Une solution pour la gestion d‘un site d’informations

Entretien avec Béatrice Picard, éditrice, chef de projet à EcoNormandie et développeuse autodidacte FileMaker.

EcoNormandie est un site d’informations rattaché au quotidien régional Paris Normandie. EcoNormandie offre des produits et services sur l’information économique régionale, proposant notamment une lettre d’information hebdomadaire, un guide annuel ainsi que la plus grande base de données régionale accessible via leur site Internet. EcoNormandie comprend 1 000 membres inscrits et reçoit autour de 3 000 visiteurs par mois.

Nous nous sommes entretenus avec l‘éditrice et chef de projet Béatrice Picard sur son utilisation de la plateforme FileMaker.

Comment utilisez-vous FileMaker au sein de votre structure ?

Notre base de données comprend un large éventail d’informations régionales (qu’elles soient économiques, sociales, politiques, culturelles ou environnementales), disponibles sous différents formats (fiches de présentations, articles, vidéos etc). Cette base est mise à jour de manière continue et intègre ainsi les derniers éléments de l’actualité régionale.

Nous utilisons FileMaker pour gérer l’ensemble de ces informations. Notre solution est donc au coeur d’EcoNormandie ; elle comprend une quarantaine de tables et 35 000 fiches. Nous avons fait appel à Lesterius*, pour développer le site Internet d’EcoNormandie depuis lequel nos visiteurs et membres peuvent rechercher des informations et interroger notre base, par une approche thématique ou en effectuant des recherches multi-critères sur des établissements, des communes ou des personnes par exemple.

Les recherches disponibles depuis la page d’accueil d’EcoNormandie
“J’utilise FileMaker au quotidien.”

Nous utilisons en outre FileMaker pour la gestion quotidienne de nos activités : la gestion des informations de nos clients, la réalisation de devis, la gestion des fichiers d’abonnements, l’envoi des communications etc.

Extrait de la lettre d’informations hebdomadaire d’EcoNormandie (Edition du 01/12/2017)

Qu’est-ce qui vous a conduit à FileMaker ?

J’ai toujours travaillé sur Apple, au départ avec Apple Works, et puis dès 1990, je me suis mise à FileMaker. Depuis, EcoNormandie a continué à évoluer avec cette plateforme. À l’origine, l’idée d’utiliser FileMaker nous a été soumise par notre sous-traitant informatique. Ce dernier nous a aidé à créer les premiers modèles puis nous sommes très rapidement devenus autonomes.

“J’ai parfois eu des sollicitations pour travailler avec d’autres systèmes mais j’ai toujours souhaité rester avec FileMaker pour garder la main. Et surtout, c’est un vrai plaisir de travailler avec cette plateforme.”

Quels sont les aspects de la plateforme que vous préfèrez ?

Ce qui me plaît c’est la rapidité avec laquelle nous pouvons intervenir afin de répondre à un nouveau besoin ou concevoir de nouvelles fonctionnalités pour améliorer notre solution. FileMaker étant une plateforme très intuitive, j’apprécie en outre pouvoir effectuer de manière autonome ces modifications, bien que le développement informatique ne soit pas mon métier.

Cette plateforme est également très flexible, ce qui me permet de créer de nouveaux modèles dédiés à une utilisation particulière. Par exemple, nous accueillons souvent des stagiaires qui sont amenés à travailler sur notre solution. Dans ce cadre, nous souhaitons pouvoir mettre à leur disposition une interface adaptable, que l’on puisse être en mesure de contrôler.

Enfin, la puissance de FileMaker est épatante. Nous sommes amenés à travailler avec de nombreux fichiers, qui ne sont pas souvent formatés de la même manière, et avec lesquels nous sommes pourtant en mesure de réaliser des concordances et établir des liens.

“Selon moi, FileMaker est un mélange de puissance, de souplesse et de facilité”

*Lesterius est un partenaire FileMaker, membre Platinum de FileMaker Business Alliance.


Vous souhaitez en savoir plus sur EcoNormandie ? RDV ici.

Vous êtes interressé-e par le développement FileMaker ? Découvrez nos ressources dédiées pour les développeurs novices ou plus expérimentés.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.