514

_QUARTIER DES SPECTACLES

Quartier des Spectacles

Le Quartier des Spectacles est devenu le symbole du nouveau Montréal. On doit rendre à César ce qui appartient à César : c’est Gérald Tremblay qui l’a réalisé. Depuis, il a évolué au rythme de quinze milliard de dollars d’investissements, 1,5 milliard de retombées, a accueillie trois mille nouveaux résidents et en accuillera un autre quatre mille dans les prochaines années.


Des Montréalais de toutes les classes

Il est spectaculaire le quartier des spectacles, mais il est aussi très contrasté. C’est le Red-Light, c’est le square Gamelin, les Habitations Jeanne-Mance, les motards, les sans-abris et les gangs de rue aussi. Des Montréalais de toutes les classes y vivent. Mais l’arrivée en masse de nouveaux riches peut tout changer dans ce quartier somme toute assez petit. Cette gentrification est une menace à la Montréalitude du quartier car même les propriétaires d’édifices locatifs veulent leur part de cette ruée vers l’or.


Histoire de Montréalais

Pour ma part, c’est un quartier qui m’offre une quantité quasi inépuisable de sujets de photographie de rue. Mais petit à petit, beaucoup de coins de rue historiques et bucoliques disparaissent à l’ombre des condominiums à l’architecture formulée. Ce sera un des plus importants défis pour Montréal que de préserver l’héritage urbain et architectural du quartier des spectacles. Ses vestiges d’authenticité légués par les quartiers Saint-Jacques, faubourg Saint-Laurent, quartier latin et le Red Light est la plus grande richesse qu’il possède. Leur préservation ou leur démolition aura un impact majeur sur sa réputation internationale et son succès touristique.

Culture & Multiculturalisme

Le multiculturalisme du quartier des spectacles s’accentuera. Ainsi, nous y verrons une offre commerciale et culturelle encore plus diversifiée dans le future. Un avantage certain qui doit être encouragé.

Autant de Montréalais

Pour la série Autant de Montréalais, le quartier des spectacles se démarque par ses activités festives mais aussi par la forte présence de touristes et de nouveaux Montréalais à temps partiel.

Pour moi, ce quartier qui est aussi le mien, est un trésor de sujets et de qualité de vie. Par contre, avec les pressions économiques que je vois poindre, je me demande pendant encore combien de temps je pourrai habiter ce secteur de Montréal. Mon édifice pourrait être vendu n’importe quand pour être transformé en condominiums luxueux.

Arts & Spectacles

Le coeur artistique populaire du Québec c’est le quartier des spectacles. Or, il est aussi un berçeau d’art underground qui subit une énorme pression sous l’avancement des lieux publics et des condos. Les îlots de resistance comme les foufounes électriques, le Belgo, le café Cléopâtre, la librairie libre amérique, le chapeautier Henri-Henri, la SAT et les Katacombes doivent à tout prix être intégrés à l’offre. Perdre cette créativité et cette unicité serait catastrophique pour le future. Ce serait aussi très bien si l’accessibilité au logement à prix abordable était assurée, pas seulement communiqué (aka îlot apparts). Un maximum de Montréalais et d’artistes doivent pouvoir continuer de l’habiter, de le colorer et de lui donner une authenticité bien de chez-nous (aka musée juste pour rire, la récréation, et le surplus d’armée).


Urbanisme

La densité urbaine est pour moi, comme pour tout photographe de rue, une richesse inestimable. C’est dans les détails et dans les endroits anodins que l’on retrouve les sujets les plus uniques. La diversité et la quantité sont des ressources naturelles. Pourvu que le quartier ne soit pas noyé d’architecture moribonde sans commerces.

Le future

Comment le ville arrivera-t-elle à gérer cette manne dans le quartier des spectacles tout en préservant les trésors d’héritage des vieux quartiers qui le composent ? La réponse à cette question est nécessaire maintenant, car l’essor immobilier et commercial s’accentue d’autant plus rapidement qu’à ses débuts. Il en va de l’autenticité du quartier, de sa montréalité et de sa francophonie.

FI3200 est à la tête d’un projet citoyen sur l’îlot Voyageur Sud qui propose de créer un marché public vert et inclusif qui fera la promotion des produits québécois et de la réinsertion sociale dans les métiers de l’agriculture urbaine et du développement durable. Le Marché Voyageur répondra à plusieurs besoins dans le quartier latin et le secteur Émilie-Gamelin. Il offrira des espaces verts, des aliments frais à prix abordables, une belle image à l’entrée de la ville et des emplois. Pour appuyer ce projet rendez-vous sur la page web du Marché Voyageur.

Photos & Texte Eric Soucy

tous droits réservés FI3200/2016