La semaine de 4 heures : Comment définir sa feuille de route pour vivre la vie de ses rêves

Tout le monde peut devenir un « Nouveau riche » sur Internet, mais cela n’est pas sans sacrifices.

Temps de lecture estimé : 13 minutes

Imaginez que vous pouviez vivre la vie que vous vouliez, que feriez-vous maintenant ? Devenir champion de samba au Brésil ? Vivre un mois dans toutes les capitales du monde ? Élever des lamas en Corrèze ?

Dans La semaine de 4 heures, l’incontournable Tim Ferriss enseigne des techniques pour augmenter votre temps et votre liberté financière en vous donnant plus d’options de style de vie. En automatisant un revenu passif et en vous libérant de tâches improductives, vous pouvez vivre le style de vie du « Nouveau riche » — défini par avoir, faire et être ce que vous voulez.

Quelles que soient vos aspirations, tout commence par une feuille de route. Cet article va vous proposer des pistes de réflexion pour esquisser les contours de votre plan pour poursuivre vos rêves.

Cela nécessite généralement un revenu modique et automatique : une source d’argent que vous pouvez maintenir sans effort n’importe où dans le monde. C’est la clé pour vivre exactement la vie que vous voulez.

Si l’ouvrage de Ferriss entretient de nombreux admirateurs et détracteurs, c’est bien pour une raison : le mode de vie vanté peut fasciner, sembler impossible ou même offenser, mais il ne laissera personne indifférent, car il s’adresse à des besoins très profonds.

Si pour vous l’idée d’attendre la retraite pour profiter de votre temps libre vous est insupportable, que vous ne voulez pas vivre une vie par défaut et que vous êtes prêts à beaucoup de sacrifices (j’insiste bien, on n’a rien sans rien) pour concrétiser vos rêves, alors lisez cet article pour vous faire votre avis sur une nouvelle perspective de vie.

Définir sa réalité

« La réalité n’est qu’une illusion, bien que très persistante. » — Albert Einstein

L’argent est multiplié en valeur pratique en fonction du nombre de W que vous contrôlez dans votre vie : ce que vous faites (What), quand vous le faites (When), où vous le faites (Where), et avec qui vous le faites (Who). Ferris appelle cela le « multiplicateur de liberté ».

Les options — la capacité de choisir — détiennent un réel pouvoir. Tout le livre repose sur l’idée de réduire tout ce qui se heurte à ses priorités, à se créer des options avec le moins d’effort et de coût.

Paradoxalement, il arrive que vous puissiez gagner plus d’argent — beaucoup plus d’argent — en faisant la moitié de ce que vous faites maintenant.

Cela peut sembler contre-intuitif au premier abord, mais de nombreuses personnes vivent d’un revenu passif sur Internet grâce à la mise en place ingénieuse d’une entreprise en ligne savamment élaborée et répondant vraiment aux besoins de leurs clients.

Mais avant d’en arriver à là, la route est longue, nous devons nous attarder sur l’état d’esprit à adopter pour se défaire de ses croyances limitantes.

Les Règles qui changent les règles : tout ce qui est populaire est erroné

Les règles suivantes sont les différenciateurs fondamentaux à garder à l’esprit.

La retraite est l’assurance du pire des cas. La planification de la retraite est comme l’assurance-vie. Cela devrait être considéré comme rien de plus qu’une couverture contre le pire des aléas : dans ce cas, devenir physiquement incapable de travailler et avoir besoin d’un réservoir de capital pour survivre.

Je vous garantis que vous n’oublierez pas cette image.

L’intérêt et l’énergie sont cycliques. Alterner des périodes d’activité et de repos est nécessaire pour survivre, sans parler de l’épanouissement. La capacité, l’intérêt, et l’endurance mentale changent très rapidement. Planifiez en conséquence.

