La Grande Marche Européenne pour écouter les citoyennes et citoyens

par Kaya Ekmekci

Depuis l’élection d’Emmanuel Macron qui s’est engagé avec détermination pour la refondation de notre continent, l’Europe est au cœur du débat public. Point de départ sans précédent pour la transformation européenne, le discours de la Sorbonne a rappelé l’importance et la nécessité de la participation citoyenne à cette transformation et la création d’un véritable espace public européen à l’aube des élections européennes de 2019.

Plus de démocratie, plus de souveraineté : voici les nouveaux mots d’ordre de l’Europe. C’est dans cette optique que la proposition d’Emmanuel Macron qui consiste à écouter les attentes des citoyens sur l’Europe se concrétisera en France avec la Grande Marche Européenne lancée le 24 mars. Une nouvelle fois LaREM entend donner la parole aux françaises et français.

Pendant plusieurs semaines une vaste opération de porte-à-porte verra les marcheurs bénévoles de toute la France (et au delà) aller à la rencontre des citoyens pour recueillir directement leurs pensées, suggestions et critiques sur l’Europe. En ouvrant le débat aux personnes qui ne sentent pas ou plus concernées par l’Europe, les marcheurs ne laisseront pas confisquer la refondation de l’Union ni par les convaincus, ni par les europhobes.

Que ce soit Vendée, dans la Somme, ou dans le Gers, plus de 500 manifestations seront organisées dans toutes les régions de France pour aller capter l’attention de chacune et de chacun et rassembler car c’est de aussi cette Grande Marche que naîtront les propositions pour construire ensemble l’Europe de demain. Par exemple, à Strasbourg, une marche transfrontalière est organisée avec une symbolique forte : les marcheurs débuteront la Grande Marche à Kehl, en Allemagne pour la terminer côté français après avoir traversé le pont qui relie les deux pays. Pendant ce temps, une fanfare européenne fera résonner l’Hymne à la Joie dans les rues de Paris.

« Prendre le temps du débat et du rétablissement de la confiance en Europe »

Fidèle à son programme, le Président de la République lancera le 17 avril à Strasbourg la première Consultation Citoyenne de France en marge de sa visite au Parlement européen.

Proposé par Emmanuel Macron, le projet qui a rapidement été adopté par nos partenaires européens a été présenté lors du dernier Conseil des Ministres par Nathalie Loiseau, ministre chargée des Affaires européennes. Ce sont 26 Etats-membres qui organiseront d’ici la fin de l’automne des débats auxquels participeront les citoyens pour donner leurs idées sur l’Europe et sa reconstruction, ou sur des thèmes plus précis comme le développement durable, la sécurité ou l’innovation. La finalité de ces débats est de pouvoir répondre aux attentes des européens sur tous les sujets qui les concernent directement. Un débat franc, des échanges fructueux pour construire avec efficacité l’Europe du futur. Pour l’organisation de ces débats, trois principes sont à respecter : l’ouverture à tous les citoyens, le pluralisme et la transparence.

Sur le territoire français, ces débats seront organisés par le Gouvernement, les collectivités territoriales, les élus et la société civile et un comité sera mis en place pour s’assurer du respect des critères cités.

Pour pouvoir s’adresser au maximum de citoyens, une consultation en ligne sera également mise en place. Enfin, les différents résultats reçus de tous les Etats participants seront examinés par les chefs d’Etats et de Gouvernement lors du Conseil européen de décembre 2018.

Les conclusions issues de la Grande Marche et des Consultations Citoyennes alimenteront le débat public dans toute l’Europe jusqu’aux élections européennes de 2019. Avec l’impulsion française, un lien de confiance doit être rétabli entre les les citoyens et les institutions pour rendre l’Europe plus forte et plus influente face aux enjeux et aux besoins du monde.

Like what you read? Give Europe en Marche a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.