dans ce cas la seule différence est de degré et non pas de qualité. mais cela ne veut pas dire qu’elle ne puisse arriver à exercer une influence déterminante, peut-être pas en elle même, mais plutôt en étant l’origine. imaginez quelques feuilles de thé que l’on mettrait, soit dans une jarre soit dans une tasse. même si elles sont identiques dans le deux cas, même si elles contiennent une égale quantité de thé, le résultat de l’infusion sera différent, voir fort différent si la jarre est très large. mais cette différence sera d’un autre ordre que celle entre un thé et un café, par exemple. là, la concentration de la substance a peu d’importance pour les distinguer. dans le premier cas, elle est déterminée par le volume du liquide, tandis que dans le deuxième elle l’est par la substance à diluer. et si quelqu’un se mettait à confondre ces deux types de différence il y aurait des problèmes impossibles à résoudre d’un point de vue habituel, où cette différence est l’évidence même, car avant de s’attaquer au dit problème il faudrait le clarifier lui même, ce qui requiert une attention tout autre que celle à laquelle on a recours habituellement pour faire face aux problèmes pratiques. cela serait comme si dans une région on ne connaissait comme boisson que le thé, et ses habitants, grands buveurs et étant convaincus que toute boisson n’est qu’une variante de thé, auraient affaibli son sens du goût par une stimulation trop forte au point où ils n’arriveraient pas à goûter la différence entre un de ses thés noirs et un café, et concluraient donc qu’ils sont la même chose car ils ont tous les deux la même apparence. pour leur montrer la différence on pourrait, par exemple, diluer le thé, non pas dans une tasse, mais dans un petit verre où le volume d’eau couvrirait à peine les feuilles, pour en avoir une infusion très concentrée, et qu’ainsi le goût soit renforcé pour que nos buveurs puissent sentir la différence. cette différence sera donc, non pas celle entre un thé dilué dans une tasse ou dans une jarre, car celle-là ils peuvent la voir même s’ils ne la goûtent pas, mais celle entre un thé et une autre boisson avec la même apparence. et après cette expérience, pour laquelle on ne s’est pas servi d’un thé magique révélateur ou rien de la sorte, mais du même thé qu’ils ont toujours bu, mais utilisé différemment, un nouveau monde de boissons leur sera ouvert, et auquel ils n’avaient même pas songé auparavant. mais peut-être pour commencer à le découvrir, il leur faudra commencer par rétablir son sens du goût, arriver à voir comment l’ont-t-ils dégénéré, pour ensuite recommencer à le découvrir…

Show your support

Clapping shows how much you appreciated ffragmentss’s story.