Être un « Nouveau Riche » vise à distribuer des « mini-retraites » tout au long de la vie au lieu d’amasser de l’argent sans le dépenser ou l’investir en vue d’une retraite prétendue paisible. En travaillant uniquement lorsque vous êtes le plus efficace, la vie est à la fois plus productive et plus agréable.

En faire moins n’est pas de la paresse. Faire un travail moins insignifiant, pour que vous puissiez vous concentrer sur des choses d’une plus grande importance personnelle, ce n’est pas de la paresse. C’est difficile à accepter pour la plupart, parce que notre culture tend à récompenser les sacrifices personnels plutôt que la productivité personnelle.

Le timing n’a jamais raison. Pour toutes les choses les plus importantes, le moment choisi est toujours nul. Vous attendez un bon moment pour quitter votre emploi ? Les étoiles ne s’aligneront jamais et les feux de circulation ne seront jamais verts en même temps. L’univers ne conspire pas contre vous, mais il ne joue pas en votre faveur non plus.

Demandez le pardon, pas la permission. Si cela ne va pas dévaster ceux qui vous entourent, essayez-le et justifiez-le. Les gens — que ce soit les parents, les partenaires ou les patrons — nient les choses sur une base émotionnelle qu’ils peuvent apprendre à accepter après le fait. Si les dommages potentiels sont modérés ou réversibles de quelque façon que ce soit, ne donnez pas aux gens la possibilité de dire « non ».

Mettre l’accent sur les points forts, ne pas corriger les faiblesses. Il est beaucoup plus lucratif et amusant de tirer parti de vos forces au lieu d’essayer de réparer tous les interstices de votre armure. Le choix est entre la multiplication des résultats en utilisant des forces ou l’amélioration incrémentale en corrigeant des faiblesses qui, au mieux, deviendront médiocres.

Les choses en excès deviennent leurs opposés. Tout excès finit par produire un résultat que vous ne voulez pas. Cela est vrai pour les possessions et même le temps.

L’argent seul n’est pas la solution. Il y a beaucoup à dire sur le pouvoir de l’argent comme monnaie, mais en accumuler plus n’est pas la réponse come nous aimerions souvent le penser. Le revenu relatif est plus important que le revenu absolu. Le revenu relatif utilise deux variables : la monnaie (euro, dollar, cryptomonnaie) et le temps, habituellement les heures.

La détresse est mauvaise, l’expérience est bonne. La détresse fait référence à des stimuli nuisibles qui vous rendent plus faible, moins confiant et moins capable. Des critiques destructrices, des patrons abusifs, et vous fracasser le visage sur un trottoir en sont des exemples.

L’expérience est positive. Les modèles qui nous poussent à dépasser nos limites, l’entraînement physique et les risques qui élargissent notre sphère d’action confortable sont autant d’exemples de stress qui sont sains et qui stimulent la croissance.

L’antidote contre la peur de se lancer

La peur prend de nombreuses formes, et nous ne l’appelons généralement pas par son nom à quatre lettres. La plupart des gens intelligents dans le monde l’habillent comme quelque chose d’autre : le déni optimiste. La plupart d’entre eux qui évitent de quitter leur emploi pensent que leur cours s’améliorera avec le temps ou augmentera leurs revenus.

La plupart des gens redoutent un voyage dans l’inconnu, mais souvent c’est simplement parce qu’ils ne considèrent jamais les vrais risques auxquels ils sont confrontés. Lorsque vous jetez un regard critique sur les risques, vous découvrez souvent que même la pire « catastrophe » ne signifie pas pour autant la fin du monde imminente.

Si vous êtes nerveux à l’idée de faire le saut ou simplement de le repousser par peur de l’inconnu, voici votre antidote :

  1. Définissez votre cauchemar, le pire qui pourrait arriver si vous faisiez ce que vous envisagez.
  2. Quelles mesures pourriez-vous prendre pour réparer les dommages ou remettre les choses en marche, même temporairement ?
  3. Quels sont les résultats ou avantages, temporaires et permanents, des scénarios les plus probables ?
  4. Si vous étiez renvoyé de votre emploi aujourd’hui, que feriez-vous pour contrôler les choses ?
  5. Que remettez-vous hors de la peur ?
  6. Combien cela coûte-t-il financièrement, émotionnellement et physiquement de reporter l’action ?
  7. Qu’est-ce que vous attendez ?

