Changer d’état d’esprit : Une nouvelle psychologie de la réussite

Découvrez comment vos croyances jouent un rôle essentiel dans votre épanouissement personnel

Temps de lecture estimé : 5 minutes

Pensez-vous que votre intelligence et que vos talents sont innés ? Ou bien, vous pensez qu’il est possible de s’améliorer et de changer grâce à la pratique ?

Dans Changer d’état d’esprit : Une nouvelle psychologie de la réussite, Carol Dweck, professeur de psychologie à l’Université de Stanford, nous montre que les capacités et le talent ne suffisent pas pour atteindre nos objectifs, mais que l’état d’esprit joue un rôle essentiel dans toute volonté de réaliser son plein potentiel.

Le plus important pour relever et réussir des défis est de les aborder avec un état d’esprit de développement. C’est en confrontant nos propres attitudes que nous pouvons développer un état d’esprit de croissance pour trouver notre épanouissement personnel.

Notre état d’esprit détermine si nous croyons pouvoir évoluer

Votre naissance, vos parents, votre sexe, votre prénom, votre nationalité, votre langue, votre famille, votre physique, la couleur de vos yeux. Beaucoup d’éléments sont prédéterminés à la naissance. Vous êtes nés et depuis vous improvisez.

Mais lorsqu’il s’agit de ses capacités intellectuelles et physiques, vous avez le pouvoir d’exceller, d’apprendre et de progresser. Il ne s’agit nullement d’une question héréditaire ou de génie, mais de volonté et d’état d’esprit qui façonne vos croyances dans l’accomplissement de quelque chose.

Pour Dweck, le monde est divisé en deux catégories. Ceux qui ont un état d’esprit fixe et ceux qui ont un état d’esprit de développement.

Les gens qui ont un état d’esprit fixe croient qu’ils sont naturellement doués pour faire des choses et totalement incapables pour d’autres, alors que les personnes ayant un état d’esprit de développement pensent pouvoir exceller à ce qu’ils veulent à condition de travailler dur.

Un état d’esprit influencé depuis petit

Le développement mental commence dès la naissance. Les bébés ont un état d’esprit de développement naturel parce que c’est un mécanisme de survie. Ils doivent apprendre et grandir autant que possible chaque jour.

Vos parents ont eu un impact énorme dans votre état d’esprit. Ont-ils stimulé votre désir d’apprentissage en vous encourageant ou l’ont-ils bridé en vous jugeant sur ce qui est correct ou mauvais ?

Si petit, entre 1 et 3 ans, vous étiez de ceux qui essayaient d’aider un autre bébé qui pleure, alors vous aviez un état d’esprit de développement. Par contre, si vous étiez indifférents, voire agacés, par les cris des autres alors vous aviez un état d’esprit fixe.

Qu’importe l’enfant que vous étiez, la bonne nouvelle est que vous n’êtes pas déterminés à rester le même et qu’il est toujours possible de changer, d’apprendre, de grandir et d’évoluer.

Les caractéristiques qui décrivent l’état d’esprit fixe (Fixed Mindset)

Les personnes ayant un état d’esprit fixe croient que les talents sont innés à la naissance. Une personne est soit talentueuse, soit stupide et ne peut qu’accepter son sort.

Ils jugent les autres et cherchent constamment l’approbation des autres pour protéger leurs egos et éviter d’être dans la case des incompétents. Ils cherchent à fuir l’adversité qui peut révéler un manque de compétence. Ils ont tendance à abandonner au moindre effort qui les échappe.

S’ils échouent à quelque chose, ils blâment les autres ou cherchent constamment des excuses. Ils accusent le crayon s’ils ont mal dessiné. Ils accusent la piste de course s’ils ont mal couru. Ils ne remettent pas en question leur performance ou ne cherchent à pas progresser.

Ils ne croient pas qu’ils peuvent apprendre de leurs erreurs. Un seul échec nie et dévalue tous les succès passés. Tout est une question de résultats.

Ils espèrent l’amour éternel dans leurs relations sans faire d’efforts pour maintenir l’intérêt qui cimente le couple. Ils se découragent facilement et prennent souvent les choses personnellement. Ce qui les conduit à être sur la défensive.

Se débarrasser d’un état d’esprit fixe est laborieux car elle est une béquille émotionnelle qui, avec le temps, protège de l’échec, crée une reconnaissance aux yeux de nos parents/partenaires et stimule notre confiance en soi.

Pensez à ces élèves qui ont réussi de bonnes études qui se retrouvent à occuper des positions dans une entreprise. Ils estiment ne pas avoir à changer parce que leur excellence académique les ont, bien souvent, conditionnés à reproduire des schémas d’apprentissages qui se révèlent être obsolètes sur le marché.

Les caractéristiques de l’état d’esprit de développement (Growth Mindset)

« Je ne divise pas le monde en faibles et en forts, ou selon les succès et les échecs. Je divise le monde en apprenants et non-apprenants. »— Benjamin Barber

Je complexais, je ne faisais aucun effort, je me sentais comme condamné par mes mauvaises notes. Le moindre exercice de mathématique était une source profonde d’anxiété et de défaite. J’étais même allé jusqu’à penser que je n’avais les gênes pour comprendre la logique mathématicienne (!).

Un de mes professeurs avait ouvertement dit que je n’allais avoir le bac si je continuais ainsi. Piqué dans mon orgueil, j’en avais assez d’être intimidé par cette matière. J’avais reconnu que j’avais un problème et que cela représentait une opportunité pour évoluer.

Alors j’ai demandé de l’aide, cherché du soutien. Au début, c’était dur parce que j’avais beaucoup de lacunes et mes bases étaient fragiles, mais j’étais persévérant.

Plus je résolvais des problèmes et plus j’apprenais. J’éprouvais enfin de la satisfaction à faire des mathématiques parce que je commençais à saisir sa logique. Progressivement, je constatais que je n’étais pas aussi « stupide » que je le pensais. Mes notes m’indiquaient que j’étais sur la bonne voie.

Que ce soit dans la musique, du sport, de l’écriture ou du dessin, pratiquer sans relâche permet d’améliorer vos compétences et, au mieux, d’être un virtuose.

Transformer ses défaites en victoires.

Les personnes ayant un état d’esprit de développement savourent toute possibilité d’apprendre des meilleurs dans un domaine, car leurs succès les inspirent. Ils remettent en question les stratégies utilisées dans le passé et pensent toujours à la manière dont ils peuvent éradiquer leurs faiblesses.

Ils ont volontairement mis leur énergie à s’améliorer et à aider le monde qui les entoure. Dans leurs relations, ils encouragent leurs partenaires à continuer d’apprendre et à travailler sur eux-mêmes.

Ils accueillent les problèmes et les considèrent comme des défis à relever, pas comme des obstacles insurmontables. Ils savent que l’échec occasionnel est un pré-requis à l’apprentissage et représente une opportunité de faire mieux.

Plutôt que se s’apitoyer sur son sort, les personnes avec un état d’esprit de développement prennent contrôle de leur situation pour rendre possible l’impossible.

4 questions pour développer un état d’esprit de développement

Avant de dormir, je vous recommande de vous poser ces questions et d’y répondre au moins avec une phrase pour mesurer vos progrès dans un journal.

  1. Qu’avez-vous appris de votre performance d’aujourd’hui ?
  2. Quelles mesures avez-vous prises pour réussir aujourd’hui ?
  3. Quelles sont les stratégies différentes que vous pourriez avoir utilisées ?
  4. Comment avez-vous persévéré lorsque les choses se sont révélées difficiles ?

10 déclarations d’un état d’esprit de développement

Parfois, une nouvelle perspective dans vos croyances suffit pour aborder vos problèmes autrement.

  1. Je ne suis pas bon à cela. ≠ Qu’est-ce que je ne comprends pas ?
  2. J’abandonne. ≠ J’utiliserai une stratégie différente.
  3. C’est assez bon. ≠ Est-ce vraiment tout ce dont je suis capable de faire ?
  4. Je ne peux pas faire plus. ≠ Je peux toujours m’améliorer.
  5. C’est trop dur ! ≠ Ça va prendre un peu de temps.
  6. J’ai fait une erreur. ≠ Les erreurs m’aident à apprendre et progresser.
  7. Je ne peux pas le faire. ≠ Je vais m’entraîner pour ça.
  8. Je ne serais jamais aussi intelligent ! ≠ J’apprendrai comment faire ça.
  9. Le plan A n’a pas marché… ≠ Il y a toujours un plan B.
  10. Mon ami peut le faire ≠ J’apprendrais d’eux.
« Si vous placez la barre extrêmement haut et que vous ratez, votre échec sera supérieur aux succès des autres. »
— James Cameron

Vous en voulez plus ? Je vous invite à vous inscrire à ma newsletter, La Minute Essentielle. Chaque semaine, je vous enverrai le résumé d’un best-seller qui vous présente idées et stratégies pour vivre une bonne vie. Essayez, vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Vous avez appris quelque chose ? Cliquez sur les 👏 pour remercier l’auteur et aider d’autres personnes à trouver cet article.

Essentiel vous présente grandes idées et stratégies pour libérer votre potentiel et vivre une bonne vie. Abonnez-vous.