La légende raconte que NTM aurait composé « Passe le oinj » après avoir vu ça. — Photo : Joan Gonzalez

La malédiction de Vinci, petit traité à l’usage des personnes ayant trop d’intérêts et de talents

Temps de lecture estimé : 5–6 minutes

Vous êtes incapable de vous concentrer sur une activité ? Vous êtes attiré par de nombreux domaines, mais vous avez du mal à en choisir un ? Vous changez constamment d’activité au point de ne plus savoir où vous en êtes ?

Si c’est le cas, vous êtes atteint par, ce que Léonardo Lospennato, appelle « la malédiction de Vinci ».

Dans son livre, « The Da Vinci Curse », l’auteur décrit l’embarras des gens qui ont trop de talents et d’intérêts : ils sont toujours en train d’apprendre, mais ils ne consacrent pas assez de temps et d’énergie dans une chose.

Ces personnes maudites ( « Da Vinci cursed ») ont du mal à choisir parce que cela s’apparente à renoncer à plein d’opportunités. Ainsi, ils changent constamment de travail, de loisirs, ou même de domicile, et ils ne sont jamais pleinement engagés dans les nombreux domaines par lesquels ils sont attirés.

D’après l’auteur, il faut trouver un chemin qui soit à la fois suffisamment complexe et financièrement viable pour trouver ainsi sa véritable vocation.

Surmonter sa malédiction de Vinci

Tout le monde connaît Léonardo de Vinci. Il était un génie d’ordre universel : un peintre, un sculpteur, un architecte, un anatomiste, etc. Il ne s’est jamais spécialisé dans un domaine particulier, ce qui n’était pas un gros problème à l’époque.

Cet homme avait 500 ans d’avance sur son temps.

Aujourd’hui, cependant, les choses ont un peu changé. Et la société ne semble pas avoir beaucoup de temps pour les maudits de Vinci qui sont, les personnes de la Renaissance de notre époque contemporaine.

Ces gens n’ont jamais cherché à maîtriser parfaitement un domaine de compétence qu’ils en deviennent presque obsolètes dans une société où la connaissance est très complexe.

Il y a des éléments de compréhensions pour lesquelles certaines personnes sont dans l’incapacité de se spécialiser dans un domaine bien précis.

Les personnes multi-talentueuses ne sont pas faites pour un monde de spécialistes

La liste des spécialistes dans la société est longue pour une bonne raison : les spécialistes n’ont jamais été aussi importants qu’aujourd’hui.

Cela parce que la connaissance a connu une croissance rapide depuis l’époque de Léonard de Vinci au XVIe siècle. Et plus la connaissance s’accumule, plus l’expertise devient de plus en plus importante.

Autrement dit, si quelqu’un qui est intéressé par la chirurgie cérébrale, mais qui veut aussi être un guitariste virtuose et devenir un grand chef, devra prendre une décision difficile : si vous voulez maîtriser une compétence très complexe, vous ne pouvez que vous en consacrer à une seule.

Les personnes multi-talentueuses se rendent comptent avec une certaine violence que le temps leur manque. De plus, ce sont généralement des êtres très curieux, mais qui peinent à s’engager dans la pratique qu’exige une maîtrise.

Ils sont fascinés par des nouveaux champs d’activités et y plongent avec passion. Seulement, une fois qu’ils en ont acquis les bases, ils ont envie d’ailleurs.

« Moins vous êtes spécialisés, plus vous vous éloignez d’un marché donné. »

Les maudits de Vinci luttent pour trouver le domaine dans lequel ils peuvent prospérer

Une orientation claire dans la vie nous donne un but, un sens. Mais pour ce qui est des maudits de Vinci, leurs multiples talents leur empêchent toute stabilité : ils changent de façon répétée (emploi, loisirs, direction).

Leur incapacité à se consacrer à un domaine particulier limitent les maudits de Vinci à une compréhension superficielle. Et alors qu’ils en savent un peu sur de nombreux domaines, ils finissent par se sentir comme un couteau suisse.

Tout à l’air possible quand vous en savez un peu sur tout.

Ainsi, après avoir passé plusieurs années à tout tester, les maudits de Vinci ont souvent le sentiment d’avoir perdu du temps ; ils ont acquis beaucoup de connaissances, mais pas beaucoup en profondeur, et ils ne savent toujours pas quelle est leur véritable vocation.