Créer ses rêves : Être déraisonnable et sans ambiguïté

C’est bien de se motiver, mais réussir sa vie signifie être prêt à faire des choses désagréables, à ne pas tenir compte des conventions auxquelles les autres adhèrent, à affronter ses peurs au quotidien.

Ce que nous craignons de faire le plus est souvent exactement ce que nous devrions faire pour transformer nos rêves en réalité. Pensez à cette inconnue que vous avez réussi à aborder pour échanger vos numéros et vous revoir.

La chose la plus dangereuse que vous pouvez faire est de ne rien faire, attendre et voir. C’est le chemin le plus simple pour nourrir une grande frustration et finir rongé par les regrets.

Les rêves sont ainsi nommés parce qu’ils appliquent des chronologies à ce que la plupart considèrent comme des rêves. Cela ressemble beaucoup à l’établissement d’objectifs, mais diffère à plusieurs égards fondamentaux :

  1. Les objectifs passent des désirs ambigus aux étapes définies.
  2. Les objectifs doivent être irréalistes pour être efficaces.
  3. Cela se concentre sur les activités qui rempliront le vide créé lorsque le travail sera supprimé. Vivre comme un millionnaire exige de faire des choses intéressantes et pas seulement posséder des choses enviables.

Comment créer votre rêve :

  1. Que feriez-vous s’il n’y avait aucun moyen d’échouer ? Si vous étiez 10 fois plus intelligent que le reste du monde ? Créez deux échéanciers — 6 mois et 12 mois — et énumérez jusqu’à cinq choses que vous rêvez d’avoir, d’être et de faire dans cet ordre.
  2. Demandez-vous : que feriez-vous si vous aviez 100 millions d’euros à la banque ? Et, qu’est-ce qui vous rendrait le plus heureux de vous réveiller le lendemain matin ?
  3. Que signifie « être » en train de faire ? Convertissez chaque « être » en un « faire » pour le rendre exécutable. Identifiez une action qui caractériserait cet état d’être ou une tâche qui signifierait que vous l’avez atteint. Ex : « Je veux être un écrivain »devient « J’écris un article par semaine » ou « J’écris au moins 50 mots tous les jours ».
  4. Quels sont les quatre rêves qui changeraient tout ?
  5. Déterminer le coût de ces rêves et calculer votre revenu mensuel cible (RMC) pour les deux échéanciers. Commencez à penser aux revenus et aux dépenses en termes de flux de trésorerie mensuels au lieu des totaux généraux. Calculez votre revenu mensuel cible (RMC) pour réaliser ces rêves. Si vous divisez cela par 30 vous aurez votre revenu quotidien cible. Ex : 3 000 € mensuels = 100 € par jour.
  6. Déterminez trois étapes pour chacun des quatre rêves dans le calendrier de 6 mois et faire le premier pas maintenant.

Vous n’êtes pas obligés de tout faire, concentrez-vous uniquement à faire les bonnes choses

« On n’accumule pas, mais élimine. Ce n’est pas une augmentation quotidienne, mais une diminution quotidienne. La hauteur de la culture va toujours à la simplicité. » — Bruce Lee

De nos jours, il est difficile de mesurer la productivité d’un col blanc. Le temps passé au bureau est l’indicateur le plus évident, ce qui expliquer pourquoi elle demeure une mesure si populaire à employer (pensez aux 35 heures par semaine).

Cependant, les employés ont seulement besoin de paraître occupés en remplissant leur journée de tâches inutiles et en passant autant de temps que possible pour tromper leurs patrons en leur faisant croire qu’ils font un excellent travail.

Un Nouveau Riche rejette toutes les limitations et les règles absurdes qu’implique la subordination d’un emploi dans une entreprise.

L’efficacité consiste à faire les choses qui vous rapprochent de vos objectifs. L’efficience consiste à accomplir une tâche donnée (importante ou non) de la manière la plus économique possible. Être efficace sans prêter l’attention à l’efficience est le mode par défaut de l’univers.

Voici deux truismes à garder à l’esprit :

  1. Faire quelque chose sans importance ne le rend pas important.
  2. Exiger beaucoup de temps ne rend pas une tâche importante. Passer beaucoup de temps à travailler ne signifie pas que vous faites les bonnes choses ou que vous les faites correctement.

Il ne sert à rien d’être soucieux d’efficacité, les choses doivent être faites le plus rapidement possible. Les tâches sans importance demeurent sans importance même si vous les traitez efficacement.

Concentrez-vous uniquement sur les tâches qui vous rapprochent de vos objectifs personnels et de vos rêves.

La loi de Pareto peut être résumée comme suit : dans la plupart des situations, 20 % du travail produit 80 % des résultats. D’autres façons d’exprimer cela, selon le contexte, comprennent :

  • Conséquences : 80 % des conséquences découlent de 20 % des causes.
  • Résultats : 80 % des résultats proviennent de 20 % de l’effort et du temps.
  • Bénéfices : 80 % des bénéfices de l’entreprise proviennent de 20 % des produits et des clients.
  • Gains boursiers : 80 % des gains boursiers sont réalisés par 20 % des investisseurs et 20 % d’un portefeuille individuel.

Tout le reste a généralement très peu d’effet. Par conséquent, faites bon usage de votre temps en vous concentrant sur les tâches qui ont le plus grand impact.

La Loi de Parkinson stipule qu’une tâche va gonfler en importance (perçue) et en complexité par rapport au temps imparti pour son achèvement. C’est la magie de l’échéance imminente.

Si je vous donne 24 heures pour terminer un projet, la pression du temps vous oblige à vous concentrer sur l’exécution, et vous n’avez d’autre choix que de ne faire que l’essentiel. Si je vous donne une semaine pour accomplir la même tâche, c’est six jours à vous détendre.

Cela présente un phénomène très curieux. Il y a deux approches synergiques pour augmenter la productivité qui sont des inversions l’une de l’autre :

  1. Limiter les tâches à l’important pour raccourcir le temps de travail (80/20).
  2. Réduire le temps de travail pour limiter les tâches à l’important (Loi de Parkinson).

La meilleure solution est d’utiliser les deux ensemble : identifiez les quelques tâches essentielles qui contribuent le plus au revenu et fixez-les avec des délais très courts et clairs.

La clé pour avoir plus de temps est de faire moins :

  1. Si vous aviez une crise cardiaque et que vous deviez travailler deux heures par jour, que feriez-vous ?
  2. Ensuite, si vous aviez une deuxième crise cardiaque et que vous deviez travailler deux heures par semaine, que feriez-vous ?
  3. Si vous aviez une arme à feu sur la tempe et que vous deviez arrêter de faire les 4/5 d’activités qui prenaient beaucoup de temps, que retireriez-vous ?
  4. Quelles sont les trois premières activités que j’utilise pour occuper le temps afin de me sentir productif ?
  5. Qui sont les 20 % de personnes qui produisent 80 % de votre plaisir et vous propulsent en avant, et dont 20 % causent 80 % de votre dépression, de votre colère et de vos doutes ?
  6. Apprenez à demander : ‘Si c’est la seule chose que j’accomplis aujourd’hui, serai-je satisfait de ma journée ?’
  7. Mettez un Post-it sur votre écran d’ordinateur ou définissez un rappel pour vous alerter au moins trois fois par jour avec la question : Inventez-vous des choses à faire pour éviter l’important ?
  8. Ne soyez pas multitâche.
  9. Utilisez la loi de Parkinson à un niveau macro et micro.

