5 exercices stoïciens qui feront de vous un meilleur entrepreneur

Par Ryan Holiday traduit de l’anglais par Onur Karapinar

Très peu de philosophies anciennes remontent à un entrepreneur, mais une seule le peut : le stoïcisme.

Vers 304 av. J.C., un marchand nommé Zénon de Kition fit naufrage à Athènes au cours d’un voyage d’affaires. Il avait presque tout perdu. En allant à Athènes, il a été introduit à la philosophie par Cratès de Thèbes, un cynique célèbre, qui a changé sa vie.

Quelques années plus tard, la philosophie stoïque était née. Alors que Zénon plaisantait plus tard, « j'ai fait un voyage prospère quand j'ai souffert d'un naufrage ».

Depuis, le stoïcisme a été une source d’orientation, de sagesse et de conseils pratiques pour des millions de personnes. Il a été utilisé par tout types d’individus que ce soit de Marc Aurèle, Sénèque (l’un des hommes les plus riches de Rome), à ​​Theodore Roosevelt, Frederick le Grand et Michel de Montaigne.

Plus récemment, le stoïcisme a été cité par des investisseurs comme Tim Ferriss et des dirigeants comme Jonathan Newhouse, le PDG de Condé Nast International.

Même les entraîneurs de football américain comme Pete Carroll des Seahawks de Seattle et les gestionnaires de baseball comme Jeff Banister des Texas Rangers ont recommandé le stoïcisme à leurs joueurs.

Voici cinq exercices et stratégies stoïciens, tirés de The Daily Stoic, qui vous aideront à gérer votre entreprise et à trouver de la clarté, de l’efficacité et de la sérénité.

Trouver la bon milieu

« Avant tout, prêtez attention à ceci : vous n’êtes jamais intimement lié à vos connaissances et à vos amis qui vous nivellent par le bas. Si vous ne le faites pas, vous serez en ruine. . . . Vous devez choisir d’être aimé par ces amis et de rester la même personne, ou de devenir une meilleure personne au prix de ces amis. . . Si vous essayez d’avoir les deux, vous n’aurez ni progrès ni ce que vous aviez acquis autrefois. »
— Epictète, Manuel d’Epictète, 4.2.1; 4–5

La citation la plus largement citée de Jim Rohn est que : « Vous êtes la moyenne des cinq personnes avec lesquelles vous avez passé le plus de temps. »

James Altucher conseille aux jeunes écrivains et entrepreneurs de trouver leur « milieu » — soit un groupe de pairs qui les poussent à être meilleurs.

Votre père pourrait vous avoir fait un avertissement lorsqu’il vous a surpris passer du temps avec de mauvaises fréquentations : « N’oublie pas, tu deviens comme tes amis. » L’une des maximes de Goethe le retranscrit mieux : « Dis-moi qui tu aimes, et je te dirai qui tu es. »

Soyez vraiment conscients des personnes avec qui vous passez votre vie — pas comme un élitiste snob, mais comme quelqu’un qui essaie de cultiver la meilleure vie possible.

Interrogez-vous sur les personnes que vous rencontrez et avec lesquelles vous passez du temps : Est-ce qu’ils me rendent meilleurs ? Est-ce qu’ils m’incitent à progresser et à devenir responsables ? Ou me nivellent-ils par le bas ?

Maintenant, avec la même intention, posez la question la plus importante : Devrais-je passer plus ou moins de temps avec ces gens ?

La deuxième partie de la citation de Goethe nous évoque les enjeux de ce choix : « Si je sais comment vous passez votre temps », a-t-il déclaré, « alors je sais ce que vous pourriez devenir ».

L'art de la visualisation négative

« Nous disons que rien n’arrive à l’homme sage contre ses attentes... ni que tout se passe pour lui comme il le souhaitait, mais comme il l’a supposé — et surtout il a imaginé que quelque chose pourrait bloquer ses plans. »
— Sénèque, De la tranquillité de l’âme,13.2–3

Nous apprenons souvent péniblement que notre monde est gouverné par des facteurs externes. Nous ne recevons pas toujours ce qui est à notre juste valeur, même si nous l'avons mérité. Tout n'est pas aussi simple et présentable que les jeux auxquels ils jouent en école de commerce. Sur le plan psychologique, nous devons nous préparer à ce que cela se produise.

Si vous êtes surpris à chaque fois que l’inattendu se produit, vous n’allez pas seulement éprouver des difficultés à essayez quelque chose d’ambitieux, vous allez aussi perdre un temps précieux en cherchant à l’accepter.

La seule garantie que pouvez toujours avoir est que les choses pourraient aller mal. La seule chose que nous pouvons utiliser pour atténuer cela est l’anticipation, car la seule variable que nous contrôlons complètement est nous-mêmes.

Le monde pourrait dire de vous que vous êtes un pessimiste. À quoi bon ? Il est préférable de sembler être une personne déprimante que d'être aveuglé ou pris au dépourvu.

Vous savez ce qui vaut mieux que d’élaborer des choses dans votre imagination ? Les construire dans la vie réelle. Bien sûr, il est beaucoup plus amusant d’échafauder des plans dans votre imagination que de les détruire. Mais à quoi cela sert-il ? Cela ne génère que de la déception. Les chimères sont comme des bandages — elles blessent lorsqu’elles sont arrachées.

Avec de l’anticipation, nous avons le temps d'élever des défenses, ou même de les éviter entièrement. Nous sommes prêts à être chassés parce que nous avons tracé un chemin de retour. Nous pouvons résister à la mise en pièces si les choses ne se passaient pas comme prévu. Avec de l’anticipation, nous pouvons endurer.

