Ce que j’ai compris du développement personnel

Comme beaucoup, je pensais qu’il suffisait d’un bon livre ou d’une bonne thérapie pour grandir intérieurement !

Leila Laura
May 8 · 5 min read

Imaginez-vous dans une pièce. Une pièce qui vous appartient. Une pièce dans laquelle vous vous sentez à votre aise. C’est vous qui l’avez construite, vous pouvez même vous y déplacer les yeux fermés, car vous en connaissez chaque recoin.

C’est vous qui l’avez inventée, et vous y croyez à cette pièce. Elle s’est fabriquée grâce à votre pouvoir de création comme je l’ai expliqué dans les articles : APPRENEZ OU VOUS NE SURVIVREZ PAS!!! et MON CERVEAU, MON HÉROS! (ou pas?).

Cette pièce est un peu votre foyer, vous vous y sentez très à l’aise, vous l’avez décorée à votre goût.

Dans cette pièce, il y a une porte, vous l’avez peut-être remarquée. En tout cas, inconsciemment, vous savez qu’elle est là. Consciemment, vous l’avez peut-être vue, mais vous l’ignorez. Certains d’entre vous avez même accroché un rideau ou des tableaux par-dessus parce qu’à vos yeux, elle n’avait aucune importance.

Il y a cette porte, il y a donc une sortie, il y a une seule sortie.

Cette porte est celle du développement personnel, c’est celle qui vous permettra de vous connaitre, de travailler sur vos conflits, vos peurs, votre manque d’assurance, votre passé, votre futur, votre état d’esprit, vos angoisses, ce qui vous empêche d’avancer, votre façon de penser, votre ego etc. Elle vous permettra de mieux vous comprendre et ainsi mieux gérer votre vie comme vous le souhaitez réellement.

Si on ouvre cette porte, on sait qu’on aura beaucoup de boulot ! Et consciemment ou pas on le sait. Alors on procrastine. On la laisse de côté, on continue à se déplacer dans ce cadre, cette salle que l’on connaît si bien. Beaucoup appellent cette pièce “la zone de confort”, terme très à la mode ces dernières années.

La zone de confort n’est pas la zone “la plus confortable du monde”, elle est très subjective et différente d’une personne à l’autre. C’est une zone que l’on connaît et qui ne nous demande pas trop d’efforts. Une zone qu’on s’est créée sur-mesure. Elle peut nous faire du bien ou nous faire souffrir, mais au moins on n’est pas surpris. Il n’y a pas forcément des éléments qui nous sont favorables, mais on les maîtrise assez bien. Ou du moins, on croit les maîtriser.

Il arrive un moment où on voit cette porte, on lui porte un peu plus d’attention. On y jette de temps en temps un coup d’œil. On sait que quelque chose se cache derrière quelque chose d’inconnu, quelque chose qui nous obligerait à sortir de notre pièce et cela nous fait peur. On invente des centaines d’excuses pour ne pas l’ouvrir, on se justifie, beaucoup, on la critique même, on en parle comme si on avait déjà été de l’autre côté, mais qu’on avait pris la décision de rester à l’intérieur. On se trouve des excuses continuellement pour ne pas l’ouvrir.

Et puis arrive le moment où on prend notre courage à deux mains. On s’en approche petit à petit, jour après jour. On envisage de l’ouvrir. Une idée survient : et si derrière cette porte il y a LA solution à mes problèmes ? Passer à l’acte peut prendre du temps ou au contraire arriver très vite suite à un choc émotionnel.

On pose notre oreille sur cette porte, essayant d’écouter ce qu’il y a derrière.

Puis enfin, c’est le déclic, quelque chose se passe en nous : il faut ouvrir cette porte, c’est notre seule issue, et LA réponse à toutes nos questions se trouve derrière, à quelques centimètres de nous !