Le régime de faible information : cultiver l’ignorance sélective

À partir de maintenant, je vais vous proposer de développer une capacité étrange d’être un ignorant sélectif.

L’ignorance peut être un bonheur, mais c’est aussi pratique. Il est impératif que vous appreniez à ignorer ou à rediriger toutes les informations et interruptions qui ne sont pas pertinentes, sans importance ou inutilisables. Dans la plupart des cas, c’est tous les trois.

Vous devez développer et maintenir un régime à faible information :

  1. Ne perdez pas votre temps à consulter les nouvelles. Dans 99,9 % des cas, vous n’avez aucune influence. Concentrez-vous sur l’obtention de la petite quantité d’information qui est réellement pertinente pour votre travail. Assurez-vous d’obtenir cette information de la manière la plus efficace. Ne passez pas des heures à faire des recherches sur le sujet alors que vous pouvez faire appel à un expert dans votre réseau pour répondre rapidement à des questions complexes.
  2. Développez l’habitude de vous demander : « Est-ce que j’utiliserai certainement cette information pour quelque chose d’immédiat et d’important ? »
  3. Pratiquez l’incompétence stratégique. Cela consiste à admettre que vous n’avez pas le temps de tout faire et que vous pouvez lâcher prise ou effectuer le minimum d’effort requis.

Mettre fin aux interruptions inutiles pour gagner en productivité

Au cours d’une journée de travail moyenne, vous rencontrerez probablement beaucoup de voleurs de temps, soit des activités ou des personnes qui utilisent votre précieux temps tout en donnant très peu en retour (Adam Grant les qualifie de « preneurs » dans son ouvrage Give and Take).

Une interruption est tout ce qui empêche l’achèvement du début à la fin d’une tâche essentielle, et il y a trois principaux contrevenants :

Les gaspilleurs de temps : ces choses qui peuvent être ignorées avec peu ou pas de conséquences. Les gaspilleurs de temps communs incluent des réunions, des discussions, des appels téléphoniques, la navigation sur le Web, et les courriels qui sont sans importance.

  • Limitez la consommation et la production de courriels. C’est parmi l’une des plus grandes interruptions dans le monde moderne, alors accordez-leur le moins d’attention que possible.
  • Consultez vos courriels deux fois par jour, une fois à midi ou juste avant le déjeuner, et à nouveau à 16 h. 12 h et 16 h. sont les heures qui garantissent que vous auriez le plus de réponses des courriels envoyés précédemment.
  • Couper les notifications sans importance (soit tout ce qui provient d’une machine) et limiter les appels téléphoniques sortants.
  • Décidez que, compte tenu de la nature non urgente de la plupart des problèmes, vous dirigerez les gens vers les moyens de communication suivants, par ordre de préférence : courriel, téléphone et réunions en personne.
  • N’assistez jamais à des réunions où vous n’êtes pas absolument indispensable. Si la réunion est réussie sans vous, alors vous pouvez également ignorer les réunions futures.
  • Les réunions ne doivent être organisées que pour prendre des décisions sur une situation prédéfinie et non pour définir le problème.
  • Si vous ne pouvez absolument pas arrêter une réunion ou un appel, définissez l’heure de fin.
  • Lorsqu’on cherche à vous solliciter, ne demandez pas : « Comment allez-vous », mais plutôt « Que puis-je faire pour vous ? » Faites jouer la montre : « Désolé, mais je n’ai que deux minutes, alors passons aux choses sérieuses ». Misez toujours sur l’intérêt personnel de votre interlocuteur avant de penser au vôtre, c’est la meilleure façon d’attirer son attention et vous accorder du temps.
  • Mettez de côté une période de temps fixe pour faire face à toutes les petites tâches qui se sont accumulées sur votre liste de tâches plutôt que de leur permettre de vous interrompre constamment pendant que vous travaillez sur quelque chose d’important.

