#NDM / Le futur sera-t’il low tech ?

Conférences Knopée à Nantes avec Philippe Bihouix et Ugo Bardi — 23 octobre 2015

Philippe Bihouix

Réfléchir à la sobriété sans retourner à l’age des cavernes : passer à l’écoconception simplifiée !

  • L’écoconception +/+ :
  • moins d’électronique, moins de matériaux différents, faire moins joli mais plus simple
  • Comment produire ?
  • Exemple de la coquille d’huître qui est nettoyée en Chine avant d’être re-remplie en France avec la garniture. La containerisation a permis de changer complètement les paradigmes du transport (et le bon sens).
  • Veux-t’on des usines gigantesques à la Foxconn ou des ateliers locaux artisanaux ?
  • Que peut-on “démécaniser” en gardant les technos qui limitent la pénibilité ? Le besoin aujourd’hui est de recréer de l’emploi dans un monde post-croissance en évitant une robotisation dans tous les domaines.

Hugo Bardi

Une des difficultés est de parler d’éléments qui sont absents des débats politiques comme les sujets de l’épuisement des ressources, la post-croissance.

Souvent on parle des problèmes d’épuisement… mais ce ne pas un problème, c’est un changement irréversible. On ne détruit pas, on disperse les matériaux.

Quand on parle du changement on voit tout de suite qu’il va falloir s’adapter. Quand on voit un problème ou veut le résoudre, le changement invite à une réflexion.

La difficulté avec les hightech actuelles est qu’elles sont basées sur de nombreux assemblages de métaux rares.

[Coupure du flux internet] intervention à compléter

  • Questions
  • Intervention de Xavier Coadic : aller voir les travaux sur les low tech à la Paillasse Saone
  • L’économie circulaire :

Ugo Bardi : Avec de l’énergie on peut faire circuler, pas de soucis… Mais avec des restrictions d’énergies il faut trouver les voies de la sobriété.

Philippe Bihouix : Ça va faire pshitt comme le développement durable… toutes les idées sont intégrables à l’EC mais la notion de recyclage reste encore la plus active. la plupart des métaux high tech sont recyclés à moins de 1% car ils sont trop dispersés ou que le coût du traitement est trop élevé. Attention au miroir aux alouettes, il est complique de généraliser certains exemples de l’EC. Regardons bien les chiffres en bas de la page, on continue à consommer de plus en plus en valeur absolue et par personnes

  • ENR as-t’on suffisamment de métaux ? sont-elles intégrables aux réseaux ?

Ugo Bardi : Pas besoin de grandes quantité de métaux rares pour les éoliennes et le PV, on peut y arriver. Le problème est l’infrastructure qu’il faut redessiner pour pouvoir utiliser cette énergie décentralisée, mais c’est possible. le nucléaire a tellement besoin de matériaux rare que ce n’est pas possible de continuer.

  • La déculpabilisation apportée par le tri et l’EC ne va-t’elle pas a l’encontre des objectifs ?

Philippe Bihouix : Oui les filières existent, l’aluminium est très bien recyclé. mais il y a une dégradation de la qualité des métaux à chaque cycle. L’EC nous dédouane d’un certain point de vue “on peut continuer a consommer mais il faut continuer à jeter dans les bonnes poubelles” même quand on le veut il est difficile de tout recycler… (rasoir, trombone …) Difficile de capter 100% de la ressource. Il faut faire des aciers basiques pour mieux les recycler.

  • “on a éléctroniciser nos vies à fond, est-il trop tard ?”

Philippe Bihouix : 1/sur la IT à fond et partout, on peut s’en passer. 2/on pourrait abattre de 95% la conso d’énergie d’internet : fin du temps réel, accepter les coupures de réseaux, moins de vidéos… Wikipédia tient sur un seul CD ! 3/ on pourrait limiter l’IT dans tous les domaines. le bikini connecté est le signe avant-coureur de milliards d’objets connectés inutiles qui consommeront de l’énergie et ne seront pas recyclés.

  • Optimiste ?

Ugo Bardi : Je me vois comme optimiste, repensons à la conquête de la lune, on va le faire parce que c’est difficile. On va tous arriver à relever le défi de reconstruire un système industriel pas pour aller sur la lune mais pour rester sur terre.

Merci !