La force des discrets : le pouvoir des introvertis dans un monde trop bavard

Comprenez (vraiment) ce que signifie être introverti dans la vie et comment exploiter les traits de cette personnalité.

Onur Karapinar
Jul 15 · 8 min read
Photo de Yoann Boyer sur Unsplash

Temps de lecture estimé : 8 minutes

Être introverti dans un monde où les gens sont confiants, ouverts et capables de se faire entendre peut représenter un vrai défi pour certains, car le monde n’accepte pas les introvertis pour ce qu’ils sont.

Ces derniers sont souvent perçus comme timides, sensibles, réservés et même solitaires ou antisociaux.

Bien que les introvertis représentent un tiers de la population mondiale, ils sont néanmoins constamment pressés à se conformer aux extravertis.

Dans son livre La Force des Discrets, Susan Cain tente de défaire les préjugés stéréotypés au sujet des introvertis et souligne l’importance de compter parmi nous des personnes calmes et cérébrales.

Comprendre ce qu’est un introverti

Bien que la qualité d’être social, vif, bavard et charismatique en compagnie humaine soit typiquement associée aux extravertis, il est fallacieux de supposer qu’elle est fondamentalement étrangère aux introvertis.

Les différences résident dans la façon dont les deux traits de personnalité se rétablissent et se rechargent après une longue journée de travail.

Là où les extravertis ont besoin de compagnie humaine pour se ressourcer après une journée épuisante, les introvertis trouvent du réconfort en restant à la maison, peut-être avec une tasse de thé en regardant leur série préférée à la télévision.

Les introvertis sont ceux qui préfèrent généralement rester à la maison le vendredi soir et lire un livre plutôt que de faire la fête ; ils préfèrent écouter parler, et profiter de leur propre compagnie et de la solitude des autres.

Alors que les extravertis ont tendance à avoir un cercle social plus large et une vie sexuelle plus active, ils sont aussi plus enclins à commettre des crimes et des adultères.

Contrairement aux introvertis qui sont plus perspicaces et prudents, les extravertis sont plus enclins à prendre des risques et préfèrent les petites conversations aux conversations profondes.

Carl Jung a raisonnablement suggéré que toute personne est typiquement un amalgame des deux traits de caractère ; réduire les individus à l’un ou l’autre des deux revient à les classer parmi les fous.

Le monde du travail a favorisé les extravertis

Les constellations de qualités associées aux extravertis — être bavards, enthousiastes et asservis — ont acquis une valeur culturelle et ont été jugées “acceptables“ par opposition aux qualités dévalorisées d’être tranquilles et timides.

Les extravertis sont meilleurs que les introvertis pour gérer une surcharge d’informations, et donc, capables de mieux performer que les introvertis sous pression. Ils sont plus aventureux et ont tendance à prendre plus de risques.

Sans surprises, ce sont les qualités parmi les plus valorisées dans le marché du travail surtout si vous êtes dans la vente.

Le privilège extrême accordé aux personnalités extraverties doit être corrigé pour créer des environnements sociaux qui valorisent autant la collaboration que la créativité engendrée par le pouvoir de l’introversion tranquille.

Les introvertis vivent sous pression constante, soit pour surmonter leurs inhibitions et devenir des extravertis, soit pour être étiquetés comme “défectueux“ s’ils ne le sont pas.

Les locuteurs charismatiques ont tendance à attirer davantage l’attention sur eux avec une voix grave. Cette tendance se manifeste même au sein d’un groupe de personnes travaillant ensemble.

Les membres de n’importe quel groupe sont plus susceptibles d’accepter et de se conformer à un orateur assertif plutôt qu’à un orateur à la voix douce, quels que soient les mérites relatifs de leurs idées.

En fait, la plupart des gens pourraient ne pas remarquer de différence qualitative dans les idées, seulement parce que l’une d’entre elles a été mieux comprise que l’autre.

Même dans les emplois où être perspicace, cérébral et judicieux (qui sont des qualités associées aux introvertis) peut être un atout, les extravertis sont toujours préférés parce qu’ils sont considérés comme une qualité essentielle pour réussir.

Cependant, Cain affirme que peu importe à quel point on prétend être un extraverti pour le monde qui nous entoure, notre moi introverti se révèle inconsciemment à travers notre langage corporel malgré les nombreuses tentatives pour le retenir et le cacher.

Les introvertis qui travaillent seuls ont innové à plusieurs reprises

Dans le monde d’aujourd’hui, le collectif est privilégié par rapport aux individus et la conviction générale privilégie le travail en groupe comme le plus efficace.

Ainsi, les salles de classe et les lieux de travail des institutions professionnelles et éducatives sont conçus et orientés pour stimuler le travail en groupe.

Cependant, à maintes reprises, des introvertis ont inventé les inventions les plus emblématiques de tous les temps et ont prouvé que cette croyance était profondément injustifiée.

Steve Wozniak, par exemple, a créé un prototype de l’ordinateur Apple en travaillant seul. De plus, la recherche a démontré que le fait d’être interrompu pendant une tâche peut constituer un obstacle important à la productivité.

Bien que la solitude favorise la créativité et la performance, la collaboration ne doit pas être totalement rejetée. Wozniak a peut-être créé le prototype tout seul, mais il a fallu deux Steves (Wozniak et Jobs) ensemble pour démarrer Apple !

Ainsi, la collaboration et le travail de groupe, en petits groupes et dans des environnements favorables à l’introversion, sont utiles.

La même personne qui a de la difficulté à s’exprimer en classe pourrait être à l’aise de bloguer devant un million de personnes.

Les introvertis sont réceptifs à l’idée de la communication numérique et préfèrent cette méthode de socialisation à l’interaction humaine.