Plus ils gagnent en âge, plus leur désespoir est grand, parce qu’ils savent que leur temps est compté, et qu’ils ne parviennent toujours pas à trouver un moyen de réunir tous leurs talents.

Pour y remédier, les maudits de Vinci ont besoin de trouver une activité unique qui soit suffisamment complexe pour intégrer un grand nombre de leurs talents.

1ère étape : la présélection

Maintenant que nous savons que nous avons besoin d’une vocation pour lever la malédiction de Vinci, comment la trouver ?

L’auteur propose de faire une présélection : répertoriez chaque activité que vous aimeriez faire dans une liste de souhaits.

Imaginez un instant que vous avez un temps infini et de l’argent. Que feriez-vous ?

Notez toutes les activités qui vous viennent à l’esprit, y compris les emplois, les loisirs et mêmes vos rêves les plus fous.

Oui, même ça !

Une fois fait, la présélection comprend trois critères :

  • Est-ce amusant ?
  • Avez-vous le talent pour ?
  • Et pouvez-vous gagner de l’argent avec ?

Encerclez les activités qui remplissent les trois critères. Ne soyez pas tentés de tenir à ceux qui ne le respectent pas.

Celles avec lesquelles vous ne pouvez pas gagner de l’argent, ne sont que des passe-temps. Celles qui vont vous rendre riche, mais ne sont pas amusantes, ne vous rendront pas heureux. Et si vous ne disposez pas d’un talent pour cela, à quoi bon ?

Si vous avez pris le temps de faire l’exercice sérieusement, vous avez fait un grand pas dans cette phase de présélection. L’étape suivante va vous permettre d’identifier et d’évaluer votre vocation.

2e étape : évaluer vos souhaits avec une mémoire créative

À présent, vous avez une base dans l’inventaire créatif, il est temps de procéder à une évaluation plus pragmatique de vos activités. La liste de souhaits met en évidence toutes les activités à l’intersection du talent, de l’argent et du plaisir.

Vous avez besoin d’affiner votre liste en posant deux questions cruciales :

  1. Quel est le potentiel revenu que chaque activité implique ?
  2. Quel épanouissement vous pouvez en tirer ?

Pour répondre à ces questions de façon systématique, l’auteur évoque l’emploi de la Matrice BCG ; une méthode d’évaluation développée par la Boston Consulting Group qu’il a adapté dans l’intérêt de trouver sa vocation.

Où en êtes-vous actuellement ? — Illustration : Kojast
  • Les vaches sont les activités qui vous rendront riches, mais qui ne sont pas du tout satisfaisantes. Pensez à une vache à lait.
  • Les chiens sont les activités qui ne fournissent ni profit, ni accomplissement.
  • Les étoiles sont les emplois de rêve qui apporteront richesse et sens à notre vie.
  • Les points d’interrogation sont toutes les activités que nous aimons faire, mais qui sont peu susceptibles de générer de l’argent.

Les points d’interrogation sont le genre d’activité à poursuivre pour notre propre épanouissement, tout en cherchant des moyens pour les rendre rentables. Si vous êtes chanceux, cela pourrait même devenir vos étoiles futures.

Les blocages créatifs se produisent souvent parce que vous avez oublié pourquoi vous créez ce que vous créez ; ce qui est l’une des causes principales de quête de sens. Pour s’en libérer, vous avez besoin de rentrer en contact avec les raisons profondes qui vous ont conduit à créer en premier lieu.

« La vie ne consiste pas à trouver un sens en elle, mais de lui en donner un. »

Vous en voulez plus ? Rejoignez plus de 1 000 personnes qui reçoivent La Minute Essentielle, ma newsletter hebdomadaire qui partage idées inspirantes et stratégies actionnables sur les thèmes du développement personnel, la productivité, et bien plus. Dès votre inscription, vous serez invités à me faire part de vos défis personnels.


Vous avez appris quelque chose ? Cliquez sur les 👏 pour remercier l’auteur et aider d’autres personnes à trouver cet article.

Essentiel vous présente grandes idées et stratégies pour libérer votre potentiel et vivre une bonne vie. Abonnez-vous.