On se motive et puis on se lance : on ouvre la porte en grand et une puissante lumière nous éblouit. On ne décèle pas tout de suite ce qu’il y a en face de nous. Il faut encore faire un pas en avant ! On avance et…. et ce qu’on y trouve n’est pas un chemin simple, beau, allant dans une seule direction vers l’épanouissement ! Bien au contraire : c’est un labyrinthe.

Beaucoup de pensées surgissent : qu’est-ce que je fais maintenant ? Je pensais que le plus dur était d’ouvrir la porte ! Comment vais-je savoir quel est le bon chemin ? Pourquoi y a-t-il autant de désordre ? J’étais tellement confortable dans ma jolie pièce, qu’est-ce qui m’a pris de vouloir en sortir ?

FALLAIT-IL VRAIMENT OUVRIR CETTE PORTE?

Alors je vous rassure, même si ce tableau paraît chaotique, on ne regrette jamais d’avoir franchi le pas. C’est comme si on avait vécu toute notre vie dans un monde qu’on avait imaginé et que finalement, on décidait de confronter la réalité ! Ce n’est pas facile, mais on enclenche le chemin vers nous-même et non vers l’image qu’on s’est créée de nous.

Il faut faire face au labyrinthe. À toutes nos croyances.

J’ai connu certaines personnes qui se vantaient d’avoir ouvert la porte, mais n’étaient passées de l’autre côté qu’à reculons, sans regarder le labyrinthe, puis étaient retournées dans leur pièce en faisant bien attention de refermer la porte derrière eux.

Et cette porte ce n’est que le début ! Il faudra prendre un des chemins offerts par le labyrinthe, l’explorer, le découvrir. Chaque chemin vous aidera à travailler sur vous, à vous connaître. Ce n’est pas une pièce que vous connaissez bien, mais au contraire, ce sont des révélations qui vous font prendre conscience de l’illusion dans laquelle vous étiez. Et ça peut faire mal, car vous travaillerez en profondeur, vous réouvrirez des blessures, et il n’y a plus de tableaux à accrocher par-dessus pour ne pas les voir.

Je ne vous mentirai pas en avançant que cette salle dans laquelle vous étiez si confortable ne vous manquera pas. Mais je vous rassure, ce manque se dissipera avec le temps. Il arrivera un moment où vous trouverez absurde d’avoir voulu rester dans cette salle et où vous vous sentirez plus fort dans votre labyrinthe. Il arrivera un moment où vous aurez envie d’inspirer d’autres personnes, de les pousser à l’ouvrir, de leur démontrer le bien que ça vous a fait de passer à l’action.

Vous leur assurerez que vous ne regrettez à aucun moment d’avoir plongé dans le chemin du développement personnel.

CONSEILS :

Si vous décidez de sortir de votre pièce, ne perdez jamais de vue votre objectif. Sachez que les doutes sont normaux, que votre cerveau sonnera la sonnette d’alarme parce que vous l’aurez sorti de sa zone de confort et que ça lui demanderait beaucoup d’efforts de se réadapter. Mais ces efforts deviendront une habitude, et chaque pas en avant sera plus facile. Vous lui démontrerez que c’est ce qu’il y a de mieux pour vous et il vous croira.

IL EST TEMPS de ne plus se voiler la face. IL EST TEMPS d’arrêter de tailler votre plante, de couper une branche par ci, par là, pour qu’elle paraisse plus jolie. S’il y a bien une chose que j’ai apprise concernant le développement personnel, c’est que nous avons beau tailler cette plante, elle repoussera toujours. Si vous voulez vraiment changer quelque chose, attaquez-vous à la racine !

Essentiel

De grandes idées pour libérer votre potentiel.

Leila Laura

Written by

Quand nous avons conscience de la manière dont le mental fonctionne, nous pouvons transformer notre façon de gérer notre vie #neurosciences #conscience #mental

Essentiel

Essentiel

De grandes idées pour libérer votre potentiel.