Nous sommes préparés à l'échec et prêts à réussir.

Ne faites jamais rien par habitude

« Donc, dans la plupart des autres choses, nous abordons des circonstances qui ne sont pas conformes aux bonnes hypothèses, mais surtout en suivant une mauvaise habitude. Puisque tout ce que j’ai dit est le cas, la personne en formation doit chercher à s’élever au-dessus, afin d’arrêter de rechercher du plaisir et de se détourner de la douleur ; arrêter de s’accrocher à la vie et d’abhorrer la mort ; et dans le cas de la propriété et de l’argent, d’arrêter de valoriser la réception plus que le don. »
— Musonius Rufus, Lectures, 6.25.5–11

On demande à un travailleur : « Pourquoi avez-vous fait cela ainsi ? » La réponse, « Parce que c’est comme ça que nous avons toujours fait les choses. » La réponse frustre chaque bon patron et fait saliver l’entrepreneur.

Le travailleur a cessé de réfléchir et agit par habitude. L’entreprise est susceptible d’être perturbée par un concurrent, et le travailleur sera probablement viré par n’importe quel patron raisonné.

Nous devrions appliquer la même sévérité à nos propres habitudes. En fait, nous étudions la philosophie précisément pour nous extirper de ce genre de comportements routiniers.

Trouvez ce que vous faites en pilotage automatique. Demandez-vous : Est-ce vraiment la meilleure façon de le faire ? Sachez pourquoi vous faites ce que vous faites.

Entreprendre sur soi

Mais qu’est-ce que Socrate dit ? « Tout comme une personne se réjouit d’améliorer sa ferme, et un autre, son cheval, alors je me réjouis de mes meilleures améliorations jour après jour. »
— Epictetus, Manuel d’Epictète, 3.5.14

La tendance de nos jours est de démarrer sa propre entreprise, d'être un entrepreneur. Il n’y a pas de doute, construire une entreprise à partir de zéro peut être une poursuite immensément enrichissante. C'est pourquoi les gens consacrent toute leur vie à le faire, travaillant d'innombrables heures et prenant des risques considérables.

Mais ne devrions-nous pas être aussi investi dans notre développement personnel comme nous le ferions pour n’importe quelle entreprise ?

Comme une start-up, nous commençons tout juste une idée : nous sommes incubés, mis dans un monde pour se développer lentement, puis, au fil du temps, nous accumulons des partenaires, des employés, des clients, des investisseurs et des richesses.

Est-il vraiment si étrange de traiter votre propre vie aussi sérieusement que vous pourriez traiter une idée pour une entreprise ? Lequel est vraiment une question de vie et de mort ?

Ne lisez pas les nouvelles aujourd'hui

Aujourd'hui, vous serez tenté, voire pressé, de vous tenir au courant des événements actuels. Pour regarder les nouvelles, pour lire quelques articles, pour consulter le flux d'événements en temps réel sur Twitter. Résistez à cette impulsion.

Rappelez-vous ce que Thoreau a dit : « Pour un philosophe toutes nouvelles, telle qu’elle est appelée, sont des potins et ceux qui les éditent et les lisent sont des vieilles femmes sur leur thé. »

Rappelez-vous ce qu’Epictète a dit : « Si vous souhaitez vous améliorer, contentez-vous de sembler désemparé ou stupide dans des affaires étrangères. »

À moins que vous ne soyez un gestionnaire de fonds de couverture ou un journaliste, la plupart des dernières nouvelles ne sont absolument pas pertinentes pour votre vie (pour ne pas dire manipulateur, exploitant et souvent incorrect).

Et compte tenu de toutes les choses que vous auriez pu faire, à la place, cela entraîne un coût. Un coût payé par vous et votre famille et le monde qui vous entoure.

Ne regardez pas les nouvelles du jour. Concentrez-vous sur ce qui vous attend. Existez uniquement dans le moment présent.

Votre carrière n'est pas une fin en soi

« Quelle horreur est l’avocat dont le souffle mourant passe à la cour, à un âge avancé, plaidant pour des parties inconnues et toujours en quête d’approbation des spectateurs ignorants. »
— Seneca, De la brièveté de la vie, 20.2

Toutes les années, un triste spectacle se déroule dans les nouvelles. Un ancien millionnaire, toujours le seigneur de son empire commercial, est conduit devant les tribunaux.

Les actionnaires et les membres de la famille se rendent devant les tribunaux pour affirmer qu’il n’est plus compétent pour prendre des décisions — que le patriarche n’est pas apte à diriger sa propre entreprise et ses affaires juridiques.

Parce que cette personne puissante a refusé de renoncer au contrôle ou à développer un plan de relève, il est soumis à l’une des pires humiliations de la vie : l’exposition publique de ses vulnérabilités les plus privées.

Nous ne devons pas être aussi emballé de notre travail au point que nous pensons que nous sommes à l’abri de la réalité du vieillissement et de la vie. Qui veut être la personne qui ne part pas ? Y a-t-il si peu de sens dans votre vie que votre seule raison d’être soit de travailler jusqu’à terminer dans un cercueil ?

Soyez fier de votre travail. Mais cela ne fait pas tout.



Si vous avez apprécié cet article, partagez-le et recommandez-le pour aider les autres à le trouver ! Merci ! ❤

Essentiel vous présente de grandes idées pour libérer votre potentiel et mieux vivre. Abonnez-vous pour ne rien rater !