Les consommateurs de temps : des tâches répétitives ou des demandes qui doivent être complétées, mais interrompent souvent le travail de haut niveau.

En voici quelques-unes : lire et répondre aux courriels, faire et retourner les appels téléphoniques, service à la clientèle (état des commandes, assistance produit, etc.), rapports financiers ou commerciaux, courses personnelles, toutes les tâches et tâches répétées nécessaires.

  • La solution rentable et efficace pour traiter avec les consommateurs de temps, est d’attendre que vous ayez une plus grande quantité à faire pour toutes les traiter en un temps donné, c’est une approche appelée « groupage ». Le groupage est aussi la solution aux tâches répétitives, mais nécessaires, qui nous interrompent dans le travail le plus important.
  • Il y a un temps d’installation inéluctable pour toutes les tâches, grandes ou minuscules. Lorsque vous êtes interrompus dans votre travail, vous pouvez compter jusqu’à 45 minutes pour reprendre une tâche majeure qui a été interrompue. Plus d’un quart de temps d’un employé (28 %) est consommé par de telles interruptions (multitâche, notifications, courriels, collègues, vacarme dans l’open space).
  • Cela est vrai pour toutes les tâches récurrentes et c’est précisément pour cela nous avons décidé de consulter les courriels et les appels téléphoniques deux fois par jour à des moments prédéterminés spécifiques (entre lesquels nous les laissons s’accumuler).

Comment échapper au bureau

La vie du nouveau riche est principalement caractérisée par une mobilité illimitée. Un employé peut prétendre à ce mode de vie en se rendant, dans un premier temps, indispensable à son entreprise pour avoir un rapport de force favorable dans toute négociation.

Pour créer l’effet de levier qui convient, deux choses à faire : démontrer l’avantage commercial du télétravail et le rendre trop cher ou insupportable pour refuser une demande.

  1. Augmenter l’investissement. Suivez des formations que votre entreprise peut vous offrir afin que le coût de vous perdre soit plus grand.
  2. Prouvez l’augmentation de la production hors site. Appelez même malade, travaillez de la maison et faites-en une journée très productive.
  3. Préparer l’avantage commercial quantifiable. Préparez vos résultats afin de pouvoir démontrer les avantages quantifiables que vous avez retirés du travail à domicile.
  4. Proposer une période d’essai révocable. Commencez avec un jour par semaine. Assurez-vous de prouver combien vous êtes plus productif lorsque vous travaillez de chez vous. Et ça l’est, en théorie, parce qu’il y a beaucoup moins de distractions à la maison qu’au bureau. Pas de temps perdu à discuter avec des collègues, à assister à des réunions inutiles ou à être interrompu par l’animation d’un open space.
  5. Développez l’heure à distance. Travailler progressivement jusqu’à plusieurs jours à la maison par semaine. Puis finalement, le travail à distance à temps plein. Après avoir prouvé cela avec succès à votre patron, développez la quantité de travail à distance étape par étape, jusqu’à ce que, un beau jour, vous n’avez plus à vous présenter au bureau.

Si vous parvenez à faire tout cela, vous trouverez le temps de lire l’ouvrage de Ferriss pour réfléchir sérieusement à l’élaboration d’un projet entrepreneurial.


Vous en voulez plus ? Rejoignez plus de 1 000 personnes qui reçoivent La Minute Essentielle, ma newsletter hebdomadaire qui partage idées inspirantes et stratégies actionnables sur les thèmes du développement personnel, la productivité, et bien plus. Dès votre inscription, vous serez invités à me faire part de vos défis personnels.


Vous avez appris quelque chose ? Cliquez sur les 👏 pour remercier l’auteur et aider d’autres personnes à trouver cet article.

Essentiel vous présente grandes idées et stratégies pour libérer votre potentiel et vivre une bonne vie. Abonnez-vous.