un qui croit en lui. Nous ne pouvons pas faire l’impasse dessus parce que nous sommes des animaux sociaux jusque dans la moelle.

3. Mesurez les gens à la taille de leur cœur, non sur leur apparence

Le meilleur équipage d’une classe de SEAL était composé d’hommes petits, dont les autres hommes plus grands se moquaient.

Cependant, ces petits hommes ont surclassé tous les autres membres. Un des hommes, qui mesurait un peu plus d’un mètre cinquante, a été un jour écarté par l’instructeur, qui lui a dit qu’il était trop petit pour braver les vagues.

Ce marin a fini par devenir l’une des premières recrues à terminer la nage.

Dans un autre incident, l’auteur a remarqué un petit homme fragile dans le couloir. Il pensait qu’il s’agissait d’un civil ordinaire, mais cet homme était Tommy Norris, un vétéran du Vietnam, et le dernier récipiendaire de la Médaille d’honneur des SEAL.

N’oubliez jamais que votre première impression ne devrait jamais être votre dernière impression.

4. Arrêtez de vous plaindre et avancez

McRaven se souvient qu’au cours de son entraînement des SEAL, les inspections d’uniformes faisaient partie intégrante de la discipline de l’armée et avaient lieu plusieurs fois par semaine.

Mais peu importe à quel point vous l’avez fait à la perfection, les instructeurs trouveraient quelque chose qui ne va pas.

Comme punition, les cadets devaient courir entièrement vêtus jusqu’à la plage et se rouler dessus jusqu’à ce qu’ils soient complètement recouverts de sable mouillé, puis rester comme ça pour le reste de la journée.

C’est qui s’appelle un Sugar Cookie (« cookie au sucre »).

Quelque temps plus tard, un ancien combattant du Vietnam (Martin Moki) et officier des SEAL que l’auteur admirait a eu un accident de vélo.

L’accident l’a rendu tétraplégique (paralysé à partir de la taille). Malgré tout, Moki est devenu un peintre accompli, a engendré une belle fille et a fondé le Super Frog Triathlon.

Il n’a pas blâmé ses circonstances pour son état ; il a choisi d’aller de l’avant et de faire quelque chose de sa vie malgré ses circonstances.

5. N’ayez pas peur de l’échec

Dans l’entraînement des SEALs, le Cirque (Circus) est la pire chose qu’un soldat puisse avoir l’ordre de faire.

Il s’agit d’un entraînement supplémentaire de deux heures associées à un harcèlement continu de la part des anciens combattants.

L’entraînement supplémentaire signifie que vous seriez épuisé le lendemain et que vous seriez à nouveau inscrit sur la liste du Cirque, et le cycle continuerait jusqu’à ce que vous abandonniez.

Si vous refusiez de céder, les Cirques continus vous endurciraient et vous habitueraient à la rigueur de l’entraînement.

Les échecs constituent une belle source d’apprentissage, de croissance et de développement pour s’endurcir face aux revers de fortune.

N’ayez pas peur du cirque. Vous y ferez face à un moment donné.

6. Prenez des risques

Si vous ne prenez pas de risques, vous ne vous forcerez jamais à être le meilleur possible. C’est une leçon que l’auteur a apprise très tôt lors d’une course à obstacles, quand ne pas prendre de risques signifiait qu’il franchissait la ligne d’arrivée avec un temps décevant.

La leçon lui a bien servi lorsqu’en 2004, une situation risquée de sauvetage d’otages l’a obligé à faire confiance à son instinct et à celui de ses hommes pour leur permettre de débarquer en plein jour et de mener la mission.

La célèbre devise britannique SAS (Special Air Service) reflète la même idée : « Qui ose gagne. » Il y a toujours un potentiel d’échec, mais si vous vous retenez à cause de cela, vous n’atteindrez jamais votre plein potentiel.

Une personne ordinaire n’aura que des résultats ordinaires. Pour gagner gros, il faut prendre de gros risques.

7. Tenez tête aux brutes

L’une des parties les plus terrifiantes de l’entraînement des SEAL est la nage nocturne hors des eaux de San Clemente dans l’obscurité totale avec la peur imminente d’être mangé par un grand requin blanc.

McRaven ne pouvait pas laisser une peur des requins l’empêcher de terminer sa formation de SEAL et il a utilisé cet obstacle pour renforcer son courage et poursuivre.

Lorsque l’ancien président de l’Irak, Saddam Hussein, a été capturé par les forces américaines, les nouveaux dirigeants irakiens ont été invités à lui parler.

Cependant, ce qui a commencé comme une mission pour l’intimider s’est retourné contre eux quand, connaissant son pouvoir émotionnel sur eux, il leur a ordonné de s’asseoir et de l’écouter.

Chaque jour suivant, lorsque McRaven rendait visite à Saddam Hussein dans sa cellule, il était traité comme une personne sans importance. Son pouvoir émotionnel lui a été retiré.

Les brutes sont les mêmes partout. Ils gagnent de la force en intimidant les autres. Comme les requins, ils sentent la peur.

Si vous n’avez pas le courage de tenir bon, ils vont frapper.