Ils sont plus enclins à s’ouvrir et à révéler des informations sur eux-mêmes en ligne, car la collaboration en ligne atténue leur peur du jugement ou de “l’apprentissage de l’évaluation”.

L’introversion est différente de la timidité

La plupart des gens font l’erreur de confondre introversion et timidité. Cain dissipe ce malentendu en distinguant clairement les deux qualités :

La timidité est la peur de la désapprobation sociale ou de l’humiliation, tandis que l’introversion est une préférence pour les environnements qui ne sont pas trop stimulants.La timidité est intrinsèquement douloureuse, pas l’introversion.”

Et c’est vrai, tous les introvertis ne sont pas timides, et tous les timides ne sont pas introvertis.

Une autre qualité qui marque les introvertis est qu’ils sont meilleurs que les extravertis à retarder la gratification. Ils sont plus aptes à prendre de meilleures décisions qui pourrait leur être bénéfique à long terme.

Les introvertis réfléchissent plus attentivement que les extravertis qui agissent surtout par impulsion et pourraient finir par prendre des décisions irréfléchies dans ce processus.

Les introvertis sont également plus sensibles à leur environnement que les extravertis. Ils ont tendance à prêter attention aux détails et sont plus disciplinés et empathiques.

Ils sont plus alertes et prudents face à la vie en général, donc moins susceptibles de faire face à des accidents de la route ou de commettre des erreurs dans les affaires et les investissements.

Quelle est votre personnalité ?

L’introversion et l’extraversion émergent-elles de notre tempérament génétique, ou des personnalités que nous cultivons ? Sont-ils fixés dans la nature ou élevés par l’éducation ?

Le tempérament fait référence aux schémas émotionnels et comportementaux inné et biologiquement fondés que l’on peut observer pendant la petite enfance et l’enfance.

Des études comme celles entreprises par Jérôme Kagan suggèrent que les tempéraments qui sont très réactifs aux stimuli évitent la nouveauté et se développent en personnalités introverties.

Il semble que nous ayons du matériel génétique qui prédétermine notre vie d’introversion ou d’extraversion. Le gène héréditaire est responsable de près de 50 % de notre caractère.

Cependant, certains aspects de la personnalité émergent d’une interaction complexe entre le tempérament biologique, l’environnement d’épanouissement et le libre arbitre.

Nous pouvons élargir notre caractère dans une direction particulière et vers un type de personnalité spécifique, mais seulement jusqu’à ce que notre tempérament inné nous permette de le faire.

Autrement dit, nous sommes naturellement comme des élastiques au repos, et nous pouvons nous étirer mais seulement jusqu’à un certain point.

Les traits génétiques ou capricieux de notre personnalité survivent dans l’organe cérébral appelé “amygdale” et influencent nos réponses aux différents stimuli.

En même temps, le déterminisme de ce comportement instinctif peut être conditionné par l’activité du cortex préfrontal qui permet aux introvertis et aux extravertis de tempérer leurs réponses naturelles dans une situation donnée.

Les extravertis sont comme des pissenlits, les introvertis sont comme des orchidées

Un concept intéressant de David Dobbs, appelé “Théorie des orchidées”, suggère que la plupart des enfants qui grandissent pour devenir extravertis sont comme des pissenlits avec la capacité de se développer dans n’importe quel environnement.

D’autres qui s’éloignent de l’extraverti ressemblent davantage à des orchidées ; leur malléabilité les rend plus vulnérables au flétrissement et leur confère un potentiel de croissance important dans de bonnes conditions d’élevage.

Ces enfants ressemblant à des orchidées sont très réactifs ; leur système nerveux est très sensible à l’influence durable des malheurs de l’enfance. Ils sont touchés beaucoup plus durement selon leur environnement et leur éducation.

Cependant, s’ils bénéficient de soins et d’une éducation appropriés, ces enfants ont tendance à en profiter davantage que les autres.

Un environnement positif peut façonner et orienter un “enfant orchidée” vers le succès glorieux, un environnement négatif, d’autre part, donnera naissance à un criminel ou à un délinquant juvénile.

Il est donc impératif que ces enfants soient élevés par des parents qui ne sont pas trop négligents ou trop protecteurs, mais qui tiennent compte de l’individualité de l’enfant vulnérable et qui sont capables de lui permettre de développer tout son potentiel.

Ainsi, si vous connaissez une personne introvertie ne cherchez surtout pas à la juger ou à la catégoriser. Efforcez-vous de mieux la connaître et de l’accepter telle qu’elle est. Si vous l’inspirez confiance, elle vous révélera toute la beauté de sa personnalité.

La Minute Essentielle vous aide à libérer votre plein potentiel

Rejoignez plus de 2 900 personnes qui reçoivent La Minute Essentielle, ma newsletter personnelle qui partage des idées pour améliorer vos habitudes, accroître vos performances et découvrir des conseils issus des meilleurs livres, conférences, podcasts et bien d’autres surprises.

Dès votre inscription, vous recevrez un guide pratique gratuit de 96 pages : 87 petites habitudes pour libérer son potentiel — extrait de mon livre Petites Habitudes, Grandes Réussites : 51 pratiques inspirantes pour devenir la meilleure version de soi-même.

Cliquez sur l’image pour vous abonner à ma newsletter.
Cliquez sur l’image pour découvrir mon livre.

Essentiel

De grandes idées pour libérer votre potentiel.

Onur Karapinar

Written by

Auteur de “Petites Habitudes, Grandes Réussites” : www.bit.ly/oklivre | Newsletter pour mieux vivre et penser : www.onurkarapinar.com/newsletter

Essentiel

Essentiel

De grandes idées pour libérer votre potentiel.

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade