Système 1, Système 2 : Les deux vitesses de la pensée

Découvrez comment notre comportement est déterminé par deux systèmes différents

Onur Karapinar
Nov 17, 2019 · 9 min read
Image for post
Image for post

Temps de lecture estimé : 8 minutes

Dans Système 1, Système 2 : Les deux vitesses de la pensée, le professeur Daniel Kahneman parle de la psychologie humaine, en particulier de notre façon de penser et de prendre des décisions.

Notre cerveau peut être considéré comme étant composé de deux systèmes de pensée distincts, mais reliés, le système un et le système deux. Alors que la première est rapide, automatique, mais assez imprécise, la seconde est lente, volontaire, mais précise.

Ce livre explique comment nous pensons et nous présente une introduction pour éviter certaines erreurs de jugement et améliorer nos prises de décisions.

Deux ensembles de systèmes de pensée régissent notre esprit

Les deux systèmes de notre cerveau traitent l’information de façons différentes pour arriver à des résultats différents.

Le premier système est le système intuitif, instinctif et automatique. Ce système est un héritage évolutif du passé, où la rapidité des réponses a souvent apporté des avantages pour la survie.

L’intuition est une caractéristique de ce système de prise de décision. Les réactions instinctives ou intuitives sont quasi automatiques. L’esquive d’une balle qui vous est lancée au visage est un exemple de ce type de système 1. Les réponses intuitives et naturelles sont réactionnaires et rapides.

Le deuxième système est celui de la prise de décision délibérée, réfléchie et consciente. Au moment de décider de la carrière à choisir, il faut examiner soigneusement les options et peser le pour et le contre avant de faire un choix. C’est ce genre de système qui résonne avec notre maîtrise de soi, notre concentration et la prise de décision individuelle consciente.

En raison de cette dichotomie, cependant, nous sommes enclins à faire des erreurs de jugement.

Le cerveau paresseux a tendance à faire des erreurs

Imaginez que vous avez une balle de baseball et une batte. Les deux coûtent 1,1 € au total, et le batte coûte un euro de plus que la balle.

Combien coûte la balle ?

Si vous avez pris moins d’une seconde pour répondre à cette question, il y a de fortes chances que vous pensiez que la balle coûte 0,1 € !

Il est évident, d’après l’exemple ci-dessus, que parfois nos cerveaux sont amenés à adopter une approche systémique pour résoudre un problème alors que, idéalement, le système deux aurait dû être appelé.

La vraie réponse, dans ce cas, est 0,05 €, ce qui est évident si vous y réfléchissez un peu et faites un peu de calcul mental.

Le problème présenté ci-dessus expose la tendance de notre esprit à adopter la voie du moindre effort pour résoudre un problème, ce qui entraîne parfois des erreurs de jugement.

Notre pensée intuitive est la façon dont l’esprit utilise le moins d’énergie possible pour résoudre un problème ou diriger une réponse appropriée.

Par conséquent, cette pensée instinctive rend le système 1 incapable d’expliquer ou de gérer une situation particulière. Lorsque le système 1 fait face à une situation qu’il ne comprend pas, il fait appel au système 2 pour résoudre le problème.

Cependant, notre cerveau se laisse berner par des réponses rapides pour utiliser le minimum d’énergie possible à chaque tâche. Ceci est connu comme la loi du moindre effort.

Les raisons en sont simples : le système 2 consomme plus d’énergie que le système 1. L’énergie étant limitée, le cerveau préfère employer au maximum le système 1 pour éviter de gaspiller de l’énergie.

Or il s’avère que les tâches traitées par le système 2 sont essentielles pour gagner en intelligence lorsque la situation réclame concentration et maîtrise de soi. Autrement dit, la paresse du cerveau entrave notre intelligence en recourant trop souvent au système 1.

Vous n’êtes pas toujours conscient de vos pensées et de vos actions

L’amorçage est un phénomène qui est utilisé comme technique en psychologie, où un stimulus externe influence inconsciemment la réponse d’un organisme à un stimulus ultérieur.

La recherche montre que les gens reconnaissent certains mots beaucoup plus rapidement s’ils sont amorcés avec un mot sémantiquement similaire auparavant.

Par exemple, votre cerveau enregistrera le mot « Avocat » beaucoup plus rapidement, lorsqu’il suit le mot Droit (sémantiquement apparenté), que s’il suit le mot Jour (sémantiquement non apparenté).

Le processus d’amorçage fonctionne à un niveau inconscient, et seuls des tests sophistiqués peuvent le prouver.

L’amorçage n’est pas seulement verbal, il peut aussi être visuel. En tant que tels, nous sommes amorcés avec toutes sortes d’indices visuels et verbaux toute la journée, pendant notre interaction avec le monde. C’est un phénomène puissant qui peut même affecter nos actions et nos décisions.

Dans une recherche, il a été démontré qu’un groupe de personnes qui étaient initiées aux mots relatifs aux personnes âgées sortaient des tests beaucoup plus lentement que ceux qui n’étaient pas initiés avec de tels mots !

Nous ne sommes pas aussi rationnels que nous le pensons, c’est même le contraire. Nous sommes tous confrontés à certains niveaux de conditionnement pour satisfaire les autres et la façon dont ils nous perçoivent parce que nous prêtons une trop grande attention à notre petite personne.

Cela peut nous rendre prévisibles dans la prise de décisions contre-intuitives ou irrationnelles par peur d’être exclu du groupe ou de manquer des opportunités associées à un statut social par l’intermédiaire d’une profession (ex. lobbying, vote d’un parti à l’assemblée par crainte d’être exclu).

L’heuristique, ce raccourci mental qui aide notre cerveau à prendre des décisions rapides

L’heuristique aide notre esprit à faire des jugements rapides. Les situations qui sont un cas idéal pour les jugements heuristiques sont celles qui doivent être résolues rapidement pour atteindre des objectifs immédiats. L’approche n’est pas conçue pour être optimale, mais rapide.

Cependant, lorsque nous sommes confrontés à certaines situations, notre esprit a parfois tendance à trop dépendre sur ces systèmes. Nous avons tendance à devancer les faits et à reproduire des habitudes sans y penser.

C’est ici que le Système 2 peut jouer un rôle essentiel en nous faisant douter de nos propres conclusions.

Souvent, lorsqu’on est confronté à un message, on a plus tendance à se concentrer sur le contenu du message qu’à douter de sa pertinence. C’est parce que le Système 1 se concentre sur le contenu, tandis que le Système 2 sème les graines du doute.

Étant donné que l’utilisation du Système 2 demande des efforts, il est plus probable que nous croyions simplement aux données que d’en douter.

C’est pour cela que beaucoup de personnes se contentent de consulter les titres d’un article pour en tirer des conclusions hâtives au lieu de faire l’effort de lire et de comprendre plus en profondeur le contexte et la pertinence de l’information.

La difficulté est perçue comme une menace par notre cerveau, car il cherche à préserver au maximum son énergie en prévision de menaces.

Cet héritage évolutif est le fruit de milliers si ce n’est de millions d’années d’évolution pour fuir face aux prédations de la nature (tigres à dents de sabres, tribus rivales, mauvais temps).

Notre cerveau ne cherche qu’à résoudre des problèmes qui nuisent à son sentiment de sécurité. Ainsi, tout problème réel peut être remplacé par un problème illusoire pour y apporter une réponse ! Cela est évident dans le cas des stéréotypes.

Dans une conversation individuelle avec un étranger, vous pouvez juger son intelligence non pas sur des calculs objectifs (ce qui est complexe), mais sur le stéréotype racial que vous avez dans votre propre esprit (substitution facile).

Ensuite, il y a le biais de disponibilité, où nos attentes à l’égard d’un événement (comme une catastrophe naturelle) sont biaisées parce qu’on en a peut-être beaucoup entendu parler, ou parce que cela s’est peut-être produit dans un passé récent.

Par exemple, immédiatement après un ouragan ou un tremblement de terre, les gens semblent se préparer davantage à de tels événements, par exemple en souscrivant une assurance habitation.

Bien qu’ils soient plus susceptibles de mourir dans un accident de la route, leur évaluation de la menace que représentent les ouragans pour eux serait beaucoup plus grave.

Au fil du temps, le niveau de préparation diminue. De plus, l’estimation d’un sinistre par une personne est influencée par la pire occurrence enregistrée, et la plupart des gens ne s’attendent pas à ce qu’une chose plus grave puisse se produire.

Un récit cohérent et convaincant crée une illusion de compréhension

Souvent, une bonne histoire bien construite peut nous paraître vraie, même si elle ne l’est pas. C’est ce qu’on appelle le sophisme narratif. En fait, un récit convaincant peut même favoriser la notion d’inévitabilité, soulignant le rôle des compétences et des choix conscients et diminuant le rôle de la chance.

Elle nous permet d’évaluer la qualité d’une décision non pas en fonction du bien-fondé du processus, mais en fonction de ses résultats, bons ou mauvais.

Ainsi, si nous voyons l’histoire d’une entreprise qui a réussi et les choix qu’elle a faits, il semblerait que chaque fois que les mêmes choix ont été faits, cela aurait été un succès, même si ce n’est pas vrai et qu’il y a toujours un élément de chance.

Il y a une autre illusion, l’illusion de la validité. Notre Systeme 1 aime tirer des conclusions hâtives, même si les faits et les preuves peuvent indiquer le contraire. Il suffit qu’une histoire soit cohérente et racontée sur un ton confiant.

Par exemple, nous avons tendance à attribuer les différences individuelles de rendement aux différences de compétences. C’est une croyance que nous partageons depuis longtemps.

Cependant, elle n’est pas fondée sur beaucoup de preuves. En fait, la chance a autant, sinon plus, un rôle à jouer dans la réussite que la compétence et le talent. Les faits qui remettent en question les hypothèses de base et, par conséquent, menacent notre gagne-pain et notre estime de soi ne sont tout simplement pas retenus par nos cerveaux.

Les gens ne prennent pas des décisions en termes rationnels, même lorsqu’ils pensent qu’ils le font

La plupart des économistes supposent que l’agent économique moyen (c.-à-d. un consommateur ou un producteur) est un être rationnel aux intentions égoïstes et aux pensées cohérentes.

Cependant, les psychologues ont prouvé que ce n’est pas vrai, que les gens ne sont ni entièrement rationnels, ni complètement égoïstes, et que leurs goûts ne sont pas entièrement stables.

Auparavant, on considérait que les actions et les décisions des gens étaient régies par ce que l’on appelle la théorie de l’utilité : penser rationnellement et choisir la voie qui vous permettra d’obtenir le meilleur résultat.

Cependant, la théorie de l’utilité prend une raclée dans de nombreuses situations de la théorie des perspectives. Imaginez quelques scénarios :

  • Scénario 1 : on vous donne 1 000 € et on vous demande de choisir entre obtenir un certain bonus de 500 €, ou jouer avec 50 % de chance de gagner 1 000 € supplémentaires.
  • Scénario 2 : on vous donne 2 000 € et on vous demande ensuite de choisir entre une perte garantie de 500 € et le jeu avec 50 % de chance de perdre 1 000 €.

Si nous faisons un choix rationnel, notre choix dans les deux scénarios sera le même. Cependant, la recherche montre que dans le premier scénario, les gens choisissent le paiement garanti, tandis que dans le second, ils font un pari !

La vérité, c’est que nous avons plus peur des pertes que nous n’aimons gagner. Les pertes perçues sont comparées à des points de référence qui peuvent être différents pour différentes personnes.

La position de départ dans les deux scénarios avec des montants d’argent différents rend les points de référence différents pour les deux scénarios.

C’est pourquoi nous sommes généralement peu enclins à prendre des risques, car la douleur de perdre est plus grande que le plaisir de gagner. Cela ne s’explique pas de façon rationnelle, mais plutôt par l’action de nos sentiments ou de nos émotions.

La Minute Essentielle vous aide à maîtriser le meilleur de ce que les autres ont déjà compris

Rejoignez plus de 5 000 personnes qui reçoivent La Minute Essentielle, ma newsletter personnelle pour vous aider à changer vos habitudes, prendre de meilleures décisions et atteindre vos objectifs.

Dès votre inscription, vous recevrez :

Image for post
Image for post
Cliquez sur l’image pour vous abonner à ma newsletter.
Image for post
Image for post
Cliquez sur l’image pour découvrir mon livre.

Essentiel

Maîtrisez le meilleur de ce que les autres ont déjà compris.

Onur Karapinar

Written by

Auteur “Petites Habitudes, Grandes Réussites” www.bit.ly/oklivre • Maîtrisez le meilleur de ce que les autres ont déjà compris www.onurkarapinar.com/newsletter

Essentiel

Essentiel

Essentiel partage de grandes idées pour aider les entrepreneurs et les indépendants à mieux vivre, mieux travailler et mieux penser.

Onur Karapinar

Written by

Auteur “Petites Habitudes, Grandes Réussites” www.bit.ly/oklivre • Maîtrisez le meilleur de ce que les autres ont déjà compris www.onurkarapinar.com/newsletter

Essentiel

Essentiel

Essentiel partage de grandes idées pour aider les entrepreneurs et les indépendants à mieux vivre, mieux travailler et mieux penser.

Medium is an open platform where 170 million readers come to find insightful and dynamic thinking. Here, expert and undiscovered voices alike dive into the heart of any topic and bring new ideas to the surface. Learn more

Follow the writers, publications, and topics that matter to you, and you’ll see them on your homepage and in your inbox. Explore

If you have a story to tell, knowledge to share, or a perspective to offer — welcome home. It’s easy and free to post your thinking on any topic. Write on Medium

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store