8. Donnez le meilleur de vous-même, même dans les pires moments

Les Navy SEALs sont chargés de mener des attaques sous-marines contre les navires ennemis.

Les défis de l’entraînement pour cette mission sont nombreux : en utilisant seulement une jauge de profondeur et une boussole avec un petit feu vert, on s’attend à trouver la quille, la partie la plus profonde du navire.

C’est quand on nage près de la quille qu’il faut être le plus calme et le plus fort.

Le moment le plus sombre de la vie d’un soldat est lorsqu’il doit voit un autre soldat mourir au combat. C’est en ces temps tragiques que ceux qui survivent — leur équipe, leur famille, leur ville, leur pays — se rassemblent pour rendre hommage et ensuite, passer à autre chose.

Chacun a ses moments sombres, mais à ces moments-là, nous devons trouver en nous ce qu’il y a de mieux pour nous.

9. Soyez toujours plein d’espoir

Pendant l’entraînement de McRaven, la Hell Week a été le moment où il y a eu le plus d’abandons qu’à toutes les épreuves. Le plus dur a été de survivre à la course dans la boue.

Pendant cette course, un instructeur des SEAL a offert un moyen de sortir de la torture pour toute la classe si au moins cinq hommes abandonnaient.

C’était une offre tentante et certains étudiants étaient prêts à quitter la boue lorsqu’un homme a commencé à chanter une chanson populaire.

D’autres se sont joints à eux, et ceux qui ont pensé à abandonner sont retournés à leur place et se sont joints au chant.

Rien de ce que l’instructeur a fait pour les calmer ne les a arrêtés, et le chant les a motivés à relever le défi.

Pendant la guerre contre le terrorisme, un hélicoptère a été abattu en Afghanistan, tuant les 38 hommes à bord. Les familles endeuillées ont été laissées dans un état d’étourdissement et d’inconsolation.

Seul le lieutenant-général John Kelly a pu les consoler. Il a partagé avec eux une tragédie commune : il avait perdu son fils au combat, et il savait exactement comment donner à ces familles en deuil l’espoir pour l’avenir.

L’espoir est l’une des émotions parmi les plus fortes au monde. C’est le fait d’attendre quelque chose de positif avec confiance. Cette anticipation d’un plaisir à venir est un grand levier de motivation personnel et collectif qui peut pousser n’importe qui à agir avec une force renouvelée.

10. Ne renoncez jamais

L’entraînement pour l’US Navy SEAL est un processus exténuant de six mois qui n’est pas seulement une lutte physique, mais aussi mentale et émotionnelle.

Après six mois, il ne restait plus que 33 hommes à la remise des diplômes sur les 151 étudiants qui avaient commencé la formation ensemble.

Cent dix-huit hommes avaient tiré la cloche de cuivre dans la cour pour échapper à l’entraînement douloureux et au harcèlement qui poussait à ses limites.

Ils avaient démissionné lorsque la situation s’était aggravée, et ils l’avaient peut-être regretté toute leur vie.

Cette attitude inébranlable était forte chez Adam Bates, un Ranger de 19 ans grièvement blessé par une mine terrestre. McRaven lui a rendu visite à l’hôpital et il découvre que le jeune était couvert de brûlures, de tubes et qu’il avait perdu les deux jambes.

Néanmoins, Bates a utilisé la langue des signes pour indiquer qu’il s’en sortirait.

Un an après cette visite à l’hôpital, le même Ranger se tenait debout sur ses jambes prothétiques et mettait ses coéquipiers au défi de participer à un concours de tractions.

C’est le genre de réponse que McRaven est si fier de voir chez les soldats. Malgré toute l’adversité qu’ils peuvent endurer, ils refusent de s’apitoyer sur leur sort.

Si vous laissez les aléas de la vie vous déprimer, la vie sera longue et dure. Mais si vous refusez d’abandonner vos rêves et de vous battre contre toute attente, alors la vie vous offrira ce que vous méritez.

Ne cédez jamais à votre situation. Il y a toujours de belles fleurs pour qui veut les voir.


Pour les curieux, voici le discours de l’amiral McRaven lors de la remise des diplômes de l’Université du Texas en 2014.


Rejoignez plus de 3000 personnes qui reçoivent La Minute Essentielle, ma newsletter personnelle qui partage des idées pour adopter de bonnes habitudes, prendre de meilleures décisions et améliorer votre qualité de vie (et bien d’autres surprises).

Dès votre inscription, vous recevrez un guide pratique gratuit de 96 pages : 87 petites habitudes pour libérer son potentiel — extrait de mon livre Petites Habitudes, Grandes Réussites : 51 pratiques inspirantes pour devenir la meilleure version de soi-même.

Cliquez sur l’image pour vous abonner à ma newsletter.
Cliquez sur l’image pour découvrir mon livre.

Essentiel

De grandes idées pour libérer votre potentiel.

Onur Karapinar

Written by

Auteur de “Petites Habitudes, Grandes Réussites” : www.bit.ly/oklivre | Newsletter pour mieux vivre et penser : www.onurkarapinar.com/newsletter

Essentiel

Essentiel

De grandes idées pour libérer votre potentiel.

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade