Se défaire de nos idées préconçues.

Je n’ai jamais vraiment aimé la lecture.

Lorsque j’étais en classe préparatoire, il nous était demandé de lire abondamment. Notamment en philosophie et en littérature.

Je n’y ai jamais pris goût et trouvais toujours une astuce pour échapper à ce que je considérais alors être une corvée. Je trouvais un résumé sur Internet ou je feuilletais rapidement le livre pour savoir de quoi il parlait.

Je me disais que la lecture n’était pas faite pour moi. J’aurais pu apprendre plein de choses. Tant pis. Je lirais peut-être dans une autre vie.

Je me rends compte aujourd’hui, quelques années plus tard, que ce n’était simplement qu’une question de maturité. Je n’en disposais pas suffisamment à ce moment de ma vie pour apprécier pleinement les lectures qui m’étaient recommandées. Je me suis alors moi-même mis dans une case : « ne sera jamais un grand lecteur ».

Distorsion de la réalité.

Notre cerveau se conforme à ce qu’il croit de lui-même. Si nous nous persuadons que nous sommes incapables de réaliser une tâche, nous avons beaucoup plus de chances d’y échouer.

Mon cerveau s’était auto-persuadé que je ne lirais jamais.

Mais grâce à cela, j’ai pu apprendre deux choses :

  • 1) Que rien n’est jamais figé.
  • 2) Que tout n’est que perception et idées préconçues.

Les différents travaux en psychologie nous ont appris que l’être humain n’est pas rationnel. Notre cerveau est soumis à différents biais qui influent directement sur la manière dont nous prenons nos décisions.

J’ai récemment écrit un long article sur le sujet, mais pour schématiser :

  • Nos décisions sont guidées par nos émotions, notre humeur du moment, notre éducation et l’environnement dans lequel nous évoluons.
  • Nous avons tendance à surestimer nos connaissances et à sous-estimer le rôle de la chance dans les événements.
  • Notre impression sur la fréquence d’un événement est fortement influencée par l’intensité émotionnelle des messages auxquels nous sommes exposés.
  • Nous avons tendance à ne voir et à ne croire uniquement les arguments qui vont dans notre sens. Et à ne pas considérer tous les autres.
  • La répétition a tendance à nous faire croire qu’un argument est vrai. Même s’il n’est absolument pas fondé.

Cela arrive, bien entendu, sans que nous nous en rendions compte. Parce que la plupart du temps, nous fonctionnons en pilote automatique. Nous évoluons dans notre zone de confort.

« Nous voyons ce que nous croyons et pas l’inverse. Nous ne voyons jamais le monde tel qu’il est réellement ». — Seth Godin

Modification de notre champs de possibles.

Ces biais distordent la réalité et modifient notre champs des possibles. Car tout n’est que perception à un instant t.

Lorsque nous évaluons si une chose est possible ou non, notre réponse dépend de la facilité à laquelle un exemple nous vient à l’esprit.

→ Est-il possible de vivre en gagnant son argent sur Internet, de manière indépendante ?

> La réponse qui vous viendra sera « plutôt oui » si vous connaissez plusieurs personnes qui vivent de cette manière.

> La réponse sera « plutôt non » si aucun exemple ne vous vient facilement à l’esprit et si vous évoluez dans un environnement salarié traditionnel. Entouré des gens qui pensent également que la réponse est « plutôt non ».

La société moderne, avec l’école, nous répète et nous inculque que l’emploi salarié, dans une entreprise traditionnelle, est la norme. La publicité nous martèle les mêmes messages à longueur de journée. Elle nous pousse à vivre à crédit pour consommer. Et pour cela, un emploi stable, sans risque est indispensable. Elle nous enferme dans des cases. Des prisons sans murs. La publicité joue avec l’aversion au risque de notre cerveau : nous sommes plus sensibles aux pertes qu’aux gains.

Mais lorsque l’on pense de manière différente. Que l’on va à la rencontre de personnes qui suivent des chemins atypiques, on se rend compte que d’autres voies sont possibles. Une infinité de voies. Qui correspondent à chacun. Et qu’essayer de faire taire notre petite voie intérieure ne fera que retarder le problème.

« Lorsque vous grandissez, on essaie de vous apprendre que le monde est tel qu’il est et vous devez vous contenter de vivre votre vie, en évitant de se prendre trop de murs… c’est une vie très limitée. La vie peut offrir bien plus que ça lorsque vous vous rendez compte d’une chose : toutes les choses que vous voyez autour de vous et que l’on appelle la vie sont faites par des gens qui ne sont pas plus intelligents que vous. Débarrassez-vous de cette notion erronée qui veut que la vie est là et que vous n’avez qu’à vivre dedans. Essayez plutôt d’y laisser votre empreinte. Une fois que vous aurez appris ça, vous ne serez plus jamais le même. »— Steve Jobs
— — — — — — — — — — — — — — — — — — — —

Si vous avez apprécié cet article, partagez-le et recommandez-le pour aider les autres à le trouver ! Merci ! ❤

Essentiel vous présente de grandes idées pour libérer votre potentiel et vivre mieux. Abonnez-vous pour ne rien rater !