Changer de job : la peur de manquer d’argent n’est qu’un prétexte pour rester dans la passivité

La peur de manquer d’argent, de voir son salaire diminuer est la principale raison invoquée pour ne pas changer de job et se reconvertir dans un emploi plus épanouissant.

Etes-vous dans ce cas ? Depuis combien de temps avez-vous envie de quitter votre job pour faire autre chose ? Vous lancer dans un projet entrepreneurial ?Faire le voyage de votre vie ? 3 mois ? Un an ? Plus ?

Mais vous ne faites rien. Vous ne bougez pas. Vous êtes toujours dans le même job. Votre argument ?

La sécurité financière. Avec votre job, vous avez la garantie qu’un salaire tombe tous les mois sur votre compte en banque. Et vous en êtes totalement dépendant.e. Vous avez peur qu’en changeant de job ou en devenant freeelance, vous soyez perdant sur le point financier.

Tout ça n’est qu’une excuse !

Une excuse pour ne rien faire. Une excuse pour rester dans la procrastination et dans la passivité.

Je vous vois déjà me répondre que mon avis est bien trop tranché. Et que ce n’est pas aussi simple que ça de dire adieu à un salaire confortable. Que ça ne dépend pas que de vous. Que vous avez des charges à payer, un crédit à rembourser, des enfants à nourrir.

Eh bien je persiste à dire que c’est encore une excuse !

Le salaire n’est que la contrepartie du temps et de vos connaissances/compétences que vous apportez à votre employeur. Vous n’êtes en rien gagnant.

Le salaire est certes un élément externe dont vous n’avez pas la maîtrise totale. Toutefois, vous avez une influence sur votre perception de l’argent et sur la manière dont vous le gérez. Donc, plus d’excuses !

Vous pouvez agir dès maintenant et ne plus vous servir de l’argent comme prétexte pour rester dans la passivité.

1/Pourquoi la formule “emploi + salaire = sécurité et confort” n’est pas un bon calcul

Dans la plupart des esprits, gagner de l’argent est un concept réduit à la notion d’emploi et de salaire. Que la décision soit de votre fait ou non, voir son salaire baisser est généralement vu comme une mauvaise chose. Une décision risquée. C’est faire un pas en arrière dans l’échelle de l’ascension et de la réussite sociale.

Il y a plus d’un an, je partageais cette vision. Prendre la décision de quitter mon job, un CDI avec un salaire correct n’a pas été une décision simple. Je n’y ai pas échappé. L’argent était le frein qui me retenait dans mon poste.

Jusqu’à ce que je décide que je ne voulais plus dépendre d’un salaire.

J’ai pris conscience que mon épanouissement personnel et professionnel ne se limitait pas à des euros. Pour preuve, malgré le fait d’avoir un salaire qui tombait tous les mois sur mon compte bancaire, aller au resto au moins deux fois dans le mois, partir en voyage ou faire les magasins, je n’étais pas plus épanouie !

C’était même tout le contraire.

L’argent contribue à votre bonheur à partir du moment où il est utilisé intelligemment et en accord avec vos valeurs, vos besoins et vos aspirations. Ce n’est que dans ce cas que l’argent est un moyen/un outil, pour vous permettre de tendre vers le bonheur (exemple : vous achetez un ordinateur puissant pour votre job que vous aimez et pour jouer en ligne, votre passe-temps favori).

Mais en soi, le fait même d’avoir de l’argent ne suffit pas à être heureux.

Prenons l’exemple d’une cadre sup’ directrice commerciale d’un grand groupe international. Elle a la sécurité d’un CDI, un salaire à 5 chiffres et pourtant ce confort et cette sécurité financière ne garantissent pas son bonheur.

Pourquoi ?

Parce qu’elle ne mène certainement pas une vie en accord avec ses valeurs et besoins.

Aussi, ce n’est pas parce que vous avez un emploi et un salaire aujourd’hui que vous êtes à l’abri pour le restant de votre vie. Il ne faut pas oublier qu’il ne s’agit que d’une contrepartie réciproque. Une contrepartie qui peut prendre fin à tout moment. Un licenciement économique, un accident du travail, une maladie, une faute.

Enfin, vous n’êtes pas riche grâce à votre salaire. Vous ne jouissez pas d’une situation financière confortable grâce à vos 8h de travail par jour. Votre employeur ne vous a pas sauvé en vous offrant un emploi ou en vous mettant à l’abri du besoin !

La richesse vient de vos connaissances et de vos compétences et de votre état d’esprit. Et quand vous aurez compris cela, vous pourrez appréhender votre rapport à l’argent d’une manière plus efficace et optimiste pour atteindre votre objectif.

Ce n’est pas parce que vous changez de job, de métier ou que vous vous installez en entrepreneur que vous mettez votre vie et votre famille en danger. Se réorienter ne veut pas dire dormir sous les ponts, devoir vendre la maison ou l’appartement.

2/Que cache votre peur de manquer d’argent ?

Lorsque j’ai interviewé des femmes ayant l’envie de se reconvertir, j’ai constaté que pour 98% d’entre elles, la reconversion était associée à une baisse de rémunération. Il faut revenir à la case “débutant” et donc dire adieu à une partie de son revenu actuel.

Est-ce une vérité ? Etre débutant ne veut pas forcément dire gagner un faible salaire. Se reconvertir ne veut pas forcément dire manquer d’argent.

En creusant un peu sur ce que ces femmes entendent par « manquer d’argent », voici les réponses que j’ai eues :

· Je ne pourrais pas avoir le même rythme de vie : sorties, restau. Je vais m’isoler;

· Je n’ai pas fait tous ces sacrifices pour gagner trois cacahuètes;

· Je ne vais pas réussir à payer toutes mes charges;

· Je vais devoir changer de logement ou pire, rentrer chez mes parents;

· J’ai deux enfants à nourrir, je ne peux pas me permettre de penser qu’à moi.

Pour le dernier exemple, je vous renvoie à mon article Pourquoi les femmes attendent leur burn-out pour se reconvertir. J’y parle du syndrome du sacrifice de soi très présent chez les femmes et qui les empêche de sauter le pas de la reconversion.

D’autres peurs derrière la peur de manquer d’argent

Ainsi, derrière la peur de manquer d’argent se trouve la peur d’être tout à coup insignifiant.e. Très souvent, nous considérons à tort que notre valeur personnelle dépend du salaire que l’on touche.

Derrière cette peur de manquer d’argent se cache alors la peur de perdre la reconnaissance et le statut social qui va avec.

Vous avez peut-être peur d’être mis.e de côté par votre entourage parce que vous ne serez plus en mesure de suivre le rythme.

Peut-être même que certaines personnes de votre entourage jugent votre décision irrationnelle et égoïste. Dans ce cas, dites-vous qu’ils projettent seulement leurs propres peurs.

Finalement, le rapport est simple. Plus vous aurez confiance en vous et en vos capacités/compétences, moins vous aurez peur de manquer d’argent. À l’inverse, le lien entre syndrome de l’imposteur et peur de manquer d’argent est très étroit !

Je sais que ce n’est pas évident de surmonter ses peurs. D’autant plus quand on vit dans une société de consommation.

En me trouvant au chômage avec des allocations au niveau d’un SMIC, mes charges quotidiennes n’allaient pas réduire pour autant. J’avais toujours mon crédit sur le dos, les factures à payer, etc.

Mais en réalité, passer de salariée à chômeur ou même changer de job n‘allait pas me mettre dans une situation de danger.

Finalement, ce qui nous coûte c‘est devoir faire l’effort de modifier nos habitudes et notre manière de gérer notre argent quitte à devoir renoncer à certains petits plaisirs.

L’argent comme un que moyen pour atteindre son objectif ?

En m’interrogeant sur mon propre rapport à l’argent, j’ai pris conscience qu’il n’était pas sain et surtout pas juste. J’avais pour croyance limitante que si je gagnais moins, je perdais en qualité de vie et en satisfaction personnelle.

Or, il en était hors de question. Le manque d’argent ne devait pas être un obstacle m’empêchant d’atteindre mes objectifs.

Pour pouvoir continuer à profiter de ces petits plaisirs tout en continuant à subvenir à mes besoins primaires (me nourrir, me loger, me soigner, me loger), je devais trouver une autre manière d’appréhender et d’utiliser mon argent.

C’est la même chose pour vous. L’argent ne doit pas être une excuse pour rester dans la passivité.

Si vous persistez à utiliser l’argent comme excuse, interrogez-vous honnêtement : êtes-vous vraiment déterminé.e à changer de job et de vie ?

3/Questionner son rapport à l’argent et trouver des solutions pour le gérer

Se questionner sur son rapport à l’argent est essentiel si l’on souhaite se reconvertir. Pour vous aider à vous poser les bonnes questions, voici quelques pistes de réflexion.

Questionner son rapport à l’argent

Quelle attitude avez-vous avec l’argent ? Dans le livre Ce que l’argent dit de vous, les auteurs distinguent 3 types d’attitudes :

· L’attitude de l’écureuil : celui qui dépense moins qu’il ne gagne. Il économise et ne s’autorise que quelques petits plaisirs;

· La tendance au sabotage : celui qui ne fait pas attention à son argent et qui est généralement endetté;

· L’attitude montagne russe : alternance entre dépenses démesurées, irréfléchies et économies.

Ensuite, revenez dans votre passé. À l’époque où vous étiez enfant et adolescent. Vos croyances à propos de l’argent viennent de votre héritage familial, de votre éducation financière, de l’environnement dans lequel vous avez évolué et de vos expériences personnelles.

Quels sont les discours que vous entendiez de la part de vos parents au sujet de l’argent ? Est-ce que l’argent était un objectif en soi ? Un marqueur de réussite sociale ?

L’unique moyen qui vous permettra d’avoir une vie décente et d’assouvir tous vos moindres caprices ?

Vos parents vous ont-ils dit que vous coûtiez trop cher ?

Etiez-vous gâté.e ?

Questionnez-vous également sur le rapport entre argent et salaire/emploi dans lequel vous avez grandi. Est-ce que pour vos parents, le CDI et le statut de cadre sont la clé pour gagner bien sa vie ?

Comme l’explique très bien l’auteur du livre Père riche, Père pauvre, le système scolaire ne nous a malheureusement pas appris à nous questionner sur notre rapport à l’argent. Au contraire, l’école nous a fait miroiter que pour mériter un salaire, il faut travailler. Que pour avoir une vie sociale heureuse et confortable, il faut avoir un salaire élevé.

Mais c’est est faux !

Combien pensez-vous valoir ?

Votre valeur personnelle et votre épanouissement professionnel valent bien plus que le salaire que vous touchez à la fin du mois, non ?

Des solutions pour gérer son argent

Finalement, le réel problème n’est pas l’argent en soi, mais plutôt votre comportement et la manière dont vous le gérez.

Commencez par déterminer le budget mensuel qu’il vous faut pour continuer à vivre et à faire ce que vous souhaitez. À partir de ce budget, classez vos dépenses par ordre d’importance (les dépenses vitales et les dépenses additionnelles).

Puis, réfléchissez. Parmi toutes les charges que vous avez à payer, est-ce qu’il y en a que vous pouvez supprimer ou négocier ? L’assurance de votre voiture, votre abonnement téléphonique ? L’abonnement au club de sport où vous ne mettez plus les pieds depuis des mois ?

Sur quoi êtes-vous prêt.e à faire des concessions ? Ne pas aller au restaurant pendant quelques mois ? Réduire votre budget shopping ? Reporter ce voyage en Italie ? Il faut faire des sacrifices, c’est vrai.

J’ai moi aussi dû renoncer à des sorties, fini les magasins et les restaurants.

Mais votre épanouissement ne vaut-il pas quelques ajustements ?

De plus, en opérant ces changements, vous vous apercevrez que finalement, vous n’avez pas besoin de toutes ces choses pour vous sentir bien et trouver du plaisir.

Si vous consommez autant, c’est aussi pour combler un ras-le-bol général dont l’origine provient de votre travail.

Or, en faisant un job qui vous plait, en prenant le temps de faire un travail introspectif et en reprenant confiance en vous, vous verrez que vous n’aurez plus envie de dépenser votre argent pour des choses aussi futiles !

Vous verrez également que la richesse ne se trouve pas exclusivement dans votre salaire. La richesse se trouve partout. Quand vous apprenez une nouvelle discipline, quand vous faites quelque chose que vous aimez, en passant des moments avec les gens que vous appréciez.

D’ailleurs, combien de personnes confient sur leur lit de mort qu’elles regrettent de ne pas avoir eu suffisamment d’argent ?

Aucune. Elles regrettent de ne pas avoir pris plus de risques, de ne pas avoir suffisamment profité de la famille, des amis.

Enfin, vous devez capitaliser sur vous, vos compétences et vos connaissances pour trouver un moyen de gagner de l’argent. Vous êtes doué.e dans un domaine ? Pourquoi ne pas proposer vos services ?

Conclusion

Il est temps d’arrêter de se cacher derrière la peur de manquer d’argent ou de sortir la carte « sécurité financière » pour rester dans la passivité. L’argent ne doit pas être un obstacle dans votre désir de changer de job et de vous reconvertir.

Vous pouvez atteindre votre objectif, quel qu’il soit en influant sur des paramètres internes comme votre rapport à l’argent.

L’argent ne doit pas être l’unique moyen pour vous d’atteindre votre objectif et d’accéder au bonheur. Votre valeur personnelle et votre épanouissement ne doivent pas se limiter à un salaire mensuel ou à un emploi.

Pour cela, modifiez votre perception de l’argent en identifiant les croyances sur l’argent qui vous limitent et trouvez des solutions pour atteindre votre objectif tout en contournant le problème financier !


Vous avez aimé cet article et vous avez envie de vous reconvertir ? Inscrivez-vous à ma newsletter et recevez chaque mardi matin le dernier article, un exercice d’auto-coaching pour vous mettre en mouvement et une problématique décortiqué : http://eepurl.com/dL6ASY